International › APA

Politique, aviation et migration au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains

Les développements de la question du Sahara, l’activité aéroportuaire et les investissements des migrants au Maroc sont les principaux sujets abordés par les quotidiens et hebdomadaires marocains parus ce samedi.+La Vie Eco+ souligne que la nouvelle étape consistera à renforcer davantage les provinces du Sud sur le plan économique, à les équiper en infrastructures et à leur faire jouer le rôle de hub qu’elles jouent déjà naturellement entre le Maroc et l’Afrique.

La prochaine étape devrait être une prise de relève du développement par le secteur privé, d’une part, et des élites locales, de l’autre, ajoute l’hebdomadaire, notant que « là aussi, le Maroc a déjà balisé le terrain. Les investissements privés dans les provinces du Sud ne devraient pas tarder à se réaliser aussi bien pour les capitaux nationaux, que pour ceux étrangers ».

Quant à la relève des élites locales, le Maroc n’aura besoin ni d’improviser, ni d’inventer, car le process de régionalisation avancée, lancé en 2012, constituera le cadre le plus naturel de l’autonomie avancée, poursuit-il, estimant que « c’est tout cela qui fait la cohérence et la force de la position marocaine ».

Abondant dans le même sujet, +La Nouvelle Tribune+ note que ce qui est profondément remarquable dans les Tweets du Président Trump dédiés à cette reconnaissance, c’est qu’il a pris soin de valider expressément la solution du plan d’autonomie avancée pour les provinces du Sud comme base d’un règlement politique, durable et négocié de la question saharienne.

Cette position du Maroc a pris, au fil des années, une consistance réelle, magnifiée désormais par l’appui américain, souligne la publication, faisant observer qu’elle est considérée comme une base sérieuse et réaliste pour une solution définitive par une grande partie de la communauté des États, confirmée d’ailleurs par les successives résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU sur le renouvellement du mandat de la Minurso qui, depuis plusieurs années désormais, n’évoquent plus du tout l’idée totalement irréalisable d’un référendum.

+L’Observateur du Maroc et d’Afrique+ écrit que « si quelqu’un croit que le Président américain s’est réveillé un beau matin et s’est tout d’un coup dit qu’il fallait signer sa proclamation, c’est qu’il se trompe », souligne le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita. « La décision américaine est l’aboutissement d’un long processus conduit par SM le Roi Mohammed VI, au moins depuis mai 2018 avec la première rencontre tenue par le Souverain et le conseiller du Président américain, Jared Kushner », explique-t-il dans un entretien, notant que depuis, le Roi, en personne, l’évolution de ce dossier.

« Il a envoyé des lettres au Président, a diligenté des délégations et en a reçu d’autres. Il y avait eu aussi des échanges de messages verbaux ». « Cette décision aurait pu prendre la forme d’un simple tweet qui se serait fait vite oublié par le tweet suivant. Mais SM le Roi a insisté pour qu’elle ait une valeur juridique dans son fond comme dans sa forme. Il a donc fallu du temps pour passer du tweet, qui aurait pu être interprété comme une position personnelle du Président américain, à la proclamation officielle ayant force de loi ».


+Le Matin+ rapporte que les aéroports marocains ont accueilli 6.523.369 passagers à l’issue des 11 premiers mois de l’année 2020, en chute de 71,68% par rapport à fin novembre 2019, selon l’Office national des aéroports (ONDA).

L’aéroport Mohammed V a enregistré 2.689.222 passagers, en baisse de 71,57%, tandis que celui de Marrakech-Menara a accueilli 144.688 passagers (-75,41) et d’Agadir-Al Massira 551 533 passagers (-70,13%), précise l’ONDA dans un communiqué.

Pour le seul mois de novembre, les aéroports du Royaume ont enregistré une baisse du trafic aérien de 81,24% à 374.731 passagers. L’aéroport Mohammed V a accueilli 45% environ de ce trafic, soit 168.313 passagers, en régression de 78,21%.

+L’Economiste+ se fait l’écho d’une enquête réalisée par le Haut-Commissariat au Plan (HCP) et qui a conclu que seuls 2,9% des migrants marocains actuels ont réalisé des projets d’investissement au Maroc, 3,4% parmi les hommes et 1,8% parmi les femmes.

Cette proportion augmente avec l’âge, passant de 2,4% pour les migrants âgés de 30 à 39 ans, à 6,7% pour les 50-59 ans et 8,2% pour les 60 ans et plus, indique le HCP dans son enquête nationale sur la migration internationale 2018-2019, notant que 2,3% des migrants actuels ont investi à l’étranger, 2,8% pour les hommes et 1,3% pour les femmes

Les résultats de cette enquête font également ressortir que les secteurs d’investissement au Maroc sont d’abord l’immobilier, puis l’agriculture, la construction, le commerce et les services, précisant que l’immobilier au sens large (comprenant la construction et l’acquisition de terrains non agricoles) atteint six dixièmes des investissements. L’écrasante majorité des migrants actuels (97,1%) n’investit pas au Maroc, tient à souligner la même source, relevant que les raisons de non-investissement sont liées principalement à l’insuffisance de capital, aux procédures administratives compliquées et au faible appui financier et manque d’incitations fiscales.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 12.04.2021

Le plus grand mall du Congo

Retrouvons-nous au Brazzaville Mall, un lieu de rencontres multiculturelles, une expérience inoubliable de shopping au coeur des marques les plus connues. Un raffinement et une…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut