International › APA

S’unir pour un vaccin pour tous contre la Covid-19 (Tribune)

Des personnalités du monde entier unissent leur voix pour un accès universel à un potentiel vaccin contre le nouveau coronavirus au moment où certains dirigeants veulent mettre la main sur la précieuse substance.L’humanité d’aujourd’hui, vulnérable face à ce virus, est à la recherche d’un vaccin efficace et sûr contre la Covid-19. C’est notre meilleur espoir de mettre un terme à cette douloureuse pandémie mondiale.

Nous demandons aux ministres de la Santé réunis à l’Assemblée mondiale de la santé de se rallier d’urgence à la cause d’un vaccin pour tou-te-s contre cette maladie. Les gouvernements et les partenaires internationaux doivent s’engager : lorsqu’un vaccin sûr et efficace sera développé, il devra être produit rapidement à grande échelle et mis gratuitement à la disposition de tous, dans tous les pays. Il en va de même pour tous les traitements, diagnostics et autres technologies contre la Covid-19.

Nous reconnaissons que de nombreux pays et organisations internationales progressent vers cet objectif, en coopérant multilatéralement en matière de recherche et de développement, de financement et d’accès, y compris les 7,4 milliards d’euros annoncés le 4 mai dernier, dont il faut se féliciter. Grâce aux efforts inlassables des secteurs public et privé, et à des milliards de dollars de recherche financée par les pouvoirs publics, la découverte d’un vaccin potentiel progresse à une vitesse sans précédent et plusieurs essais cliniques ont déjà commencé.

Notre monde sera plus sûr que lorsque tout le monde pourra bénéficier de la science et avoir accès à un vaccin – ce qui est un défi politique. L’Assemblée mondiale de la santé doit parvenir à un accord mondial qui garantisse un accès universel rapide à des vaccins et à des traitements de qualité, les besoins étant prioritaires sur la capacité de payer.

Il est temps que les ministres de la Santé renouvellent les engagements pris lors de la création de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), où tous les États ont convenu d’assurer « le meilleur état de santé possible en tant que droit fondamental de tout être humain ».

Ce n’est pas le moment de favoriser les intérêts des entreprises et des gouvernements les plus riches, au détriment de la nécessité universelle de sauver des vies, ou de laisser cette tâche importante et morale aux forces du marché. L’accès aux vaccins et aux traitements en tant que biens publics mondiaux est dans l’intérêt de toute l’humanité. Nous ne pouvons pas laisser des monopoles, une concurrence grossière et un nationalisme myope faire obstacle à cet accès à la santé.

Nous devons tenir compte de l’avertissement selon lequel « ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le répéter ». Nous devons tirer les douloureuses leçons d’une histoire d’inégalité d’accès face à des maladies telles que le VIH et le virus Ebola. Mais nous devons également nous souvenir des victoires révolutionnaires des mouvements de santé, notamment des militants et des défenseurs de la lutte contre le Sida qui se sont battus pour l’accès de tou-te-s à des médicaments abordables.

En appliquant ces leçons, nous appelons à un accord mondial sur les vaccins, les diagnostics et les traitements Covid-19 – mis en oeuvre sous la direction de l’Organisation Mondiale de la Santé – qui :

1. Garantit le partage mondial obligatoire de toutes les connaissances, données et technologies liées à la Covid-19 avec un ensemble de licences Covid-19 librement accessibles à tous les pays. Les pays devraient être habilités et autorisés à utiliser pleinement les sauvegardes et les flexibilités convenues dans la déclaration de Doha sur l’accord sur les ADPIC et la santé publique afin de protéger l’accès aux médicaments pour tous.

2. Établit un plan mondial et équitable de fabrication et de distribution rapide – entièrement financé par les pays riches – pour le vaccin et tous les produits et technologies Covid-19, qui garantit la transparence « au prix coûtant réel » et l’approvisionnement en fonction des besoins. Il est urgent d’agir pour renforcer massivement les capacités mondiales de fabrication de milliards de doses de vaccins et pour former et recruter les millions d’agents de santé rémunérés et protégés nécessaires pour les administrer.

3. Garantit que les vaccins, diagnostics, tests et traitements Covid-19 sont fournis gratuitement à tous, partout. L’accès doit être prioritairement réservé aux travailleurs de première ligne, aux personnes les plus vulnérables et aux pays pauvres les moins à même de sauver des vies.

Ce faisant, personne ne peut être laissé pour compte. Une gouvernance démocratique et transparente doit être mise en place par l’OMS, avec la participation d’experts indépendants et de partenaires de la société civile, ce qui est essentiel pour garantir la redevabilité de cet accord.

Ce faisant, nous reconnaissons également le besoin urgent de réformer et de renforcer les systèmes de santé publics dans le monde entier, en supprimant tous les obstacles afin que les riches comme les pauvres puissent accéder aux soins de santé, aux technologies et aux médicaments dont ils ont besoin, gratuitement au moment où ils en ont besoin.

Seul un vaccin pour tous – dont l’égalité et la solidarité sont la base – peut protéger toute l’humanité et permettre à nos sociétés de fonctionner à nouveau en toute sécurité. Un accord international audacieux ne peut pas attendre.

Ont entre autres signé :

Macky Sall, Président du Sénégal


Irina Bokova, Directrice Générale de l’Unesco (2009-2017)

Nana Addo Dankwa Akufo-Addo, Président du Ghana

Gordon Brown, Premier ministre du Royaume-Uni (2007-2010)

Cyril Ramaphosa, Président de l’Afrique du Sud

Imran Khan, Premier ministre du Pakistan

Moussa Faki, Président de la Commission de l’Union Africaine (UA)

Mario Monti, Premier ministre de l’Italie (2011-2013)

Ellen Johnson Sirleaf, Présidente du Liberia (2006-2018)

Juan Manuel Santos, Président de la Colombie (2010-2018)

Viktor Yushchenko, Président de l’Ukraine (2005-2010)

Mehdi Jomaa, Premier ministre de la Tunisie (2014-2015)

Horst Köhler, Président de l’Allemagne (2004-2010)

Olusegun Obasanjo, Président du Nigeria (1999-2007)

Bernard Kouchner, ministre français de la Santé (1992-1993, 1997-1999, 2001- 2002), ministre des Affaires étrangères (2007-2010)

Aminata Touré, Premier ministre du Sénégal (2013-2014)


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 12.10.2020

Le complexe sportif de la Concorde de Kintélé

Le complexe sportif de la Concorde de Kintélé est un centre olympique situé à Kintélé, dans la banlieue nord de Brazzaville. Inauguré par le président…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut