International › APA

Santé, social et économie au menu des quotidiens marocains

Les quotidiens marocains parus ce lundi consacrent de larges commentaires aux nouvelles restrictions sanitaires, à la réforme des retraites et la promotion du secteur du textile.+Aujourd’hui le Maroc+ écrit qu’à chaque fois que des mesures restrictives sont décidées pour endiguer la propagation des contaminations, la première qui arrive en tête de liste est le couvre-feu, soulignant que les dernières restrictions décrétées dans la région de Casablanca n’ont pas échappé à cette règle.

« En quoi alors un couvre-feu contribue-t-il plus que d’autres mesures à lutter contre la propagation du virus ? », se demande le quotidien, relevant qu’il s’agit d’une question que se pose le commun des mortels et à laquelle les spécialistes, les experts et ceux qui dessinent les dispositifs de lutte contre la pandémie feraient bien d’apporter des réponses.

Il est difficile pour un citoyen lambda d’adhérer et de suivre des consignes et des mesures s’il n’en comprend pas le sens ni l’utilité, concède-t-il, relevant qu’un petit effort d’explication sensée et de vulgarisation de la part des responsables peut donner de meilleurs résultats que le contrôle et la sanction.

Au registre des retraites +L’Opinion+ souligne que le dossier relatif à la réforme globale des régimes de retraite a tellement traîné dans les tiroirs de l’Exécutif que la classe laborieuse a quasiment perdu tout espoir quant à sa mise en œuvre.

Le système des pensions civils atteindra, dans les deux prochaines années, le seuil réglementaire minimal des réserves, si la réforme n’avance pas d’un iota, prévient le journal, rappelant que la CMR (caisse marocaine de retraite) et le RCAR (régime collectif d’allocation de retraite) sont déjà à bout de souffle, suite à l’écart entre les cotisations collectées et les prestations servies qui repart à la hausse.

Le gouvernement, et notamment le ministère de l’Economie et des finances, doit donc accélérer la cadence, au lieu de camper dans l’atermoiement et l’attentisme, préconise-t-il, appelant à éviter un scénario catastrophique qui risque d’engendrer des tensions sociales inédites, sans parler des lourdes conséquences d’ordre budgétaire.


+La Vie Eco+ s’intéresse à l’amendement de l’accord de libre-échange Maroc-Turquie notamment dans son volet relatif au textile.

Alors que le marché local a été inondé par le textile turc, cet amendement « permet de rééquilibrer le marché en faveur des industriels locaux et mettre fin à la concurrence déloyale qu’ils subissaient », se réjouit la directrice générale de l’association marocaine des Industries du textile (Amith), citée par le journal.

Cet amendement intervient alors que les importations, selon les statistiques de l’Amith, ont, depuis 2010, enregistré annuellement une hausse de 150%. Elles sont ainsi passées de 141 à 940 millions de dirhams (1 euro = 10,8 DH) entre 2010 et 2016..

Pensé pour mieux protéger l’industrie nationale, cet amendement signé en août 2020 rééquilibrera les règles du jeu en faveur des textiliens locaux. En soumettant à l’imposition douanière plusieurs produits finis de l’habillement, des tissus d’ameublement, des couvertures ainsi que des tapis, le nouvel accord privilégie les produits qui ont le plus pâti de la concurrence turque sur le marché local. Les intrants importés de Turquie ne sont pas concernés par l’amendement, tant ils sont utilisés par les industriels exportateurs.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 12.10.2020

Le complexe sportif de la Concorde de Kintélé

Le complexe sportif de la Concorde de Kintélé est un centre olympique situé à Kintélé, dans la banlieue nord de Brazzaville. Inauguré par le président…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut