Politique › Justice

Norbert Dabira charge lourdement le général Nianga Ngatsé-Mbouala

Accusé d’atteinte à la sécurité de l’Etat, l’ancien inspecteur général des forces armées congolaises (FAC) et de la gendarmerie nationale s’est déchargé sur le général Nianga Ngatsé-Mbouala ce 16 mai devant la cour.

La cour criminelle est entré dans les débats de fond ce 16 mai lors de la troisième journée du procès de l’ancien bras droit de Denis Sassou-Nguesso. Lors de cette comparution, le principal accusé a déchargé tous les griefs qui pèsent sur lui, sur l’ancien commandant de la Garde républicaine (GR), le général Nianga Ngatsé-Mbouala.

« Quand la veuve Thystère Tchicaya m’a fait la révélation selon laquelle le général Nianga Ngatsé-Mbouala avait l’intention de déposer le président de la République, je me suis rendu à son bureau et il m’a proposé d’aller chez lui à la maison. Lorsque je suis allé chez lui, je lui ai dit que si vous avez l’intention de déposer le président de la République, je connais mon grand-frère, il ne se laisserait pas faire car il n’accepte pas l’humiliation, il préfère mourir » a déclaré le général Norbert Dabira devant la Cour.

A l’en croire, cette femme lui avait dit que le général Nianga Ngatsé-Mbouala lui aurait confié ses intentions de déposer le président de la République pour l’envoyer à la retraite.  Pour lui, ce qui l’emmène au tribunal, c’est cette phrase : « A moins que vous touchez à son intégrité physique, sinon il ne peut pas accepter qu’on le mette de côté, sauf s’il choisit lui-même son successeur  » », a poursuivi Dabira, indiquant que si son interlocuteur n’était pas dans cet esprit, il l’aurait arrêté.


Selon l’ancien proche de Denis Sassou Nguesso, l’idée du tireur d’élite est partie du général Nianga Ngatsé-Mbouala. Il avoue avoir conseillé à son collègue de la garde républicaine d’abandonner cette démarche. « Je lui ai demandé de calmer ses ardeurs. Il pensait que j’étais venu le sonder puisqu’il y a des clans autour du président de la République. C’est à ce moment qu’il a dû informer le chef de l’Etat, parce qu’il a compris que j’étais venu l’espionner car faisant partie d’un autre clan », a laissé entendre le général Dabira devant la Cour.

Ce jeudi, la cour va ouvrir les scellés et fait entendre le général Nianga Ngatsé-Mbouala, principal témoin.

À LA UNE
Retour en haut