International › APA

La vice-présidence, principal enjeu des élections de l’UA

La réélection de l’actuel président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, ne sera qu’une simple formalité.Seul candidat à sa succession, le Tchadien devrait rempiler pour un second mandat. Mais la bataille pour la vice-présidence s’annonce âpre. En effet, six candidats dont cinq femmes concourent pour un siège.

Avec trois postulants, l’Afrique de l’est est la zone la plus représentée. Elle est suivie de l’Afrique de l’ouest avec deux candidates. L’Afrique australe, quant à elle, vient en dernière position avec une représentante.

Le Maghreb ne présente pas de candidat. Tout comme l’Afrique centrale d’où est originaire Moussa Faki Mahamat. Car le président de la Commission de l’Union africaine (CUA) et son second ne peuvent pas provenir de la même aire géographique.

Mais quel rôle joue le vice-président de la Commission ? Ce dernier, s’il est moins médiatisé que le président, est tout de même un maillon important du Secrétariat de l’Union africaine. En effet, il assiste le président dans l’exercice de ses fonctions afin de garantir le bon fonctionnement de la Commission. En outre, le numéro 2 de la CUA est chargé de l’administration et des finances.

La personne qui occupe ce poste est élue par la Conférence des chefs d’Etat pour un mandat de quatre ans, renouvelable une fois. Le scrutin se fait par vote secret et à la majorité des deux tiers des États membres ayant le droit de vote.

Awale Ali Kullane est l’un de ceux qui se soumettront à cet exercice à l’occasion de la 34e Session ordinaire de l’Assemblée des chefs d’Etat et de gouvernement de l’UA. Cette rencontre se tient les 6 et 7 février dans la capitale éthiopienne.

L’actuel ambassadeur de la Somalie à Pékin (Chine) décline son programme en sept points : une prospérité inclusive et durable ; une Afrique intégrée et mondiale ; démocratie, droits de l’Homme et Etat de droit ; paix et sécurité ; identité culturelle, patrimoine et valeurs ; un développement axé sur les populations et une Afrique résiliente et influente.

A lire aussi: UA : le bilan de Moussa Faki Mahamat en question

Toutefois, le diplomate somalien a peu de chance de l’emporter. En vertu du système de parité des genres instauré en 2018 par l’UA, le président de la CUA et son adjoint doivent être de sexes différents.

La Rwandaise Monique Nsanzabaganwa est l’une des trois femmes de l’Afrique de l’est à briguer ce fauteuil. Si elle triomphe, cet économiste promet d’« assurer la mise en œuvre, l’efficacité et la responsabilité de la CUA pour réaliser l’Afrique que nous voulons ».

Hasna Barkat Daoud, de Djibouti, est aussi en lice. En cas de succès, elle s’engage « à faire en sorte que le travail de suivi et de coordination soit réalisé pour l’atteinte effective des objectifs du président dans l’exercice de son mandat ».

En outre, l’Afrique orientale mise sur Pamela Kasabiiti Mbabazi. A 52 ans, l’Ougandaise estime que sa vision d’une « Afrique transformatrice d’une société à prédominance paysannerie à un continent moderne et socio-économiquement transformé » est ancrée dans la vision et la mission de l’Union africaine. Elle a notamment l’intention de mener des politiques qui « exploitent la jeunesse africaine et la riche base de ressources de l’Afrique de manière durable ».


Fatoumata Jallow Tambajang participe également à ce rendez-vous électoral. Au-delà de sa détermination à promouvoir le développement humain durable, la Gambienne affirme « être disposée à aider le président de la CUA (pour) que l’organisation soit continuellement préparée à faire face à des défis financiers et administratifs inattendus ainsi qu’à des menaces politiques, économiques et sociales ».

L’actuel vice-président de la Commission de l’UA est le Ghanéen Kwesi Quartey. Sa compatriote Martha Ama Akyaa Pobee veut marcher sur ses pas. Dans sa future mission, elle envisage « de soutenir le président et les parties prenantes concernées, de favoriser la collaboration et un esprit de coopération entre les organes et le personnel de l’Union africaine afin d’accélérer la mise en place d’une Commission axée sur les performances, capable, compétente, équilibrée, dotée de ressources suffisantes et efficace pour l’Afrique que nous voulons ».

Quid des commissaires ?

Au total, 25 candidats issus de 18 pays sont concernés par cette élection. Certains tenteront de rempiler là où d’autres veulent intégrer pour la première fois l’organe exécutif de l’UA. Parmi les six postes en jeu, celui de commissaire aux Affaires politiques, Paix et Sécurité vaut son pesant d’or.

Fruit de la fusion de deux départements, cette fonction est convoitée par l’actuelle titulaire aux Affaires politiques, la Burkinabè Minate Samate Cessouma, le Nigérian Bankole Adegboyega Adeoye et les diplomates sud-africain et tanzanien Jeremiah Nyamane Mamabolo et Liberata Rutageruka Mulamula.

Du fait de sa puissante diplomatie et de sa place de première économie du continent, le Nigeria est en pole position selon plusieurs observateurs. L’heureux élu succédera à l’Algérien, Smail Chergui, qui boucle son second mandat à la tête du département Paix et Sécurité.

A lire aussi: UA : quelles priorités pour le nouveau mandat de Faki ?

Quatre candidats se disputent le poste de commissaire à l’Agriculture. Le siège de commissaire pour l’Economie, le Commerce et l’Industrie est lorgné par cinq hommes. Le commissariat à l’Education et aux Sciences sera dirigé par un représentant de l’Afrique australe ou orientale. Le candidat ayant la faveur des pronostics serait Molapo Qhobela de l’Afrique du Sud.

Le Zimbabwéen Amos Marawa, le Kényan Cyrus Njiru, la Rwandaise Coletha Uwineza Ruhamya et l’Égyptienne Amani Abou-Zeid sont en compétition pour le poste de commissaire à l’Énergie et aux Infrastructures.

L’Ivoirien Justin N’Guessan Koffi pourrait aux commandes du département de la Santé, des Affaires humanitaires et du Développement. Le Kényan Ahmed Ezra Ogwell Ouma et la Mauritanienne Aicha Vall Verges sont aussi engagés dans la compétition.

Pour les postes de commissaires, seuls 29 % du total des candidats sont des femmes. C’est-à-dire huit postulants parmi les vingt-cinq de la liste définitive.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 08.03.2021

Les chutes de la Loufoulakari

Les chutes de la Loufoulakari sont des cascades situées dans le sud-ouest de la république du Congo, dans le département du Pool, à 75 km…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut