Eco et Business › L'Eco en +

Sassou N’Guesso et Mohammed VI lancent les travaux d’aménagement du port de Yoro

Sassou N’Guesso et Mohammed VI lancent les travaux d’aménagement du port de Yoro.

Les deux chefs d’Etat ont officiellement donné le coup d’envoi, le 30 avril, du chantier de construction d’un point de débarquement aménagé des pêcheurs, dans le sixième arrondissement de Brazzaville, Talangaï.

Estimé à trente millions de dirhams, soit environ deux milliards francs CFA, le projet est entièrement financé par le royaume chérifien à travers son agence de coopération internationale. L’ouvrage, d’une superficie d’un hectare sept cents mètres, comporte des zones d’activités, de commercialisation et de transformation des produits de la pêche, des locaux administratifs et sociaux.

La future zone d’activités comprendra plus de cent cinquante magasins des pêcheurs, un local des équipements de pêche et deux ateliers de mécanique et de réparation de pirogues. Quant au point de commercialisation, il y sera construit:  une halle aux poissons; une chambre froide; une fabrique de glace; un marché de vente au détail, des espaces socio-collectifs, etc. Les travaux sont censés durer vingt-quatre mois.

Projet à caractère socio-économique, il devra participer, à terme, au redressement du secteur de la pêche artisanale au Congo, à travers l’organisation et l’encadrement de la profession, la valorisation et l’amélioration de la qualité du produit, y compris la promotion des conditions de vie et de travail des pêcheurs locaux.  


Il est destiné à quelque cinq cents marins pêcheurs, six cents mareyeuses-grossistes et trois mille mareyeuses détaillantes. Avec l’aménagement d’une flotte de pêche, deux cents pirogues sédentaires et trois cents joueurs de pêche pourront également accéder au port de Yoro.  

Signalons que le port de Yoro est l’un des principaux points d’entrée des denrées alimentaires de Brazzaville, surtout des produits de pêche. L’endroit tire son nom de Yéro Thiam, un pêcheur sénégalais propriétaire du site dans les années 1950. Mais ces dernières années, ce port historique a quelque peu été abandonné. Sa réhabilitation par l’agence marocaine va, sans doute, renforcer les liens d’amitié et la coopération maroco-congolaise.


À LA UNE
Retour en haut