Congo-Hydrocarbures : au 2e trimestre, le prix brut du baril fixé à 83,659 dollars

La réunion de fixation des prix des hydrocarbures au deuxième trimestre s’est tenue su 10 au 12juillet 2024, à Pointe-Noire.

 

Co-organisée par les sociétés Hamla E&P Congo et Kontinent Congo, les travaux de cette réunion ont permis aux experts de fixé les prix et les différentiels des hydrocarbures produits au Congo. On note que la moyenne trimestrielle des prix fixés des hydrocarbures était de 83,659 dollars par baril pour un différentiel trimestriel moyen de -1,159 dollar par baril.

« Au deuxième trimestre 2024, les cours du pétrole ont poursuivi leur rebond avant de se stabiliser. Le contexte économique reste incertain, avec un sentiment fragile d’apaisement des tensions géopolitiques balancé par l’augmentation des stocks et la hausse du dollar. La demande mondiale a connu une croissance de +1,2 million par baril contre 2,8 millions de barils par jour en 2023 », a souligné le directeur de cabinet du ministre des hydrocarbures, Macaire Batchi.

Les prix fixés et les différentiels des hydrocarbures produits au Congo, arrêtés au cours de la réunion des prix du deuxième trimestre, en dollar par baril, sont les suivants : Djeno Mélange. Mois d’avril, le prix fixé est de 85,792 pour un différentiel de -2,256. Mois de mai, le prix fixé est de 79,740 pour un différentiel de -2,413. Mois de juin, le prix fixé est de 81,896 pour un différentiel de -1,942.

-Nkossa Blend. Avril, le prix fixé est de 87,667 pour un différentiel de -1,850. Mai, le prix fixé est de 80,398 pour un différentiel de -1, 650. Juin, le prix fixé est de 80,421 pour un différentiel de -2,230.

-Yombo. Avril, le prix fixé est de 90,810 pour un différentiel de 0,660. Mai, le prix fixé est de 82,708 pour un différentiel de 0,660. Juin, le prix fixé est de 83,268 pour un différentiel de 0,660.

-Nkossa Butane. Avril, le prix fixé est de 51,262 pour un différentiel de 0,000. Mai, le prix fixé est de 43,248 pour un différentiel de 0,000. Juin, le prix fixé est de 44,979 pour un différentiel de 0,000.

-Nkossa Propane. Le prix fixé pour le mois d’avril est de 32,857 pour un différentiel de -0,273. Mai, le prix fixé est de 28,868 pour un différentiel de -0,273. Juin, le prix fixé est de 31,531 pour un différentiel de -0,273.

La prochaine réunion de fixation des prix pour le compte du troisième trimestre se tiendra du 9 au 11 octobre de l’année en cours à Brazzaville.

Congo : la 2e édition de Digi forum se tient le juillet prochain

Organisé par le Club des directeurs des systèmes d’information du Congo (DSI club Congo), l’évènement se déroulera à Pointe-Noire.

 

Conférences, des sessions de networking, des ateliers sont entre autres les articulations qui vont meublées le Digi forum. L’événement organisé par le DSI club Congo a pour but de promouvoir le métier et la fonction système d’information, le développement des usages des technologies de l’information et de la communication, et l’assistance aux projets nationaux.

Placée sous le thème « Convergence numérique : transformations, défis et perspectives », l’édition de cette année se tiendra le 18 juillet à Pointe-Noire, dans la salle de Canal Olympia, à Mpita, dans l’arrondissement 1, Emery-Patrice- Lumumba. On note la participation de Maximin Mbou et de Serge Parfait Goma, respectivement secrétaire général et membre du bureau exécutif du DSI club Congo, qui interviendront lors des panels. Ils vont entretenir les participants sur « La transformation digitale des entreprises : stratégies efficaces et défis à surmonter » et sur « La sécurité dans un monde de plus en plus connecté : défis et solutions ». D’autres thèmes seront abordés au cours de cette rencontre.

Placée sur le thème « Convergence numérique : transformations, défis et perspectives », la deuxième édition de Digi forum, événement organisé par le Club des directeurs des systèmes d’information du Congo (DSI club Congo), se déroulera le 18 juillet à Pointe-Noire, dans la salle de Canal Olympia, à Mpita, dans l’arrondissement 1, Emery-Patrice- Lumumba.

Congo : les experts fixent les prix des hydrocarbures à Pointe-Noire

La ville océane abrite depuis mercredi 10 juillet, la réunion de fixation des prix des hydrocarbures, comptant pour le deuxième trimestre 2024.

 

Des experts, représentants des sociétés pétrolières sont réunis autour du directeur de cabinet du ministre des Hydrocarbures Macaire Batchi dans la ville de Pointe-Noire. C’est en faveur des travaux de la réunion de fixation des prix des hydrocarbures comptant pour le deuxième trimestre 2024.

« Pour continuer à optimiser la production pétrolière, l’Etat a autorisé des transactions de cession, comme celles de certains permis ENI cédés à Perenco, et d’autres en cours avec TotalEnergies. L’objectif est de permettre à chaque acteur de contribuer à des projets alignés avec leur plan stratégique de développement, tout en étant en syntonie avec la stratégie nationale de rendre accessibles des actifs pétroliers à de nouveaux intervenants » a déclaré Macaire Batchi à l’ouverture des travaux.

Pour le directeur de cabinet du ministre des Hydrocarbures, tous les projets d’exploration menés en ce moment en offshore et onshore représentent l’avenir de l’industrie du Congo. Il espère que ces projets permettront une augmentation des volumes significatives de nouvelles réserves de pétrole et de gaz.

AGL Congo modèle du pacte de sécurité

A fin Juin, Africa Global Logistics (AGL) a réalisé à Pointe-Noire un score de 100% dans la mise en œuvre du pacte sécurité sur le site d’un client du secteur énergétique. Il s’agit d’un Indice de Performance Sécurité (IPS) record qu’une entreprise partenaire peut atteindre dans le cadre de son implication dans le programme de sécurité du client.

L’initiative ‘’ Pacte de Sécurité & Environnement ’’ traduit l’engagement et la politique de ce client en vue d’améliorer ses performances sécurité et atteindre l’objectif zéro accident, en mettant un accent particulier sur les activités conduites par ses partenaires et sous-traitants. Il consiste à répertorier les forces et faiblesses du personnel impliqué dans les opérations onshore au moyen de l’évaluation des comportements et bonnes pratiques HSE. Les résultats alimentent l’indice performance sécurité & Environnement (IPSE) de l’entreprise partenaire et permettent de mesurer l’implication active du management et des opérateurs via un système de bonus/malus qui repose sur les compteurs sécurité & Environnement.

« Ce score obtenu par AGL démontre que l’appropriation des exigences HSE du groupe et de nos clients par nos collaborateurs porte ses fruits» estime Destaing LOUKOMBO, Coordinateur HSE AGL Congo.

AGL est le partenaire pilote de son client pour ce projet au Congo depuis son lancement en 2022. L’entreprise a toujours réalisé un score oscillant entre 94% et 99% avec un record de 100% établi sur  la dernière évaluation

Congo : la Banque mondiale approuve un prêt de plus de 60 milliards FCFA

Cette somme va servir à la réhabilitation et au renforcement du réseau de transport d’électricité entre Pointe-Noire et Brazzaville.

 

61 milliards FCFA, c’est montant approuvé par la Banque mondiale (BM) à la République du Congo. Ce financement est destiné à la réhabilitation et le renforcement du réseau de transport d’électricité entre Pointe-Noire et Brazzaville, ainsi que des réseaux de distribution au niveau des deux villes.

Le directeur des opérations de la BM pour le Cameroun, le Gabon, la Guinée équatoriale, la République centrafricaine et le Congo, Cheick Fantamady Kanté, est allé mardi 02 juillet, à Brazzaville, donner l’information au ministre de l’Energie et de l’Hydraulique, Emile Ouosso.

« Avec le ministre et son équipe, nous avons travaillé depuis quelques mois sur la mise en place d’un financement qui permettra au gouvernement d’accélérer le renouvellement de la ligne de transport de Pointe-Noire à Brazzaville. Ce projet qui vient d’être approuvé par notre Conseil d’administration, nous espérons signer l’accord cette semaine. Nous avons discuté sur les modalités d’accélérer son déroulement pour que, à terme très rapidement, la population puisse sentir que le problème de l’électricité est désormais derrière elle », a expliqué Cheick Fantamady Kanté à sa sortie d’audience.

L’énergie est un secteur dans lequel le groupe de la Banque mondiale intervient de façon prioritaire pour appuyer les efforts du gouvernement dans le cadre de l’amélioration de la fourniture en électricité. C’est du moins ce qu’a précisé Cheick Fantamady Kanté.

Congo-Pointe-Noire : plus de 7000 ménages vulnérables reçoivent des allocations sociales

La ministre des Affaires sociales et de l’Action humanitaire, Irène Marie Cécile Mboukou Kimbatsa, a lancé officiellement, lundi 24 juin, le paiement des allocations sociales d’appoint (ASA).

 

Ce sont au total 7778 ménages qui vont recevoir la somme de 100 000 FCFA chacun via la banque postale dans la ville de Pointe-Noire. Cette cagnotte correspond aux allocations sociales d’appoint mis sur pied par le ministère des affaires sociale et de l’action humanitaire.

« Le gouvernent a mis à la disposition du ministère des Affaires sociales, de la solidarité et de l’action humanitaire une première tranche de 2 milliards de francs CFA en vue de prendre en charge 17 778 ménages vulnérables dont 10 à Brazzaville et 7 778 à Pointe-Noire.  Aux bénéficiaires de Pointe-Noire, j’espère de tout cœur que l’aide sociale octroyée va soulager tant soit peu leurs souffrances et je les invite à en faire bon usage », a déclaré Irène Marie Cécile Mboukou Kimbatsa lors du lancement de l’opération.

Le projet a pour objectif de fournir une aide d’urgence aux ménages touchés par la crise sanitaire et économique provoquée par la covid-19 et d’accroître l’accès des ménages ainsi que des jeunes vulnérables aux filets sociaux productifs.

Selon adiac-congo.com « Ce projet a pour, entre autres objectifs spécifiques, étendre le programme Lisungi pour le relèvement et le renforcement du système de protection sociale non constructif, assurer l’inclusion productive des jeunes vulnérables âgés de 18 à 35 ans. Le projet couvre les départements de Brazzaville, de Pointe-Noire, du Kouilou, du Niari, de la Lékoumou, du Pool, des Plateaux, de la Sangha et de la Likouala. Il vise à soutenir 40 000 ménages chroniquement pauvres, 8 000 personnes âgées et handicapées, 40 000 jeunes candidats à l’auto emploi et 5000 jeunes désirant apprendre un métier », a indiqué Antoine Regis Ngakegni, coordonnateur du projet de protection sociale et d’inclusion productive des jeunes.

Il est important de préciser que cette opération s’effectue après celle de Brazzaville, le 12 juin dernier.

Congo : campagne de sensibilisation sur le port obligatoire du casque de protection

Depuis jeudi 06 juin, le commandant territorial des Forces police de Pointe-Noire et du Kouilou, le général Jean-Pierre Okiba, a lancé cette sensibilisation auprès des taxis motos.

 

Les taxis motos de la ville de Pointe-Noire sont édifiés sur la nécessité du port du casque de protection. Lancée le 6 juin dernier par le commandant territorial des Forces police de Pointe-Noire et du Kouilou, le général Jean-Pierre Okiba, la campagne va s’étendre jusqu’au 30 juin prochain.

En présence des conducteurs de taxis et des représentant des syndicats, le général Jean-Pierre Okiba a exigé que « Toute personne qui doit être sur l’engin, doit être porteur de cet instrument qu’on appelle casque. Sur la moto nous devons voir que le motocycliste et le passager ça veut dire qu’un seul passager ».

Les conducteurs des engins à deux roues ont tout le mois de juin pour se conformer aux exigences des pouvoirs publics afin d’éviter toutes sanctions.

« À partir du 1er juillet si par malheur vous vous retrouvez dans une situation irrégulière, le vélo est retiré et c’est fini, vous le perdez définitivement », a-t-il poursuivi.

AGL Congo célèbre la fête du Travail dans la ferveur

AGL Congo a pris part au défilé civil tenu à la place de la gare centrale de Pointe-Noire, organisé par la préfecture de Pointe-Noire à l’occasion de la fête du Travail. Un défilé qui a réuni un grand nombre d’entreprises publiques et privées et plus de 2 000 participants.

 

Les agents AGL Congo ont porté avec fierté les couleurs de leur entreprise, brandissant le nom de celle- ci sur un support où le logo était mis à l’honneur, pour marquer leur appartenance à l’entreprise. Après le défilé, les salariés ont pris part à un déjeuner offert par AGL Congo dans un restaurant de la place.

Henri LOEMBET BILLY, responsable des ressources humaines, a saisi l’opportunité de ce déjeuner pour encourager les collaborateurs à continuer à s’investir davantage dans l’amélioration continue de la qualité de travail délivrée aux clients et partenaires. Il a également détaillé l’ensemble des mesures mises en place par l’employeur pour le bien-être des employés ces cinq dernières années. Notamment l’aménagement des espaces de travail, la réorganisation des équipes, la promotion des nouveaux collaborateurs, la mise en application de convention collective revue plus avantageuse pour les collaborateurs.

AGL Congo est l’opérateur logistique multimodal de référence dans le pays. L’entreprise emploie plus de 500 collaborateurs et déploie des systèmes de management QHSE reposant sur des référentiels reconnus tels que l’ISO 9001, 14001 et 45001. L’entreprise met en œuvre une politique RSE au profit des familles des employés et de la population environnante.

Fête du travail : plus de 150 employés de Congo Terminal défilent à la place de la gare

A l’occasion de la fête du Travail, le 1er mai 2024, plus de 150 employés ont arboré les couleurs de Congo Terminal lors d’un défilé civil organisé par la préfecture de Pointe-Noire au profit de plusieurs entreprises publiques et privées.

 

Les salariés ont ensuite partagé des moments festifs dans un espace avec vue sur mer. Les efforts consentis par la direction générale pour l’amélioration des conditions de travail, le bien- être des employés ont été mis en lumière par Aristide DJAWE, directeur des ressources humaines. Sandrine WAMY, directrice d’exploitation, a pour sa part encouragé le personnel pour le travail accompli en l’invitant à plus d’efforts.

Depuis la mise en concession du terminal à conteneurs de Pointe-Noire en 2009, grâce au savoir-faire et à l’engagement des équipes opérationnelles, les volumes manutentionnés sont passés de 200 000 EVP à plus de 1000 000 EVP à fin 2021. Un record repris en 2022 et 2023 et que Congo Terminal veut dépasser tenant compte des investissements supplémentaires réalisés dans les infrastructures, la formation du personnel et l’acquisition de nouveaux équipements. A fin 2023, l’entreprise a réalisé des investissements de plus de 400 millions d’euros

Congo : l’histoire de Loanga présenté au cours d’un colloque scientifique

Les travaux de préparation de cet évènement ont été lancés le 24 avril dernier, dans la salle de la mairie centrale de la ville océane.

 

La ville de Pointe-Noire va abriter du 27 au 29 juillet 2024, un colloque intergénérationnel sur le royaume de Loango. Placé sous le thème : « Origines, fondements, vie et existence », le projet vise à contribuer à la réécriture et à la réappropriation de l’histoire du Congo et du royaume de Loango, déformée du fait des contacts et des influences internes et externes. Il est question de revaloriser et de promouvoir l’identité et le patrimoine culturel.

Les travaux en vue de préparer le colloque scientifique intergénérationnel sur le royaume de Loango, qui ont été lancés le 24 avril vont se poursuivre jusqu’en juillet prochain. Ceux-ci réunissent des spécialistes de renom et des chercheurs qualifiés au sein d’un comité scientifique présidé par Philippe Mboumba Madiela, conseiller socio-culturel du maire de la ville de Pointe-Noire. Il est question de trouver comment aider la population à retrouver ses racines, son identité culturelle ainsi que ses valeurs de civilisation.

Congo : ouverture officielle de l’Université Catholique du Congo-Brazzaville

Initialement prévue pour octobre 2023, la première rentrée académique a finalement eu lieu mardi 19 mars 2024.

 

L‘Université Catholique du Congo-Brazzaville (UCCB), a accueilli ses premiers étudiants mardi 19 mars 2024. Initialement prévue pour octobre 2023, c’est finalement en mars 2024 que les activités de cet établissement universitaire ont débuté. Des responsables et enseignants ont eu un échange avec les apprenants. L’échange a porté sur les programmes académiques ainsi que des aspects pratiques tels que le logement et le transport.

Implantée à Liambou, dans le département du Kouilou mais c’est à Saint Charles Lwanga, Pointe-Noire qu’a eu lieu la rencontre inaugurale.

« Le site de l’université est encore en construction. La réception des installations c’est sous peu. Pour ne pas trop faire attendre les étudiants et les parents, nous avons voulu faire cette rentrée universitaire aujourd’hui et commencer les cours cette semaine ici à Pointe-Noire », explique le doyen de la Faculté des sciences et technologie, Alfred Charles Sockath

Olivier Massamba Loubelo, président de l’université, a assuré que le démarrage des cours à Pointe-Noire était provisoire.

Initialement conçue pour accueillir trois facultés et 27 000 étudiants, l’UCCB se concentrera dans un premier temps sur la faculté des Sciences et technologies, offrant six filières.

 

Congo : les prix des produits de première nécessité ont augmenté

Les populations de la ville Océane ne savent plus à quel saint se vouer avec la hausse des prix des denrée alimentaires sur les marchés.

 

Dans les marchés de Pointe-Noire, les prix des produits de première nécessité ne cessent de grimper. Une situation qui inquiète la population de cette ville.

« La plupart des denrées alimentaires coûtent chères. Faire le marché devient un véritable casse-tête chinois. Avec les familles nombreuses, la vie devient invivable. Autrefois, nous faisions le marché avec 2000 francs CFA mais actuellement, il est quasiment impossible. Il faut disposer de 5000 ou 10000 francs CFA pour prétendre manger à sa faim », s’est indigné une consommatrice chez nos confrères de vox.cg.

Pour le président de l’Association de défense des droits des consommateurs du Congo, Jean Claude Mabiala, le président devrait trouver des solutions pour soulager les ménages. Il propose que le gouvernement mette en pratique le plan de résilience.

Congo : campagne de dépistage gratuite pour des personnes vivant avec un handicap

La consultation médicale et de dépistage de certaines maladies ont commencé vendredi 02 février, à l’Institut des déficients auditifs de Pointe-Noire.

 

L’initiative est du centre d’accueil des enfants « Le quartier d’abord ». Le but est d’aider les personnes vivant avec handicap à jouir d’une bonne santé. La campagne s’est ouverte vendredi 02 février dernier et va se poursuivre jusqu’au jeudi 08 février prochain. Cette campagne gratuite à deux volets notamment la consultation médicale et de dépistage de certaines maladies.

Il va s’agir de dépister des maladies telles que la tension artérielle, l’hépatite B, le diabète et le paludisme. L’action est bien accueillie par les cette catégorie de personnes. Gaston Yomo, membre du Conseil consultatif des personnes vivant avec handicap et président de l’Union nationale des personnes vivant avec handicap, antenne de Pointe-Noire, souhaite que la campagne s’étende dans d’autres ville de la République du Congo afin d’aider les personnes vivant avec handicap qui n’ont toujours pas la possibilité de consulter les services de santé.

Chemin de fer Congo Océan : vers la reprise du transport ferroviaire

C’est ce qui ressort de la visite de travail à Pointe-Noire du ministre des Transports, de l’Aviation civile et de la Marine marchande, Honoré Sayi le 3 janvier 2024.

 

Le ministre Honoré Sayi a effectué une visite de travail mercredi 03 janvier, à Pointe-Noire. Il a rencontré les travailleurs du Chemin de fer Congo Océan (CFCO). Pendant les moments d’échange, Honoré Sayi, a exhorté les travailleurs du CFCO à reprendre le trafic ferroviaire dans les meilleurs délais.

« Nous avons envisagé la reprise des transports ferroviaires dans ses axes y compris le train Air-Pool et le train marchandises, le 28 décembre, pour l’un, et le 26 janvier, pour l’autre. Mais pour des raisons techniques, nous sommes au-delà de ce qui était nos prévisions et nos estimations. Toutefois, je demande à la direction générale du CFCO ainsi qu’à son secrétariat général de travailler davantage et de faire en sorte que l’on ne soit pas dans les schémas habituels où, en face d’une difficulté, qu’on dise qu’on ne peut pas avancer ou parce qu’il n’y a pas de moyens. Une société peut créer des moyens si elle ne les a pas. Elle peut travailler avec le moyen venant des partenaires, à l’instar des opérateurs économiques qui ont apporté des financements qui permettent aujourd’hui au CFCO de réparer les wagons, quitte à les amortir au fur et à mesure du transport accompli », a dit le ministre des Transports.

Le ministre Honoré Sayi se préoccupe aussi de la situation du Centre de formation et d’apprentissage du CFCO, dont l’ouverture tarde toujours. « Il y a un an lors des visites, j’avais dit que le centre d’apprentissage soit rouvert non pas seulement pour utiliser la jeunesse comme le veut le président de la République, mais pour faire aussi de telle sorte que le capital que nous avons avec tous ceux qui vont à la retraite, qui sont possesseurs d’un certain savoir, qu’ils continuent à être utiles et qu’ils transmettent ce qu’ils ont eu durant leur carrière à la jeunesse qui viendra travailler », a rappelé le ministre. « Le Centre de formation est aussi le lieu où l’on peut montrer, au-delà de la prescription du temps pour travailler, qu’on peut être utile, qu’on peut accompagner les nouveaux apprenants et préparer ainsi la relève », a-t-il poursuivi.

Notons également, le ministre Honoré Sayi a demandé que le trafic Mont-Belo-Mbinda soit rouvert d’ici au mois de février.

Congo : une conférence-débat pour sensibiliser contre les VBG

La chambre de commerce de Pointe-Noire a servi de cadre à la conférence-débat sur les violences basées sur le genre (VBG), qui s’est le 25 novembre 2023.

 

« Investir pour prévenir la violence à l’égard des femmes et des filles » et « Rôle de la loi Mouebara sur l’élimination des violences faites à l’égard des femmes » sont les deux thèmes sur lesquels s’est tenue la conférence-débat. Il était question de parles des causes et des moyens de lutte contre les VBG. La rencontre était organisée par la plateforme de lutte contre les violences ayant pour base le genre

Les échanges étaient axés sur les sous thèmes tels que la prévention et la sensibilisation, la masculinité positive pour l’harmonie des familles, les réponses aux violences faites aux femmes et des filles, l’autonomisation de la femme.

« Est constituée comme une violence à l’égard de la femme toute atteinte physique, morale, sexuelle ou économique à son égard qui entraîne pour elle un préjudice, une souffrance ou un dommage corporel, psychologique, sexuel ou économique tant dans la vie publique que dans la vie privée », a rappelé Mouemeth Ella Ngono, magistrat, conseillère à la Cour d’appel de Pointe-Noire

Notons plusieurs activités de prévention et de sensibilisation seront organisées par la plateforme VBG dans les différents arrondissements de Pointe-Noire et dans le district de Tchiamba Nzassi.

Congo : 3 milliards F pour construire un laboratoire national de santé publique

La cérémonie de pose de la première pierre de cette structure a eu lieu samedi 25 novembre 2023, à Pointe-Noire.

 

Le Laboratoire national de santé publique sera construit à Pointe-Noire, et logé derrière l’Hôpital régional des armées, dans le premier arrondissement, Emery-Patrice- Lumumba. Les travaux qui vont durer un an, pour un coût global estimé à environ trois milliards FCFA.

La pose de la première pierre a été posée samedi 25 novembre par le ministre de Santé et de la Population, Gilbert Mokoki. Il est prévu la construction d’un bâtiment de laboratoire, d’un bâtiment administratif et des ouvrages d’appui incluant la guérite, la station d’épuration avec salle des machines, l’incinérateur, le local du groupe électrogène, le bâtiment potabilisation de l’eau, le bâtiment des fluides, le forage, le hangar d’entreposage des bacs à déchets, la passerelle, le mur de clôture.

Notons que les travaux seront exécutés par la société MBTP et font partie de la première composante du Projet régional de renforcement des systèmes de surveillance des maladies en Afrique centrale, quatrième phase (Redisse IV), intitulée « Surveillance et renforcement des capacités de laboratoire pour détecter rapidement les épidémies ».

Congo-Carrousel de la mode : la 10e édition se tient du 7 au 10 décembre

Près de treize pays prendront part au festival international de la mode qui se tiendra du 7 au 10 décembre prochain à Pointe-Noire.

 

Le Carrousel de la mode a pour but de regrouper les acteurs de la mode autour d’un même combat, à savoir faire la promotion des créateurs émergents et valoriser le textile africain. Près de treize pays prendront part à l’évènement notamment Cameroun, Gabon, Tchad, Burkina Faso, France, Guadeloupe, Côte d’Ivoire, Bénin, Ghana, RCA, Congo. C’est sur le thème « Réussir dans la mode, les nouveaux outils du succès » que se tiendra le festival international de la mode.

Au programme de cette dixième édition figurent trois soirées. L’ouverture le 7 décembre avec le concours des jeunes talents, le lendemain a lieu le défilé des top models présents l’année dernière que le comité d’organisation a voulu revoir pour évaluer le chemin parcouru un an après. Les deux soirées auront lieu à la villa Antonetti. La grande soirée du défilé international interviendra le 9 décembre au bord de la mer. Des expositions-ventes se dérouleront en marge de l’évènement à l’hôtel Elaïs. Signalons que de nombreux prix seront offerts aux lauréats sans oublier les bons de formation en Côte d’Ivoire et au Bénin, a rassuré le comité d’organisation.

Congo : Brazzaville et Pointe-Noire connaitront des perturbations en électricité

L’information a été donnée par Jean Bruno Danga Adou, directeur général de la société Energie électrique du Congo (E2 C).

 

Les villes de Brazzaville et Pointe-Noire feront face à des perturbations dans l’alimentation électrique du 7 au 4 novembre 2023. Cette situation sera causée par les travaux de maintenance et d’entretien des turbines au niveau de la RDC. L’information a été donnée par Jean Bruno Danga Adou, directeur général de la société Energie électrique du Congo (E2 C).

Adou Danga, a signifié que les deux villes subiront des délestages pendant une période de vingt-neuf jours. « Je voudrais tout d’abord m’excuser auprès de notre clientèle du désagrément que cela causera, notamment à nos ménages et aux différentes petites et moyennes entreprises dans les quartiers qui fonctionnent à base d’électricité, toutes nos excuses et nous sollicitons leur indulgence », a déclaré le directeur général d’E2C.

« La première raison, c’est qu’au niveau du réseau de la Société nationale d’électricité en RDC, la puissance réactive a été limitée à 50 MW. Or, en temps normal, il arrive que nous dépassions cette valeur voir jusqu’à 80-90 MW et aujourd’hui, nous avons été limités à 50 MW, parce que quand nous envoyons trop d’énergie réactive dans le réseau à leur niveau, ces derniers font face à plusieurs délestages », a-t-il expliqué.

Congo : 794 millions F pour la construction d’un nouveau lycée

Le lycée Siafoumou situé dans le cinquième arrondissement de Pointe-Noire, Mongo-Mpoukou a été inauguré samedi 04 novembre 2023.

 

Le lycée de Siafoumou est bâti sur une superficie de 2 700 m2. Le coût total des travaux est évalué à 794 millions de francs CFA.

Il est composé de trois zones, à savoir une zone pédagogique de quatre bâtiments dont un bâtiment R+2 d’une superficie de 377,12 m2 comprenant douze salles de classe, soit quatre au rez-de chaussée, quatre au premier niveau et quatre autres au second niveau. Un bâtiment R+1 d’une superficie de 330,27 m2 comprenant au rez-de chaussée un laboratoire pédagogique, deux salles de classe et un bloc de latrines à deux postes, à l’étage trois salles de classe.

Une zone administrative composée d’un bâtiment de 153,28 m2 avec des bureaux, une salle de professeurs et les latrines modernes de trois cabines ; un bloc de latrines à quatre cabines avec séparation filles et garçons. Une zone d’astreinte comprenant un bâtiment plain-pied destiné au personnel administratif, composé de trois logements modernes bâtis sur une superficie de 230,50 m2. A cela s’ajoutent un forage fonctionnel, un mât, un mur mitoyen entre l’école primaire et le lycée.

CAFI : signature d’un nouvel accord pour le lancement du projet Lituka

Le projet va permettra entre autres à l’appui d’un peu plus de 30 acteurs dans la fabrication des foyers améliorés.

 

Financé à hauteur d’un million d’euros, le projet Lituka vise notamment à économiser plus de 10 000 tonnes de bois et kilos de carbone et permettra d’appuyer un peu plus de 30 acteurs dans la fabrication des foyers améliorés. L’Initiative des forêts d’Afrique centrale (Cafi) et le gouvernement congolais ont signé, le 30 octobre, un accord pour le lancement dudit projet. C’était en en marge de la quatrième session du comité de pilotage de ce mécanisme. Le but est la diffusion de plus de 8500 foyers améliorés à Brazzaville et Pointe-Noire.

Etablie pour une durée de 5 ans, la Lettre d’intention Cafi-Congo comprend des jalons sur des questions telles que le code forestier, la politique agricole, la réduction de la pauvreté, la lutte contre les changements climatiques, le développement durable et la gouvernance.

Il est important de noter que Cafi au Congo c’est plus de 45 millions de dollars, soit environ 28 milliards de FCFA de projets en cours d’exécution.

Congo : l’Etat veut produire et exporter le gaz naturel liquéfié à grande échelle

Le sujet était au centre d’une table ronde qui s’est tenue il y a quelques jours dans la ville océane, Pointe-Noire.

 

La République du Congo entend produire et exporter le gaz naturel liquéfié à grande échelle. Pour ce faire, le pays veut se doter d’un code gazier d’ici la fin de l’année. Le sujet a fait l’objet d’une table ronde à Pointe-Noire. Au cours de cette réunion, une ébauche du code gazier a été présentée aux acteurs de l’industrie pétrolière.

Il s’est agi pendant la rencontre de revisiter et d’améliorer le projet du code élaboré par les acteurs institutionnels du domaine pétrolier et gazier. Le document vise à mettre sur pied un cadre propice à la valorisation des ressources gazières.

Notons que ce code gazier sera déposé au Parlement, conformément au processus législatif approprié.

Congo-affaire Ephrem : six personnes condamnées aux travaux forcés

Kiakouama Nkouka Birth, Mapouka Jordy Laurent, Obe Bredney Narlye, Kombo Odilon Yann, Salvado Emmanuelle et Itsika Merveille O’neil ont été reconnus coupables.

 

Dans l’affaire Ephrem, six personnes ont été condamnées à 30 ans de travaux forcés. Kiakouama Nkouka Birth, Mapouka Jordy Laurent, Obe Bredney Narlye, Kombo Odilon Yann, Salvado Emmanuelle et Itsika Merveille O’neil ont écopé de six ans de travaux forcés. Ils sont accusés d’avoir volontairement donné la mort au jeune Ephrem Ngoula le 28 novembre 2021 à Pointe-Noire

« L’homicide volontaire est prévu et puni par les articles 295 et 304 du Code pénal. Itsika Merveille O’neil et Salvado Emmanuelle ont été condamnés pour complicité d’homicide volontaire sur le jeune Ephrem Ngoula, fait prévu et puni par les articles 59, 60, 295 et 304 du Code pénal. Ces accusés bénéficient des circonstances atténuantes, ainsi ils sont priés de payer la somme de 15 millions de francs CFA chacun comme dommages et intérêts, soit au total la somme de 90 millions de francs CFA », a déclaré Etienne Loemba, président de la Cour d’appel de Pointe-Noire.

Pour Me Guillaume Bakouete, bâtonnier du barreau de Pointe-Noire, c’est le plus long procès de sa carrière en qualité d’avocat dans la ville côtière. Pour ce dernier, c’est un sentiment de satisfaction, parce que la loi a été respectée au cours de ce procès et le phénomène criminel devient très grandissant et très inquiétant au Congo.

Congo : un retard dans l’élaboration des états financiers du CFCO

Le Chemin de fer Congo océan (CFCO) a tenu son conseil d’administration mardi 19 septembre 2023, dans la ville océane.

 

Les travaux qui se sont ouverts à Pointe-Noire le 19 septembre dernier, a permis au conseil d’administration d’examiner plusieurs points notamment le rapport d’activité du premier semestre 2023. Pour récolter des résultats positifs, le conseil sait qu’il redoubler d’ardeur au travail.

Selon adiac-congo.com l’« Epine dorsale de l’économie nationale, le CFCO bénéficie de toute l’attention des pouvoirs publics et des autorités nationales au premier rang desquelles le président de la République, Denis Sassou N’Guesso. Au-delà des constatations, toute notre énergie et le talent de chacun de nous doit concourir à imaginer des solutions qui permettent au CFCO de combler les attentes des usagers à travers un contrat moral de performance qui s’impose. Ainsi, je vous exhorte au sérieux et à la rigueur à travers nos analyses ». C’est du moins ce qu’a déclaré Jean Louis Osso, président du conseil d’administration de cette entreprise.

L’entreprise selon son directeur accuse un retard dans l’élaboration des états financiers. La session a permis de corriger partiellement cette lacune.

Congo : deux présumés trafiquants de peau de panthère arrêtés à Pointe-Noire

Ils ont été interpellés par les éléments de la région de gendarmerie de Pointe-Noire et agents de la direction départementale de l’Economie forestière.

 

Les deux présumés délinquants fauniques appartiendraient à un réseau bien organisé. L’un des deux aurait ramené cette peau de panthère au village Bokania dans le district de Makoua, département de la Cuvette. La peau de panthère aurait été transporté par cet individu de ce village jusqu’à Pointe-Noire pour être revendue.

Les deux présumés trafiquants seront auditionnés par les autres services habilités car la panthère fait partie des espèces animales intégralement protégées par la loi au Congo. Ils ont été interpellés par les éléments de la région de gendarmerie de Pointe-Noire et agents de la direction départementale de l’Economie forestière en collaboration avec ceux du Projet d’appui à l’application de la loi sur la Faune sauvage pour délit de détention, circulation et tentative de commercialisation d’une peau de panthère. 

Ces présumés délinquants sont poursuivis pour détention, circulation et tentative de commercialisation d’une peau de panthère.

Les deux présumés trafiquants fauniques et leurs acolytes, une fois rattrapés par les services habilités, risquent des peines allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement ferme ainsi qu’une amende allant jusqu’à cinq millions de francs CFA chacun conformément à la loi.

Congo : coup d’envoi du début des travaux du nouveau backbone national

Les travaux ont été lancés jeudi 07 septembre à Matombi, par le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Léon Juste Ibombo.

 

Le ministre des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Léon Juste Ibombo a donné le coup d’envoi des travaux du nouveau réseau national de transport de données backbone2. La nouvelle dorsale à fibre optique va renforcer la résilience de l’internet, en offrant de la redondance au backbone actuel et permettra la transmission de données entre Pointe-Noire et Brazzaville à très haut débit avec une capacité de 10 gigas.Il va aussi s’assurer du transport des données à la fois du câble WACS et du câble 2 Africa de Pointe-Noire vers Brazzaville et l’inverse.

Les travaux de construction et de maintenance du bockbone ont été confiées à une entreprise de droit congolais Congo câbles. Le projet est mis en œuvre grâce à l’implication de l’ARPCE dont le datacenter à Pointe-Noire jouera un rôle majeur dans cet écosystème, et aux financements des opérateurs Telecoms dont Congo câbles, Airtel Congo, Congo Télécom et Silicone Connect.

« Le câble 2Africa offrira aux entreprises et aux consommateurs locaux une meilleure expérience en ligne et une plus grande connectivité entre l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient. Long de 45 000 kilomètres, il s’agit de l’un des plus longs câbles sous-marins, interconnectant 19 pays en Afrique, 9 au Moyen-Orient et 5 en Europe. Il fournira une capacité nominale allant jusqu’à 180 Tbit/s, 10 fois la capacité du Wacs, en améliorant la connectivité pour 3 milliards de personnes soit 36% de la population mondiale », a expliqué le directeur général de l’ARPCE, Louis-Marc Sakala.

Congo-sénatoriales : Christian Didas Bongolo est le candidat du MAR

Il est le candidat unique du parti Mouvement et renouveau (MAR), aux élections sénatoriales du dimanche 20 août 2023, dans la ville de Pointe-Noire.

 

Le conseiller Christian Didas Bongolo, va représenter le parti MAR aux élections sénatoriales du 20 août dans la ville de Pointe-Noire. La formation politique a officiellement présenté son candidat le week-end dernier.

A moins de deux semaines de la tenue des sénatoriales en République du Congo, les candidats augmentent les actions sur le terrain afin de convaincre les élus locaux. Le bureau national du MAR a fait le choix de présenter Christian Didas Bongolo aux élections sénatoriales de 2023 dans le département de Pointe-Noire. Le parti décrit son candidat comme un militant politique, cadre du MAR depuis plusieurs années. Il a été tour à tour membre du directoire national, président de la section numéro six Ngoyo, vice-président par intérim de la fédération MAR de Pointe-Noire.

Membre du secrétariat national d’arriération du parti, président de la fédération de Pointe-Noire, membre du bureau politique, conseiller municipal et départemental, président de la commission environnement, santé et affaires sociales au Conseil départemental et municipal de Pointe-Noire de 2014 jusqu’à aujourd’hui, soit trois mandatures successives.

Congo : Maurice Ondjolet n’est plus

L’ex-joueur du Fc Abeilles de Pointe-Noire, ancien sélectionneur national s’est éteint dimanche 16 juillet dernier à l’âge 81 ans.

Maurice Ondjolet est décédé le 16 juillet 2023, des suites d’une longue maladie à Pointe-Noire. Il fut tout au long de sa carrière un footballeur de talent et puis un brillant entraîneur réputé pour son intelligence tactique et son attrait pour le football offensif.

International congolais de 1962 à 1971, Maurice Ondjola dit Fontaine Ondjola Maurice (FOM) a gagné avec l’équipe nationale le tournoi de football des 1ers Jeux africains en 1965 à Brazzaville après avoir intégré le onze national à 20 ans, trois ans plus tôt seulement.

Il a remporté avec le onze national la coupe des Tropiques à Bangui en République centrafricaine devant le Cameroun du célèbre « maréchal » Mbappé Leppé laminé sur le score de 3 buts à 0.

