International › APA

Nigeria : les personnes âgées, « victimes invisibles » de Boko Haram

Les personnes âgées « souffrent de façon particulière » du conflit qui sévit depuis près de dix ans dans le nord-est du Nigeria, selon Amnesty International.« Beaucoup d’entre elles sont mortes de faim chez elles ou y ont été massacrées. D’autres ont dépéri et ont perdu la vie alors qu’elles étaient détenues de façon illégale par des militaires dans des conditions déplorables », a déclaré Amnesty International dans un nouveau rapport publié mardi 8 décembre.

Le document de 67 pages, intitulé « Mon cœur saigne : La vie des personnes âgées face au conflit, au déplacement et à la détention dans le nord-est du Nigeria », montre comment les personnes âgées, des hommes comme des femmes, ont été « victimes d’atrocités par le groupe armé Boko Haram et par l’armée nigériane, sans qu’aucun responsable présumé de ces actes n’ait rendu des comptes ».

Il dénonce également le fait que la réponse humanitaire néglige « systématiquement » les personnes âgées déplacées, sachant que de nombreux villages dans les zones contrôlées par Boko Haram sont « essentiellement peuplés » par celles-là. Mais elles « n’ont pas pu fuir ou ont choisi de rester pour continuer à cultiver leur terre ».

En outre, affirme l’ONG des droits humains, la réponse humanitaire ne s’occupe de leur cas qu’« après coup », alors qu’elles « sont menacées de tous les côtés » dans ces villages.

« Boko Haram pille leurs maisons et empêche souvent les femmes âgées de se déplacer, ce qui constitue une difficulté pour que les familles puissent gagner de l’argent et se nourrir. Le groupe armé kidnappe ou assassine également leurs enfants et petits-enfants, et va parfois torturer ou tuer les personnes âgées elles-mêmes », dénonce encore Amnesty.


« Ce sont des agissements qui constituent des crimes de guerre et peut-être même des crimes contre l’humanité », a qualifié Joanne Mariner, directrice sur les situations de crise à Amnesty International.

Elle souligne également que « l’armée nigériane, à son tour, a abattu à maintes reprises des personnes âgées chez elles lors d’opérations menées dans des villages situés dans des zones contrôlées par Boko Haram ».

« De plus, des milliers de personnes âgées détenues dans des conditions sordides par l’armée ont été traitées sans dignité, et pour des centaines d’entre elles jusque dans la mort. Ces agissements constituent également des crimes de guerre et peut-être même des crimes contre l’humanité », a indiqué Mme Mariner.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 19.04.2021

La traversée de l’Oubangui

L'Oubangui (aussi écrit Ubangi) est une rivière d'Afrique, et un affluent majeur du fleuve Congo en Afrique centrale. Elle s'écoule vers l'ouest, formant la frontière…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut