› Politique

Procès Mbemba : la cour rejette un avis émis par les Nations unies

La justice rejette l'avis émis par les Nations Unies en rapport au procès de Jean-Martin Mbemba.

 Jean-Martin Mbemba, ancien ministre d’Etat congolais et président de la commission nationale des droits de l’homme, est jugé en son absence pour atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat.

L’ouverture du procès de l’ancien ministre d’Etat congolais et président de la commission nationale des droits de l’homme, Jean-Martin Mbemba, a eu lieu mercredi 23 mai. Notons que ce procès se tenait en l’absence de ce dernier accusé pour atteinte à la sécurité intérieure de l’Etat. Il est bon de mentionner que les débats ont traîné à cause d’une exception de la défense, qui se basait sur un avis des Nations unies demandant la libération de ses co-accusés qui ont déjà passé des années en prison. Une exception qui a finalement été rejetée.

Pendant les deux premiers jours du procès, les avocats de la défense ont soulevé une exception les deux premiers jours du procès. Ils se sont accrochés à un avis émis par le groupe de travail des Nations unies contre la détention arbitraire, exigeant la libération des quatre co-accusés de Jean-Martin Mbemba qui comparaissent alors qu’ils sont détenus depuis cinq ans.

« Effectivement, ce groupe de travail des Nations unies a rendu une décision qui ordonnait à l’Etat congolais de mettre en liberté Mbango Jean-Claude (un colonel de police, le principal co-accusé, ndlr) et les autres, parce que ce groupe de travail a jugé arbitraire la détention de ces messieurs. Aujourd’hui l’Etat congolais devrait se plier à cette décision parce que, comme vous le savez bien, nous sommes membre des Nations unies », a déclaré Alphonse Dianguitoukoulou, un avocat de la défense.


Cette exception a été rejetée par la Cour à la grande satisfaction du Ministère public et de la partie civile. « Le dossier n’est pas compliqué pour nous pour le moment parce que c’est le fond qui va démontrer s’il est vide ou pas. Pour nous, nous sommes convaincus que le dossier est bon, il n’est pas compliqué », s’est réjoui Me Alain Ludovic Samba qui défend les intérêts de l’Etat.

Pour Rappel, Jean-Martin Mbemba, est jugé par contumace.

À LA UNE
Retour en haut