Le public sportif n’a jamais oublié les exploits de ce jeune homme surdoué du ballon qui donnait du tournis à tous ses adversaires, bien aidé par ses coéquipiers en sélection : Mamboma Goyave, gardien de but de l’As Cheminots, Ngokana, Ngakosso de l’As Brazza, Yaya, Saxo de V. Club Mokanda et Makosso Pazur d’abeilles. Le jeune capitaine Ondjola qui a hérité du brassard après l’expulsion d’Amoyen Bibanzoulou décroche l’or en 1965 à 23 ans et est accueilli dans la liesse totale à Pointe-Noire à son retour des Jeux africains.

Comme entraîneur, l’Etoile du Congo a bénéficié du savoir-faire de ce maitre-tacticien et de ses collègues du staff technique des Stelleins à l’époque Paul Augustin Lagany et Tsira dans les années 80 avec comme retentissant exploit l’élimination de la célèbre équipe du Hafia de Conakry aux tirs au but dans ses propres installations devant le public médusé du stade du 28 septembre de Conakry. Deux ans plus tôt, Maurice Ondjolet a conduit l’équipe nationale en phase finale de la Can 1978 au Ghana.

Né le 28 septembre 1942 à Brazzaville, Maurice Ondjolet a fait ses débuts au foot pelote dans les équipes Botafogo, Fc Gazelle avant de fonder avec ses amis le Fc Abeilles…L’ancien agent du Chemin de fer Congo-Océan puis des Travaux publics va finir sa vie professionnelle dans les régies financières en intégrant en 1964 le service des douanes jusqu’à sa retraite.

Congo : interpellation de 04 présumés trafiquants de perroquets gris du Gabon

Ils ont été interpellés le 28 juin 2023, à Pointe-Noire, avec en leur possession quarante-cinq perroquets gris du Gabon.

 

La police de Pointe-Noire a interpellé quatre présumés trafiquants pour la détention et la circulation illégales des perroquets gris du Gabon, ces oiseaux protégés, en voie de disparition.

Les animaux sauvages, intégralement protégés par la loi, ne doivent pas être des animaux de compagnie. Ils peuvent être porteurs de maladies contagieuses. Les conventions signées et ratifiées par le Congo interdissent de les capturer, les abattre, les blesser ou les détenir.

Ces quarante-cinq perroquets gris du Gabon auraient été capturés dans les forêts du village Mboulevoka, district de Loango, dans le département du Kouilou, avant d’être placés dans deux cages de fortune par l’un de ces quatre présumés trafiquants. Ce dernier les aurait transportés de ce village pour Pointe-Noire avec pour objectif de les vendre. Les trois autres ont soit préfinancé la capture, soit joué le rôle de démarcheurs. L’un d’eux aurait même publié les photos des perroquets dans les réseaux sociaux afin d’attirer la clientèle.

Célestin Boussiengué, directeur départemental de l’Economie forestière de Pointe-Noire, a indiqué : « Pour ces citoyens qui ont été pris la main dans le sac, c’est la prison qui les attend », ajoutant: « Nous avons engagé la procédure avec nos collègues de la gendarmerie pour que ces individus-là finissent en prison ».

L’interpellation a été réalisée par les agents de la section de recherches judiciaires et de ceux de l’escadron de sécurité et d’intervention de la région de gendarmerie évoluant à Pointe-Noire, en collaboration avec les agents de la direction départementale de l’Economie forestière de Pointe-Noire et appuyés techniquement par le Projet d’appui à l’application de la loi sur la faune sauvage (Palf).

Congo : reprise de service de la ligne ferroviaire Brazzaville-Pointe-Noire

Après six années d’interruption, le chemin de fer Congo-Océan (CFCO) reprend du service.

 

Le trafic sur la ligne ferroviaire reliant Brazzaville à Pointe-Noire reprend après six ans d’interruption. Il avait été interrompu en 2016 à cause du sabotage de ponts et d’autres ouvrages d’art sur cette voie. La région du Pool était la plus toujours à cause des s’affrontaient l’armée congolaise et les ex-combattants ninjas.

Notons que cette ligne du train ne semble pas répondre aux normes mais le gouvernement promet de faire le nécessaire.

Rappelons que le Chemin de fer Congo-Océan (CFCO) est un hhéritage de la colonisation française. Ladite voie ferrée a longtemps été présentée comme l’épine dorsale de l’économie congolaise.

Congo-sécurité maritime : une formation ouverte à Pointe-Noire

La ville océane abrite depuis lundi 05 juin une formation sur le traitement de l’information maritime et à la conduite des opérations.

 

Le stage qui s’inscrit dans le cadre de l’action de l’Etat en mer va se poursuivre jusqu’au 15 juin 2023. L’organisation de cette formation consacrée au traitement de l’information maritime en vue d’une conduite efficace de missions opérationnelles en mer va permettre de former des ressources humaines de qualité afin de bâtir une économie maritime régionale sécurisée, sûre et durable.

Cette formation devra déboucher au renforcement de capacités au bénéfice des états de la zone de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et des structures de l’Architecture de la sécurité de Yaoundé, notamment le Crismac et la zone D.

Pendant plus d’une semaine, les participants vont se pencher sur des thématiques qui font la préoccupation principale de l’Architecture de Yaoundé dont la communauté maritime entend célébrer les dix ans d’existence en ce mois de juin.

Notons que cette formation régionale qui s’attaque aux problématiques majeures de sécurité maritime à destination des professionnels est organisée par l’institut de sécurité maritime internationale avec l’appui technique et financier de la direction de coopération, de sécurité et de défense du ministère des Affaires étrangères françaises au bénéfice de la zone CEEAC et du projet Gogin de l’Union européenne.