› Société

Congo : le projet « Arômes du Congo » fait face à un problème foncier

Droits réservés.

Lancé le 13 janvier 2018 dans la Cour royale de Mbé, département du Pool, le projet de production des huiles essentielles est depuis lors aux arrêts.

La non certification des terres coutumières du propriétaire terrien constitue le seul obstacle qui retarde le démarrage effectif du projet. Arômes du Congo sera développé autour de la localité historique de Mbé. Une surface de 30.000 hectares localisés sur les terres d’Issala lui a été déjà affectée pour  ses activités. Mais, selon la nouvelle règlementation en la matière, le propriétaire de ces terres, Mr Joseph Mfira, doit déclarer ses terres et les immatriculer au préalable.

D’après l’un des responsables du projet, Mr Joseph Mfira avait déjà bouclé les démarches préliminaires et n’attend plus que la Commission nationale de reconnaissance des terres coutumières (CNRTC) statue sur son cas afin que lui soit délivré un titre foncier. L’unique document qui lui donnera le droit de concéder légalement ses terres à titre locatif au projet « Arômes du Congo ».

Selon un programme préalablement établi par arrêté ministériel, la CNRTC allait siéger le 26 juin 2020 à Kinkala pour certifier les terres coutumières du département du Pool. Malheureusement, la cérémonie n’a pu se tenir en raison des restrictions imposées à cause de la crise sanitaire.

« Arômes du Congo », qui est déjà prêt à démarrer ses activités, estime par ailleurs que compte tenue de l’importance du projet la CNRTC pourra se réunir en format réduit afin de lever ce blocus. Ayant accusé un grand retard, ‘’Arômes du Congo’’ espère du gouvernement une solution idoine afin de développer ses activités qui profiteront aux Congolais.


Le projet prévoit la production industrielle d’huiles essentielles de qualité à partir des plantes et fleurs aromatiques bien étudiées et sélectionnées. Ces huiles serviront, entre autres, à la fabrication des parfums de grand standing, des produits cosmétiques de luxe, des arômes alimentaires ainsi que la phytothérapie, une substance utilisée dans le traitement de plusieurs pathologies.

« Les huiles essentielles, qui sont le résultat d’une distillation soignée, rentrent dans le cadre de plusieurs applications. Elles répondent à l’industrie des parfums, du cosmétique, des arômes alimentaires et, au niveau médical, de l’aromathérapie. Depuis plusieurs années, leur croissance est en constante augmentation », affirmait un autre responsable de la société au lancement du projet.

Une fois effectif, précisait un technicien de la société, le projet « Arômes du Congo » va générer des milliers d’emplois directs aux jeunes congolais. Ainsi, il y a trois ans, la société avait déjà formé une vingtaine de jeunes dans les domaines de la parfumerie, des produits cosmétiques ainsi que de la botanique qui  attendent jusque-là le démarrage effectif du projet afin qu’ils soient embauchés.

« Arômes du Congo » contribuera à la diversification de l’économie nationale, au moment où le pays traverse une crise économique sans précédent, due à l’effondrement drastique des cours du baril de pétrole sur le marché international.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 20.08.2021

Des rapides de Kintamo

A l’endroit où la rivière Djoué se jette dans le fleuve Congo dans le premier arrondissement (Makélékélé) de Brazzaville, on peut voir les rapides de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut