International › APA

Agriculture: le Kenya invité à interdire certains pesticides

L’Organisation non gouvernementale (ONG) de défens de l’environnement, Greenpeace Afrique, invite le Kenya à faire la lumière sur l’utilisation de pesticides toxiques dans l’agriculture.Pour ce faire, des agriculteurs ont demandé au parlement kenyan de se pencher sur cette question. La requête déposée devant le parlement vise à protéger les agriculteurs et les consommateurs des pesticides nocifs dont il a été scientifiquement prouvé qu’ils sont cancérigènes, mutagènes et généralement nuisibles à la santé humaine.

Réagissant à cette situation, Claire Nasike, responsable de la campagne alimentaire de Greenpeace Afrique a affirmé que « les agriculteurs kenyans ont le droit de connaître la vérité sur les pesticides ».

« Les associations qui prônent l’utilisation des pesticides induisent en erreur nos agriculteurs, qui méritent de connaître la vérité sur ces pesticides toxiques », a déploré Mme Nasike.

Selon elle, le PDG du Fresh Produce Consortium (Consortium des fruits et légumes frais du Kenya), Ojepat Okisegerea et les autres membres de l’association doivent fournir les bonnes informations aux agriculteurs concernés par cette requête.


« Il ne s’agit pas d’un appel à une interdiction générale de tous les pesticides, mais plutôt des plus toxiques qui compromettent la qualité de notre santé et de notre environnement », a poursuivi Claire Nasike.

Elle a estimé que le droit des Kenyans à une alimentation saine a été compromis, après des années d’exposition à des aliments à forte teneur en résidus de pesticides. Suffisant pour qu’elle soutienne que l’interdiction de ces pesticides toxiques est un pas dans la bonne direction pour encourager les agriculteurs à adopter des alternatives écologiques déjà existantes, comme la lutte intégrée contre les ravageurs.

Selon un rapport de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publié en 2016, les résidus de pesticides dans les aliments présentent des risques néfastes pour la santé humaine dont le cancer, les effets sur la reproduction, le système immunitaire ou le système nerveux.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 20.08.2021

Des rapides de Kintamo

A l’endroit où la rivière Djoué se jette dans le fleuve Congo dans le premier arrondissement (Makélékélé) de Brazzaville, on peut voir les rapides de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut