Congo : un séminaire sur l’indemnisation des victimes des accidents

Magistrats et auxiliaires de justice se sont ce mardi 21 mai, dans la ville de Brazzaville dans le cadre d’un séminaire.

 

« Indemnisation des victimes d’accidents de circulation conformément aux dispositions du code Cima ». C’est autour de ce thème que se sont réunis en séminaire les magistrats et auxiliaires de justice de la République du Congo. C’est une initiative de l’Association professionnelle des sociétés d’assurances du Congo, en collaboration avec le ministère de la Justice, des Droits humains et de la Promotion des peuples autochtones.

Les travaux ont été ouvert par le secrétaire général à la justice, Clotaire Okoko, réprésentant de la du ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion des peuples autochtones.

« Le principal objet de cet atelier est d’approfondir vos connaissances sur les mécanismes d’indemnisation spécifiques établis par le code Cima qui joue un rôle fondamental dans la protection des droits des accidentés de la route », a-t-il déclaré

Les participants devront être édifiés sur des sujets tels que la présentation de la Conférence interafricaine des marchés d’assurance (Cima); le cadre règlementaire et les modalités d’indemnisation des victimes d’accidents de circulation ; les facteurs influençant le processus d’indemnisation.

Congo : renforcement des capacités des agents du ministère de la défense

A travers un séminaire qui s’est ouvert à Brazzaville mardi 14 novembre et va s’achever le 17 du mois en cours.

 

Les directeurs de l’administration et des finances des directions générales et centrales ainsi que des commandements organiques des Forces armées congolaises suivent un séminaire de renforcement de leurs capacités. Celui-ci va durer quatre jours, soit du 14 au 17 novembre 2023.

Pour ce deuxième module du séminaire, les apprenants vont suivre des leçons sur des thèmes tels que la démarche d’élaboration du cadre de dépense à moyen terme ; la présentation du canevas du cadre de dépense à moyen terme ; l’élaboration de la matrice du cadre logique ; la budgétisation des dépenses de fonctionnement ; la budgétisation des dépenses d’investissement ; et la budgétisation en mode autorisation d’engagement et crédits de paiement.

Ce séminaire sur le budget programme est placé sous la supervision de la direction générale de l’administration et des finances du ministère de la Défense avec l’appui technique des agents de la direction générale du plan et du budget. Il a été ouvert par le directeur général de l’administration et des finances du ministère de la Défense nationale, le commissaire général de 2e classe, Alain Eugène Aignan Mpara.

Congo : 26 arbitres en séminaire de formation

Ouvert le dimanche 26 septembre dernier, cette formation va permettre à ces acteurs du football d’améliorer leurs capacités opérationnelles.

 

Le séminaire, ouvert le 26 septembre pour s’achever quatre jours après, permettra à la Fédération congolaise de football, appuyée par la Fédération internationale de football association (Fifa), d’améliorer les capacités opérationnelles des arbitres d’élite.

Ils sont au total, vingt-six arbitres congolais dont quinze internationaux et onze fédéraux qui  suivent les cours. Ces enseignements sont organisés chaque année par la Fifa pour permettre aux arbitres d’aborder les nouvelles modifications des lois du jeu. Il est aussi question de débattre et d’appréhender les fautes tactiques et le hors-jeu en particulier, et la manière de gérer les rencontres.

En effet, le stage a débuté par un test physique puis un autre essentiellement fondé sur la vidéo. A travers ces vidéos, il était question  de tester le niveau des arbitres congolais et d’évaluer le travail à accomplir. Les apprenants sont encadrés par le Camerounais Divine Raphael Evehe, instructeur technique de la Fifa. Il est le responsable de la zone Uniffac. Et aussi par le Sénégalais Mbake Mademba, instructeur physique.

Pendant quatre jours, plusieurs thèmes seront développés à travers de différents ateliers. Les thèmes abordés portent, entre autres, sur le positionnement et la lecture du jeu, les situations de jeu dans la surface de réparation, le duel.

Congo : dirigeants syndicaux et délégués du personnel renforcent leurs capacités

L’intersyndicale des confédérations de Pointe-Noire et du Kouilou a organisé, du 30 au 1er mai, un séminaire de renforcement de capacités opérationnelles des dirigeants syndicaux et délégués du personnel.

 

Cette formation s’est tenue dans la salle de conférence du 28 novembre 1958 sur le thème : « Travailleurs de Pointe-Noire et du kouilou, consolidons la paix sociale dans nos entreprises à travers le maintien du dialogue social, gage sûr du développement socio-économique et protégeons-nous contre la covid-19, pandémie qui sévit dans le monde ».

Plusieurs thèmes ont été abordés au cours de ce séminaire, parmi lesquels la procédure de licenciement individuel ou collectif pour cause économique; l’hygiène, sécurité et sanitaire au travail; les rôles et missions des responsables syndicaux et des délégués du personnel à l’entreprise, ainsi que l’importance de l’assurance vie.

Ce séminaire de formation avait pour objectif de donner aux dirigeants syndicaux et délégués du personnel de nouvelles bases pouvant leur permettre de mieux accomplir leur travail. Autrement dit, cette formation visait à renforcer les capacités opérationnelles des dirigeants syndicaux.

Notons que ce séminaire a connu l’implication de la direction départementale du travail de Pointe-Noire et du kouilou qui a délégué quatre inspecteurs du travail pour développer différents thèmes.

Congo : séminaire sur le développement intégré de la culture et du tourisme à l’ère post-pandémique

Ouvert, le 21 septembre à l’Université Marien Ngouabi, et organisé par le ministère de la Culture et du Tourisme de Chine en partenariat avec l’Académie centrale de l’administration culturelle et touristique.

La première séance de formation du séminaire sur le développement intégré de la culture et du tourisme à l’ère post-pandémique pour la République du Congo, a porté sur le thème : « Processus de développement, évolution politique et domaines typiques du développement intégré de la culture et du tourisme en Chine ». Elle a été animée par Song Ziqian, chercheur de l’académie chinoise du tourisme.

La deuxième séance portant sur : « Perspective de la reprise du tourisme international impacté par la pandémie », a eu lieu, le 22 septembre. La séance a été animée par Zou Tongqian, assistant du rectorat et Pr de la faculté de science du tourisme de l’université des études internationales de Beijing.

La troisième séance de formation qui a eu lieu le 23 septembre, a porté sur : « Stratégies de la revitalisation des entreprises culturelles et touristiques en période post-pandémique ». Elle a été animée par Liao Bin, chercheur du Centre de la recherche touristique de l’académie chinoise des sciences sociales, directeur du bureau de l’Enseignement et de la recherche pour la gestion des destinations touristiques de la faculté du tourisme de l’université de l’Union de Beijing.

La quatrième séance de formation portant sur : « Promotion en ligne et hors ligne de la culture et du tourisme à l’ère post-pandémique », aura lieu le 24 septembre avec pour conférencier, LIO Youning, président de Xi’an Fengdong OCT (Overseas Chinese Town) Development Co.Ltd.

Enfin, la dernière séance de formation est prévue pour le 25 septembre, sur le thème : « Solution du tourisme face aux cataclysmes ». Elle sera animée par Yang Jinsong, directeur de l’Institut international de l’académie chinoise du tourisme.

Congo : ouverture d’un séminaire sur la gestion des projets

Plus de cinquante membres des groupements associatifs bénéficient, depuis le 26 août, à Brazzaville, d’une série de formations sur l’ingénierie sociale et le management territorial.

La cession de renforcement des capacités des acteurs économiques locaux s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Projet de développement urbain et de restructuration des quartiers précaires (Durquap). Cette phase concerne les acteurs du quartier Moukoundzi Ngouaka, dans l’arrondissement 1 Makélékélé, et Sukissa, dans l’arrondissement 5 Ouenzé.

D’après les initiateurs, cette activité vise à permettre aux bénéficiaires du Durquap de s’approprier les enjeux du développement local. Les participants seront emmenés à comprendre le processus engagé pour promouvoir des quartiers viables, salubres et économiquement forts.

Les échanges sous forme d’atelier sont animés par des experts internationaux. Les bénéficiaires sont membres des associations comme « La Colode », « La Caisse des femmes », etc.

Pour l’un des formateurs, Bah, la formation va aider les bénéficiaires à prendre en main le développement de leurs localités. « Nous voulons renforcer les capacités des différents acteurs, les rendre endogènes, pour qu’ils travaillent dans leurs bases et sensibilisent leur communauté.  Il y a tout un processus pour arriver à structurer les différents quartiers selon une territorialisation de politique », a indiqué ce formateur.

Lors de l’ouverture des travaux, le responsable de communication du Durquap, Dan Ibiassy, a rappelé l’importance de la formation et invité les participants à en tirer profit afin d’être dynamiques sur le terrain. La formation sera sanctionnée par la remise des certificats aux participants.

En rappel, le Durquap, lancé en avril 2017, est cofinancé par le gouvernement congolais et la Banque mondiale.

Brazzaville : les membres du CNDH en séminaire

Cet atelier de renforcement de capacités des membres de la commission nationale des droits de l’homme (CNDH), vise à mettre les outils en place pour l’efficacité de leur travail.

La cité capitale du Congo, Brazzaville abrite un atelier de renforcement des capacités des membres de la Commission nationale des droits de l’homme (CNDH). Cette rencontre vise à mettre à leur disposition les outils pour l’efficacité de leur travail sur le terrain.

Les principes de Paris concernant les statuts des institutions nationales de défense et de promotion de droits de l’homme, le monitoring des violations de ces droits et leur promotion dans les milieux de détention, les mécanismes africains de protection des droits de l’homme, les institutions et les mécanismes nationaux des droits de l’homme au Congo, sont les principaux thèmes qui seront abordés au cours de cette atelier.

« Le respect des droits de l’homme conduit à la paix tout comme la paix permet la réalisation effective des droits de l’homme », a expliqué le président de la CNDH, Gabriel Valère Eteka-Yemet.

Les travaux de l’atelier de renforcement de capacités des commissaires de la CNDH se tiendront du 26 au 30 août dans la capitale, a expliqué le président de la CNDH, Gabriel Valère Eteka-Yemet.

Ce séminaire sui s’achève le 30 août prochain, est animé par les spécialistes des autres pays du continent dans le cadre du mémorandum d’entente avec l’Union africaine.

Kick boxing : l’association nationale veut vulgariser la discipline

Un séminaire de sensibilisation a été organisé par l’Association congolaise de boxe pieds-poings à l’endroit des journalistes de sport, pour leur permettre de bien commenter les rencontre.

L’Association congolaise de boxe pieds-poings pose les base de ladite discipline à Brazzaville. Cette ligue a organisé un séminaire de sensibilisation pour les journalistes sportifs, pour permettre à ceux-ci d’utiliser des mots technique lors des combats de kick boxing.

Pour Me Césaire Alfred Nzobo, le directeur technique de l’association et animateur du séminaire, Brazzaville, va abriter dans les jours à venir plusieurs rencontres de cette discipline, notamment les championnats d’Afrique professionnels, repoussés à une date ultérieure pour des raisons de financement.

Le président de la Fédération congolaise de karaté et arts martiaux affinitaires, Gerry Blaise Bollé, a tout de même rassuré que la compétition se tiendra à Brazzaville. L’association a aussi  prévu des rencontres avec les athlètes de la République démocratique du Congo (RDC) en vue de faire connaître la discipline au public brazzavillois.

« Etant donné que nous allons organiser  plusieurs événements, il  était important pour nous de vous donner les éléments nécessaires qui vous permettront de bien commenter les combats de kick boxing. Il y aura ce type de séminaire tous les trois mois car nous avons  des échéances qui pointent à l’horizon. Nous avons une rencontre avec les athlètes de la RDC. Nous avons déjà pris attache avec cette  fédération », a-t-il souligné.

«  Cette rencontre allait avoir lieu au mois d’avril. Sauf que nous avons l’invitation au championnat de zone qui tombe aussi en avril. Pour les questions de budget, nous sommes obligés de décaler la rencontre avec la RDC. Il y aura des rencontres qui se tiendront à Brazzaville pour faire la promotion de la discipline », a commenté Gerry Blaise Bollé.

Ouverture d’un séminaire sur la promotion de la concurrence

Un séminaire national sur la promotion de la concurrence et de protection des consommateurs s’est ouvert, le 26 mars à Brazzaville, regroupant les opérateurs économiques, les délégués des consommateurs, les pouvoirs publics ainsi que les partenaires au développement.

Organisé par le ministère du Commerce, des approvisionnements et de la consommation, en partenariat avec la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement (Cnuced), la Commission Cémac (Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale), sur un financement de l’Union européenne, l’atelier vise à renforcer les politiques nationales en matière de concurrence et de protection des consommateurs.

La rencontre permettra, d’après le délégué de la Cnuced, Yves Kenfack, de mettre en exergue le rôle des politiques de la concurrence et de la protection des consommateurs pour une croissance et un développement de l’économie congolaise. À la lumière des principales composantes de ces politiques, les participants vont examiner les différentes options, en vue de leur mise en œuvre.

« La politique de la concurrence et celle de la protection des consommateurs ont pour but final d’améliorer le bien-être du consommateur. Car, les deux visent à assurer le bon fonctionnement des marchés et à corriger leurs imperfections », a-t- il précisé, avant d’en appeler à l’implication de la société civile dans cette évolution.

La rencontre arrive à point nommé, a estimé le directeur de cabinet du ministre du Commerce, Fred Jonas Matokot, car elle pourrait accélérer le processus de promulgation des projets de loi sur la concurrence et la protection des consommateurs. A en croire l’intervenant, ces réformes législatives en cours vont aider à doter le pays des textes arrimés aux standards communautaires et internationaux, et à avoir un cadre institutionnel approprié, susceptible de mettre en œuvre ces politiques de protection de consommateurs.

Les nouvelles politiques en débat, en effet, répondent aux directives de la zone Cémac sur la protection des consommateurs et le projet de règlement de la concurrence. Cette vision communautaire tend à améliorer le climat des affaires, à rendre l’économie de la sous-région plus compétitive, intégrée à l’économie mondiale et à stimuler la croissance et le développement des Etats. « C’est pourquoi, je réitère un appel à tous les partenaires techniques et financiers d’accompagner le gouvernement congolais », a plaidé le directeur de cabinet.

La République du Congo dispose, pour l’heure, d’une seule loi sur la règlementation des prix, des normes commerciales, de constatation et de répression des fraudes (loi n°6-94 du 1er juin 1994). Il n’existe pas, cependant, de lois spécifiques sur la concurrence et la protection des consommateurs, ni d’une autorité nationale de la concurrence et d’un conseil national de protection des consommateurs.