International › APA

Fonction publique ivoirienne: signature électronique des actes « dès février » 2022

Le ministre ivoirien de la Fonction publique et de la modernisation de l’administration, Anne Ouloto, a annoncé jeudi le démarrage de la signature électronique des actes « dès février » 2022, lors d’une conférence de presse à son Cabinet.

« Cela permettra de faire en sorte que nous puissions agir avec célérité », a déclaré Mme Anne Ouloto, indiquant que des initiatives sont déjà en cours et des instructions ont été données au service technique de son département ministériel. 

Faisant le bilan de ses huit mois à la tête de ce ministère, Mme Anne Ouloto a dit que depuis sa prise de fonction, elle a « hérité d’un stock de plusieurs dizaines de milliers d’actes en attente de traitement ». 

« En huit mois d’exercice, c’est au total 106 148 actes administratifs que j’ai signés, parmi lesquels, 72 819 arrêtés de régularisation d’avancement, 11 217 arrêtés de nomination et 5 733 arrêtés de promotion », a précisé le ministre de la Fonction publique. 

Elle a fait observer que « le retard mis pour la prise de ces actes impacte négativement la carrière des fonctionnaires et agents de l’Etat, et reste fortement préjudiciable au bon fonctionnement et à la performance des services ».  

« C’est pourquoi la célérité constituera l’un des axes prioritaires de nos actions et le crédo des services pour l’exercice 2022 », a-t-elle soutenu, avant d’ajouter « nous mettrons un point d’honneur à nous faciliter nous-mêmes la tâche et à nous éviter de passer nos nuits à signer des actes ». 

Cette démarche se veut une « approche stratégique pour la modernisation de notre administration,  pour sa performance et pour son efficacité », a-t-elle renchéri, confiant que c’est d’abord dans son intérêt, et elle ferait en sorte que les fonctionnaires aient rapidement leurs actes.


« Nous avons signé des actes des années 2017, 2018 et pour 2019, je crois qu’on a commencé et il nous reste (les actes de) 2020 et même 2021 », a-t-elle révélé, admettant que « ce n’est pas un exercice facile », mais les dispositions seront prises pour crédibiliser la signature électronique. 

« J’ai instruit le directeur de Cabinet et les conseillers techniques d’avoir une réunion technique la semaine prochaine avec les services concernés pour essayer de définir une période où nous nous donnerons tous les moyens d’apurer toutes les signatures », a-t-elle poursuivi.

« C’est un processus bien engagé et nous ferons tout ce qui est à notre pouvoir pour qu’après 2022, on ne parle plus de stock d’actes qui nous reste à signer », a souligné Mme Anne Ouloto, martelant « le corps humain n’est pas une machine, autrement j’aurais pu signer 200.000 actes ».

Répondant à une question sur le processus de certification de la signature électronique, elle a fait savoir que « le risque zéro n’existe pas. (Mais), il s’agit de mettre en place des garde-fous, des mécanismes pour permettre d’identifier les intentions de fraudes ou les fraudes ».   

« Cette année, certains ont tenté d’imiter ma signature » en dépit de la signature manuelle,  toutefois « nous améliorerons le traitement des actes administratifs dus aux fonctionnaires et agents de l’Etat en renforçant la minimisation des procédures et des délais et en adoptant la signature électronique », a-t-elle assuré. 


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 20.08.2021

Des rapides de Kintamo

A l’endroit où la rivière Djoué se jette dans le fleuve Congo dans le premier arrondissement (Makélékélé) de Brazzaville, on peut voir les rapides de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut