International › APA

Maroc : les travailleurs célèbrent leur fête à distance pour la 2ème fois consécutive

La communauté ouvrière au Maroc a célébré ce samedi 1er mai, la fête de Travail, en mode distanciel pour la deuxième année consécutive, en conformité avec les mesures préventives prises par les autorités publiques marocaine pour faire face à la pandémie de la Covid-19.Le gouvernement avait déjà anticipé en décidant d’interdire toutes les célébrations sur le terrain à l’occasion de la Fête du travail, conformément à l’état d’urgence sanitaire. L’exécutif marocain a justifié sa décision par l’évolution de la situation épidémiologique dans le Royaume, notamment les risques que représentent les rassemblements dans les espaces publics.

Face à cette situation, les centrales syndicales s’adaptent à ce contexte de crise sanitaire en procédant à une mobilisation virtuelle de leur masse et en optant pour les nouvelles technologies comme alternative pour informer sur leur programme syndical et leurs revendications.

Ce 1er mai, les centrales syndicales ont lancé, via leurs sites web et les réseaux sociaux, leurs plaidoyers appelant à la préservation des droits et des acquis de la classe ouvrière marocaine.

Elles ont insisté sur l’impact occasionné par la crise sanitaire liée au coronavirus et qui a affecté de plein fouet l’économie nationale et partant les filets sociaux, rappelant les principales étapes historiques de leur militantisme en faveur de l’amélioration des conditions de travail et du respect des droits des ouvriers et des libertés syndicales.

Dans ce sillage, la Confédération démocratique du travail (CDT) a souligné que le 1er mai est célébré pour la deuxième année consécutive dans une conjoncture exceptionnelle en raison de la crise sanitaire que connaît le pays à l’instar du reste du monde.

La centrale syndicale s’engage à poursuivre la défense des libertés syndicales et l’institutionnalisation du dialogue social afin de constituer une passerelle nécessaire pour examiner toutes les lois sociales et assurer le respect de la loi, des engagements et des contrats.

Elle rappelle à ce propos avoir salué le chantier de généralisation de la protection sociale qui constitue un élément de réponse que requiert cette conjoncture et qu’elle a formulé des observations sur le projet, mettant l’accent sur la nécessité d’impliquer le mouvement syndical dans l’élaboration du projet et dans le suivi de sa mise en œuvre.

Pour sa part, l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM) a appelé le gouvernement à accélérer la mise en œuvre de l’ensemble de ses engagements contenus dans les accords sociaux des années 2011 et 2019.

Dans un appel lancé à l’occasion du 1er mai, l’UGTM a souligné la nécessité de respecter les libertés syndicales dans la législation et la réalité, en adhérant à la Convention internationale du travail n° 87 et en harmonisant les lois nationales pour les rendre conformes aux normes internationales en la matière.


Le syndicat a également appelé à mettre en œuvre les mécanismes du dialogue social national, à retirer le projet de loi sur la grève et à le remettre sur la table du dialogue social, tout en exprimant son rejet de tous les modes du travail fragiles dans les secteurs public et privé.

De son côté, l’Union nationale du travail au Maroc (UNTM) a exhorté le gouvernement à apporter son soutien aux catégories touchées par la décision du couvre-feu nocturne instauré pendant le Ramadan pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus.

Dans son appel à cette occasion, la centrale syndicale a réitéré sa mobilisation pour l’instauration d’une justice sociale qui sauvegarde les droits des travailleurs marocains, consolide leurs acquis et garantit leur droit à une vie décente.

Dans une allocution à l’occasion de la fête du travail, le ministre de l’emploi et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Amekraz a expliqué qu’en vue de bâtir une société cohésive et solidaire, jouissant de la stabilité et de la justice sociale, le gouvernement a prévu dans son programme d’action de nombreux chantiers visant l’amélioration de la situation socioéconomique des ouvriers, la poursuite de l’institutionnalisation du dialogue social et l’amélioration des conditions de travail, de la santé et de la sécurité dans les lieux de travail.

Pour lui, en dépit de la propagation de la pandémie de COVID-19 et son coût économique et social, l’exécutif a maintenu la mise en œuvre des mécanismes résultant du dialogue social tripartite du 25 avril 2019, en exécutant les tranches restantes des augmentations de salaires décidées dans le secteur public, notant que la valeur globale des engagements financiers du gouvernement pour ledit accord a atteint près de 14,25 milliards DH ( 1 euro = 10,9 DH).

Selon un rapport sur le bilan de l’Exécutif, le gouvernement s’est attelé, depuis le début de son mandat, à la mise en œuvre d’une série de mesures pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens et réduire les disparités sociales, au titre de la période 2017-2021.

Dans ce sens, le document indique qu’une panoplie de mesures ont été prises au profit des salariés du secteur privé et les fonctionnaires de l’État, notamment l’augmentation générale entre 400 et 500 DH des salaires des fonctionnaires selon le grade, répartie sur trois tranches, dont la dernière a été déboursée en janvier 2021.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 20.08.2021

Des rapides de Kintamo

A l’endroit où la rivière Djoué se jette dans le fleuve Congo dans le premier arrondissement (Makélékélé) de Brazzaville, on peut voir les rapides de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut