International › APA

La presse sénégalaise examine l’ajournement du redémarrage des cours

Les journaux sénégalais, parvenus mercredi à APA, traitent essentiellement du report de la réouverture des classes et de l’expression par des manifestations de la grogne des acteurs du transport interurbain.Pour Sud Quotidien, qui indexe « les failles » de l’Education nationale, « l’annulation de dernière minute de la réouverture des classes a pris de court les acteurs de l’école. Derrière cette décision tardive et non consultative, selon plusieurs directeurs d’écoles, se cachent de grosses lacunes sur le dispositif de préparation et même sur la politique de gestion du milieu éducatif ».

Le Quotidien, sous le titre « Tableau noir », fait un focus sur les incertitudes qui planent sur la reprise des cours. A en croire ce journal, « l’année blanche que redoutent (certains) n’aura pas lieu. Mamadou Talla, le ministre de l’Education nationale en est convaincu. Il a annoncé une reprise des cours à un autre moment plus propice, compte tenu de la situation sanitaire sans donner de date ».

Toujours dans Le Quotidien, Mbaye Sarr, le Secrétaire Général du Syndicat autonome pour le développement de l’éducation et de la formation (Sadef) soutient avoir répété que « les conditiions ne pouvaient pas permettre une bonne reprise ». Pour trouver une solution, Abdou Faty, le Secrétaire Général du Sels authentique (Syndicat des enseignants libres du Sénégal) invite « le gouvernement (à) privilégier la concertation jusqu’au bout en intégrant les enseignants dans le Comité interministériel ».

Dans les colonnes d’EnQuête, Mamadou Talla et Dame Diop, son collègue en charge de la Formation professionnelle ont déclaré que « (la) belle synergie qui a prévalu depuis le début de la crise est à saluer et à maintenir pour garantir de meilleures conditions de redémarrage des enseignements (et) apprentissages ».

Ce journal se fait aussi l’écho d’ « un fiasco annoncé ». Selon EnQuête, « les enseignants ne sont pas surpris du report de la réouverture des classes. Ils n’en sont pas moins amers de la tournure des évènements (et) pointent l’impréparation ».


De son côté, Le Soleil rapporte les propos de Mame Bounama Sall, le président de la Commission Education, jeunesse, sport et loisirs de l’Assemblée nationale pour qui, il s’est agi pour le président de la République de « reculer pour mieux sauter, car il ne veut pas que l’école devienne un foyer de contamination à grande échelle ».

Le quotidien national évoque également les conséquences de l’interdiction du transport interurbain sur les populations : « De Touba (centre) à Tivaoune (ouest) en passant par Mbacké (centre) et Diourbel (centre), des affrontements entre chauffeurs et forces de l’ordre ont été notés, parfois avec violence. Les transporteurs réclament la réouverture des gares routières et la levée de l’interdiction frappant le transport interurbain ».

L’AS informe qu’à Touba « des pneus ont été brûlés, des biens publics saccagés et la circulation bloquée par les manifestants dont plusieurs ont été arrêtés ». Cela fait dire à Vox Populi que « le ras-le-bol se généralise à travers le pays », non sans mentionner que « des jeunes se révoltent (aussi) contre le couvre-feu ».

Pour sa part, L’Observateur nous plonge dans l’univers des « nouveaux pauvres du coronavirus ». Dans ce journal, B. F, chauffeur de camion raconte que « c’est (sa) femme qui (l’) entretient avec son salaire de bonne » là où B. N, employé du King Fadh Palace se sent « parfois comme un mendiant ».


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 12.10.2020

Le complexe sportif de la Concorde de Kintélé

Le complexe sportif de la Concorde de Kintélé est un centre olympique situé à Kintélé, dans la banlieue nord de Brazzaville. Inauguré par le président…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut