Eco et Business › L'Eco en +

Société : la police traque les taxis fraudeurs à Bacongo

La police congolaise a lancé ce 3 juillet, une opération coordonnée de contrôle des taxis en vue d’assainir la circulation publique dans le Bacongo.

 

La police veut améliorer la sécurité routière sur l’avenue Matsoua, aux abords du grand marché Total, dans le deuxième arrondissement de Brazzaville. Une campagne a été lancée ce mardi 3 juillet pour le contrôle des taxis fraudeurs. Une attention particulière est accordée aux taxis appelés couramment « cent-cent » et qui souvent ne circulent que dans les quartiers Bacongo, Makélékélé, Matour, Bifouiti, etc…

« Nous sommes en train de contrôler les taxis qui ne sont pas en règle car nombreux sont des chauffeurs qui circulent sans aucun document, parfois sans permis de conduire. Avant de sortir, tout chauffeur doit se rassurer s’il est en ordre. Nous savons que vers le soir, les fraudeurs reviendront mais pour le moment, nous sommes là », a expliqué un élément des forces de l’ordre.


Concrètement, les automobilistes circulant sur cet axe doivent être en possession de leurs documents complets, le véhicule ne doit pas être également dans un état vétuste très avancé. Si l’une de ces règles est enfreinte, le conducteur se verra retirer ses papiers et son taxi conduit à la fourrière.

En dehors du Bacongo, le phénomène « cent-cent » est également répandu dans d’autres quartiers de Brazzaville. Ces véhicules qui rament à contre courant sont souvent cause d’embouteillage. L’objectif premier des forces de l’ordre est d’emmener tous les conducteurs à se conformer à la réglementation.

À LA UNE
Retour en haut