Politique › Institutions

Ce qu’il faut retenir du sommet conjoint CEEAC-CEDEAO

Les rideaux se sont fermés ce lundi soir 30 juillet sur le sommet conjoint CEEAC-CEDEAO tenu a Lomé. Un communiqué final a été publié à l’issu des travaux.

Une vingtaine de chef d’Etats africains ont participé ce lundi 30 juillet au Togo à ce sommet conjoint CEEAC-CEDEAO sur la présidence de Faure Gnassingbé et Ali Bongo. Une rencontre qui a permis aux représentants de pays africains d’adopter  une déclaration dite ‘’Déclaration de Lomé’’ sur « la paix, la stabilité, la sécurité et la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme violent » en Afrique.

A en croire le ministre togolais des Affaires Etrangères, de la Coopération et de l’Intégration Africaine, le but de ce sommet était de créer les conditions d’une paix durable et d’un environnement sécurisé dans l’espace commun des deux régions. Durant le sommet, les Chefs d’Etat ont examiné la situation sécuritaire générale de l’Afrique de l’Ouest et Centrale et relevé les risques induits par la montée du terrorisme, de l’extrémisme, des trafics d’arme, d’être humain, de drogue ainsi que le blanchiment d’argent et la cybercriminalité.

Il a aussi été question de mettre en lumière les acquis de la coopération entre les deux organisations dans les domaines de sécurité et de sûreté maritimes dans le cadre du Centre Interrégional de Coordination des décisions du sommet conjoint CEDEAO-CEEAC du 25 juin 2013 tenu à Yaoundé au Cameroun.


L’ensemble des chef d’Etat a prôné une une coopération de prévention des conflits et appelé les deux régions à faire la promotion de la paix et la stabilité à travers le renforcement des relations au niveau régional par la mise en place d’un mécanisme d’alerte précoce et de réponse rapide aux crises en impliquant la société civile. Ils ont également décidé d’initier un accord de coopération en matière de « police criminelle » entre les deux communautés. Un accord qui devrait intervenir avant la fin de l’année 2018, souligne le communiqué.

Enfin, les Chefs d’Etat et de gouvernements des deux regroupements ont convenu de se réunir chaque année en marge du sommet ordinaire de l’Union Africaine et tous les deux (2) ans de manière alternative dans l’une ou l’autre des communautés pour faire le point de la mise en œuvre du contenu de la déclaration de Lomé. Le prochain sommet CEDEAO-CEEAC aura lieu en 2020 à N’djamena au Tchad, indique le communiqué final.

À LA UNE
Retour en haut