Personnalités › Interviews

Livre Paris 2019 : le Congo demeure un terreau fertile de générations d’écrivains

Digne Elvis Tsalissan Okombi homme politique congolais.

Digne Elvis Tsalissan Okombi homme politique congolais, passionné de littérature, l’auteur d’un essai et d’un roman parus l’année dernière évoque les raisons essentielles du Stand Po na Ekolo à Livre Paris, du 15 au 18 mars.

Sous quelle étiquette le Congo effectue-t-il son retour à Livre Paris ?

Saluons, tout d’abord, les responsables des beaux jours de la Librairie Galerie Congo à Paris qui avaient été les premiers à propulser un espace de visibilité de la culture du Congo au rendez-vous littéraire parisien, sous le label Auteurs et Livres du Bassin du Congo. Avec surprise, nous déplorons l’absence du Pavillon Lettres d’Afrique. Les Éditions Paari du Congolais Mawawa Kiese reviennent cette année. Po na Ekolo, association créée sous la loi 1901, a été référencée pour cet événement comme association socioculturelle de lutte contre les valeurs négatives en promouvant les cultures des peuples et favorisant les échanges entre cultures. Nous trouvons ici l’occasion, dans un esprit de continuité et d’ouverture, tel qu’il a été conçu par Hugues Ngouélondélé, président de l’association Po na Ekolo, de rendre au livre sa dimension symbolique d’union et de rapprochement entre tous les acteurs de la culture au Congo, qu’ils résident à Brazzaville, Pointe-Noire, Paris ou partout ailleurs. C’est aussi montrer aux visiteurs du salon que le Congo demeure un terreau fertile de générations d’écrivains.

A propos des écrivains, comment avez-vous effectué le choix pour constituer votre délégation ?


Nous venons à Paris unis. Au sein de la délégation, une représentante de l’État ; des auteurs et des éditeurs ayant une actualité littéraire à présenter au public français. Certes, pour nous, c’est une grande première. Nous demandons aux mécènes d’adhérer à notre démarche pour préparer la prochaine édition. Car, en matière de promotion de nombreuses perspectives sur notre culture, il ne faut pas tout attendre de l’État. Plusieurs festivals se tiennent au Congo, ils ne sont pas systématiquement portés par l’État.

Quels sont les objectifs de cette première participation ?

Durant ces quatre jours, nous découvrirons l’actualité du livre. Nous échangerons avec les acteurs du milieu. Désireux d’écrire une nouvelle et belle page grâce à notre espace, nous nous efforcerons, autant que faire se peut et bien décidés à participer au rayonnement du secteur culturel congolais, de fédérer les volontés de tous les acteurs en favorisant la découverte de nos écrivains dans la singularité de leur thème et de leur écriture, autour des temps forts de la programmation du stand. Si le succès est au rendez-vous, nous penserons, d’ores et déjà, à notre participation, l’an prochain, à la quarantième édition de Livre Paris.



À LA UNE
loading...
Retour en haut