Personnalités › Interviews

Mack Milla : « Nous ne sommes pas différents des autres »

Mack Milla Gerdha a été couronnée miss lors de la première édition de Miss albinos, organisée le 16 septembre à Brazzaville. Ayant pour but de décomplexer la jeune femme albinos, ce concours de beauté a mis la lauréate en lumière.

Qui est Mack Milla ?

Mack Milla Gherda Vaillance (M.M.G.V.) : Agée de 18 ans, je suis élève en classe de terminale D. Issue d’une famille élargie, je suis née et j’ai grandi au Congo-Brazzaville où j’y réside actuellement.

Qu’est ce qui a motivé votre participation à cette aventure de Miss albinos ?

Etant albinos, j’étais d’office éligible mais je n’étais pas aussi partante que ça car je craignais la défaite. Au final, c’est mon entourage qui m’a encouragée et c’est à lui que je dédie ma victoire.

Comment s’est passée la préparation pour cette compétition ?

Elle s’est bien déroulée car nous avions à notre disposition des coachs qui nous ont enseigné tout un tas de choses, en vue d’affronter sereinement la compétition. Vu le nombre que nous étions, à peine sept, la compréhension et les échanges étaient assez fluides. Pour ma part, j’ai énormément appris, surtout en matière de communication en public et en gestion de stress.

Vos parents sont-ils aussi albinos comme vous ?

Non. Mes parents sont de peau noire et, d’ailleurs, je suis la seule parmi mes frères et sœurs à être albinos. Toutefois, dans la famille il y a des antécédents d’albinisme.

Quel regard avez-vous des autres par rapport à votre différence de couleur de peau ?


A la fois bon et mauvais. Lorsqu’on est accepté, il n’y a pas de mal à cela mais lorsqu’on est marginalisé, c’est là que ça crée des frustrations. Et nous, albinos, sommes tout le temps confronté à cette mauvaise foi, plus d’une fois dans nos vies alors que nous ne sommes pas différents des autres qui nous rejettent. Ainsi, petite, j’avais peu d’amis et ma meilleure amie c’était la télévision.

Comment participez-vous dans la lutte contre la discrimination et la stigmatisation faites aux albinos ?

Ce n’est pas beaucoup mais je suis membre d’une association et d’une fondation qui apportent de l’aide socio-humanitaire aux albinos, petits comme grands. Plus tard, j’aspire à contribuer financièrement dans l’aide médicale des albinos.

Quelles sont vos ambitions ?

J’aspire lutter contre la délinquance juvénile et aider les personnes avec handicap dont les albinos, surtout au regard des problèmes de vue, de peau et de discrimination dont ils endurent. Cela demande énormément de moyens, j’en suis consciente. Mais je me battrai pour les voir se réaliser. Aussi, une fois bachelière, je souhaiterai devenir médecin généraliste.

Quelles sont vos passions ?

J’aime énormément la musique, la lecture, le dessin et des émissions éducatives.

Votre religion ?

Je suis chrétienne et j’évolue dans une assemblée de la place.

À LA UNE
Retour en haut