Sommet Russie-Afrique : « une nouvelle page s’ouvre » entre les deux parties

L’évènement qui s’est achevé ce jeudi 24 octobre à Sotchi, a vu la participation de plusieurs chefs d’Etats et gouvernements d’Afrique.

Deux jours ont suffi pour mobiliser l’intégralité les représentants des 54 pays d’Afrique. Au travers de cette rencontre,  Moscou entendait marquer son retour sur le continent et pérenniser ce type de rendez-vous.

Vladimir Poutine a estimé que le sommet de Sotchi a « ouvert une nouvelle page » des relations entre la Russie et l’Afrique. Pour autant, aucun contrat majeur n’a été annoncé au cours de ces deux jours.

Même si les échanges étaient encore faibles, le président russe s’est tout de même félicité d’avoir posé les bases qui devraient permettre dans le futur à son pays d’intensifier ses échanges commerciaux avec le continent.

Le président Vladimir Poutine a annoncé la création d’un nouveau mécanisme de dialogue. Il prévoit que des sommets comme celui-ci auront désormais lieu tous les trois ans, tour à tour en Russie et dans un pays d’Afrique.

Et que chaque année, des consultations seront organisées au niveau des ministres des Affaires étrangères entre la Russie, d’une part, et trois États africains qui changeront chaque année, en fonction des rotations à la tête de l’Union africaine.

Plusieurs déclarations ont meublé cette rencontre.

« Les peuples africains ne remercieront jamais assez le peuple russe pour l’appui déterminant qu’il a apporté aux mouvements de libération de leur continent et à sa décolonisation complète. Au moment où s’ouvre cette nouvelle page entre la Russie et l’Afrique, une espérance très forte s’empare du milliard 300 millions d’Africains qui accueillent ce nouvel élan de coopération avec optimisme et ferveur. », a insisté Vladimir Poutine

Côté Afrique, plusieurs dirigeants ont posé leurs conditions, à cet éventuel rapprochement avec Moscou : que la Russie les soutienne dans leur ambition d’obtenir un poste de membre permanent du Conseil de sécurité de l’ONU.

Dans une déclaration commune, signée en conclusion de ce sommet, la Russie et l’Union africaine ont d’ailleurs dénoncé « les diktats politiques et le chantage monétaire » et appelé à une réforme du Conseil de sécurité des Nations unies pour que l’Afrique y soit mieux représentée.

 

Congo : Sassou N’Guesso de retour de Moscou

Le chef de l’Etat congolais est revenu lundi 27 mai de Moscou, où il était en visite officielle de 72 heures.

C’est ce lundi 27 mai 2019, que le président de la République Denis Sassou N’Guesso est revenu à Brazzaville. Il avait effectué une visite officielle à Moscou, sur invitation de son homologue de la Russie, Vladimir Poutine. Une visite de 72 heures qui a été marquée par entre autre par la signature de 8 accords de coopération entre le Congo et la Russie.

A Brazzaville, le président de la République a été accueilli à Maya-Maya dans le coup de 6 heures et demi ce lundi, 27 mai 2019 par les corps constitués.

Le moment culminant de cette visite officielle a été les entretiens en tête à tête entre Denis Sassou-N’Guesso et Vladimir Poutine. Cette rencontre au sommet qui a eu lieu au Kremlin a constitué une opportunité de discussion sur la nécessité de redynamiser une coopération vieille de 55 ans. L’échange entre les deux chefs d’Etat a, aussi, porté sur l’actualité du continent africain et du le monde. Au terme de ces entretiens en tête-à-tête, le Congo et la Russie ont échangé les textes des accords de coopération signés par les deux parties. Ces accords, huit au total, concernent, entre autres, la communication, l’utilisation de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques, le traitement de la dette du Congo envers la Fédération de Russie. Des mémorandums d’entente et protocole d’accord sur l’agriculture, la défense et le pétrole ont, également, fait partie des accords paraphés à Moscou.

Un autre moment fort de cette fructueuse visite à Moscou a été la gratification de Denis Sassou-N’Guesso par l’institut d’Etat russe des relations internationales. En reconnaissance de son action diplomatique, à travers le monde, cet institut basé à Moscou fait du chef de l’Etat congolais, Docteur honoris causa. Le président congolais a, pendant son séjour moscovite, salué la mémoire des soldats russes victimes de la guerre, en déposant une gerbe de fleurs sur la tombe du soldat inconnu, situé sous les murs du Kremlin.

On se souviendra aussi de l’adresse du président Denis Sassou-N’Guesso à la Douma d’Etat russe (parlement russe), devant laquelle il a magnifié la coopération entre le Congo et la Russie. Une coopération, a-t-il rappelé, élevée au rang de coopération stratégique gagnant-gagnant, depuis 2012 par sa volonté et celle de son homologue russe.

Devant la représentation russe, Denis Sassou-N’Guesso a vendu la destination Congo, dans le but d’inciter les investisseurs russes à venir et choisir le Congo que, Denis Sassou-N’Guesso a présenté comme terre d’opportunité.

Denis Sassou N’Guesso élevé au rang de Docteur Honoris Causa

C’est un titre qu’il a reçu à l’institut d’État des relations internationales de Moscou au terme de sa visite officielle en République fédérale de Russie.

Une cérémonie a été organisée en l’honneur du Président congolais pour son œuvre diplomatique dans le monde. Le titre de Docteur Honoris Causa est l’une des plus prestigieuses distinctions décernées par les établissements d’enseignement supérieurs. C’est une façon d’honorer des personnalités de nationalité étrangères pour leurs services rendus aux Sciences, aux Lettres, aux Arts…

Denis Sassou-N’Guesso, à Moscou a eu les honneurs de la Douma et du Kremlin, un passage devant les parlementaires russes, puis un entretien en tête à tête avec Vladimir Poutine.

Au cours de cette visite, des accords ont été signé notamment le départ des conseillers militaires par Moscou à Brazzaville pour assurer des missions de formation et de maintenance.

Coopération Congo-Russie : échanges entre Sassou Nguesso et Vladimir Poutine

Le chef de l’Etat congolais a été invité par son homologue russe, dans le cadre du renforcement de la coopération des deux pays.

Denis Sassou Nguesso qui est arrivé à Moscou, aura plusieurs entretiens avec Vladimir Poutine. Au cours de ces entretiens, les deux chefs d’État pourront échanger sur les questions d’intérêts communs, notamment les perspectives économiques entre les deux Nations. Cette rencontre de haut niveau entre les dirigeants des deux pays sera suivie d’une réunion élargie des deux délégations. Le premier sommet Russie-Afrique, prévu pour automne 2019 ne manquerait pas au menu de ces échanges entre Denis Sassou-N’Guesso et Vladimir Poutine. Bien d’autres questions relatives au raffermissement des liens d’amitié entre les deux peuples pourraient retenir l’attention des deux hommes d’Etat.

A l’issue de cette séance de travail, le Congo et la Russie pourraient signer plusieurs accords de coopération. On peut penser que le projet de gazoduc entre Pointe-Noire et Ouesso via Oyo pourrait figurer au cœur de ces accords. En effet, la mise en œuvre de ce projet permettra au Congo d’assurer la disponibilité des produits pétroliers sur le territoire national, en mettant en même temps un terme à leur convoyage, à travers certains pays comme la République Démocratique du Congo.

Avant de clore son séjour de travail à Moscou, le président Denis Sassou-N’Guesso sera l’hôte des universitaires, à travers un institut russe qui lui fait honneur, en lui décernant une distinction honorifique de la dignité russe.

En rappel, les échanges entre les deux pays sont passés de 3 milliards de dollars en 2011 à 11,5 milliards de dollars en 2014. Et que la Russie a formé plusieurs cadres congolais dont les militaires et des policiers qui continuent d’ailleurs à bénéficier de la formation russe. Plus 3000 jeunes Congolais apprennent le russe, notamment, grâce au centre culturel russe de Brazzaville.

Congo : Denis Sassou-N’Guesso à Moscou

Le chef de l’Etat a entame une visite officielle de 4 jours qui s’inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération Congo-Russie, qui est vieille de plus de 55 ans.

Denis Sassou Nguesso a décollé de l’aéroport international Maya Maya de Brazzaville, lundi 20 mai 2019, en matinée. Il s’est rendu à Moscou, capitale de la République fédérale de Russie. Sur invitation de son homologue Vladmir Poutine, le président congolais passera 4 jours, qui pourraient s’achemine vers la conclusion d’un programme avec le FMI.

Il faut le dire, cette visite officielle s’inscrit dans le cadre d’un renforcement de la coopération Congo-Russie. La coopération entre les deux pays vieille de plus de 55 ans, est marquée par des œuvres de développement dans divers domaines.

L’agenda de travail de Denis Sassou-N’Guesso annonce d’intenses activités diplomatique, politique et scientifique. En effet, le chef de l’Etat congolais s’adressera à la Douma (Parlement russe), à Moscou, ce 22 mai 2019. Il rencontrera aussi des hommes d’affaires russes, à qui il présentera les opportunités d’investissement du Congo, en vue de les inciter à choisir le Congo comme destination d’affaires.

En hommage aux soldats soviétiques tués durant la grande guerre patriotique de 1941 à 1945, Denis Sassou-N’Guesso déposera une gerbe de fleurs sur la tombe du soldat inconnu, situé sous les murs du Kremlin. Un tête à tête au Kremlin, entre Denis Sassou-N’Guesso et son homologue russe, Vladimir Poutine suivra cet hommage et constituera le point culminant de ce voyage d’Etat.