International › APA

Plaidoyer pour la construction d’un centre de prise en charge de la drépanocytose en Côte d’Ivoire

L’Association des drépanocytaires et des thalassémiques de Côte d’Ivoire (ADTCI), souhaite la construction d’un centre spécialisé de prise en charge des malades de la drépanocytose, dont la prévalence varie entre 12 et 14%, a dit vendredi sa présidente Mme Patricia Amand, à l’occasion de la 4è Journée mondiale de lutte contre la drépanocytose.Pour l’édition 2020, la thématique développée a porté sur le dépistage. Selon les spécialistes, la Côte d’Ivoire compte 4 millions de drépanocytaires. Dans une adresse, Mme Patricia Amand a partagé une note d’espoir, croyant que dans cinq ans, le pays sera doté d’un centre spécialisé de drépanocytose.

La drépanocytose, maladie génétique, se manifeste par des douleurs (crises vaso-occlusives), l’anémie et l’ischémie, une diminution de l’apport sanguin artériel à un organe, qui se traduit par la nécrose des organes.

Cette pandémie, peut malheureusement avoir des conséquences sur la progéniture des couples,  qui courent le risque de mettre au monde des enfants dont la santé est fragile. Selon le professeur Ibrahima Sanogo, deux conjoints de type AS, auront des enfants drépanocytaires.

La présidente de l’ADTCI, veut que pour une prise en charge rapide des populations, il soit institué un bilan prénuptial, qui devra être obligatoire, pour permettre aux candidats au mariage de savoir leur statut, ainsi qu’un test neo-natal pour corriger les anomalies chez les enfants.

Le professeur Ibrahima Sanogo appelle à une politique nationale de dépistage et surtout la mise en place d’un centre de prise en charge et de recherche contre la drépanocytose. Ce qui permettra de faire un dépistage large au plan national.

Cette maladie se manifeste avec beaucoup de complications évolutives, alors que la prise en charge est lourde. Au plan économique, le coût de la prise en charge des patients est largement supérieur à 500 000 Fcfa par an, sans compter les éventuelles interventions chirurgicales.


Les différents services d’hématologie des trois centres hospitaliers universitaires de Côte d’Ivoire ont enregistré en 2014, 11 972 patients souffrants de drépanocytose dont 8572 à Yopougon, 3000 à Cocody et 400 à Treichville, avec une moyenne de 600 nouveaux cas chaque année.

Patrice Sékongo, directeur pays de l’Institut européen de coopération et de développement, a plaidé pour un dépistage en masse et une amélioration de la prise en charge des malades grâce à un dispositif de prévention qui soit opérationnel.

Dans un exposé sur l’évolution des outils de dépistage, Dr Yao Atimeré, un hématologue, a présenté le test HemoTypeSC, permettant de dépister la drépanocytose en dix minutes. Une solution qui vient pour sauver des vies.

La drépanocytose est la maladie génétique la plus répandue au monde avec plus de 153 millions de personnes qui en sont atteints. L’OMS qui a institué la journée internationale de lutte contre la drépanocytose, le 19 juin de chaque année, a classé cette pandémie parmi ses priorités en Afrique.


Bon plan
Publié le 12.08.2020

Les Chutes de la Loufoulakari

Les Chutes de la Loufoulakari sont des cascades situées dans le sud-ouest de la république du Congo, dans le département du Pool, à 75 km…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut