Politique › Institutions

Kouilou : ouverture de la troisième session ordinaire du conseil départemental

L'axe Pointe-Noire/Kouilou, en République du Congo.

Les travaux qui ont débutés le 22 mai, statuent, entre autres, sur le projet de délibération fixant les taux de frais de délivrance des documents administratifs d’état civil et sur le projet de délibération portant débaptisation de certains édifices scolaires.

Les 22 mai, le conseil départemental de Kouilou a ouvert sa troisième session ordinaire. Les conseillers départementaux du Kouilou sont réunis, au siège de la préfecture, sous la direction de leur président, Alexandre Mabiala. Au cours de cette session qui s’achève le 31 mai, il sera question d’examiner divers points. A savoir, le projet de délibération fixant le taux de la taxe sur la licence des hôtels et motels dans le département du Kouilou, le projet de délibération fixant les taux de frais de délivrance des documents administratifs d’état civil, le projet de délibération portant débaptisation de certains édifices scolaires, et autres.

 « Les multiples efforts en vue de l’amélioration des finances locales, qui se poursuivent avec détermination, doivent être sous-tendus par la volonté commune d’accompagner le chef de l’État et son gouvernement dans la prospection des voies salutaires pour la population mais aussi pour une administration améliorée du service public. Le conseil départemental du Kouilou s’inscrit promptement dans la dynamique qui se construit autour du président de la République en vue de restaurer l’autorité de l’État, lever la confusion entre la responsabilité individuelle des compatriotes qui ont bénéficié de sa confiance pour gérer la chose publique. Cette confiance du chef de l’État est bien loin d’être une couverture pour les antivaleurs, un bouclier contre l’exigence républicaine de rendre compte de sa gestion», a déclaré Alexandre Mabiala, le président du conseil départemental.


Alexandre Mabiala a profité de l’occasion pour saluer les efforts du gouvernement pour l’accord programme conclu le 19 avril dernier à Brazzaville avec le Fonds monétaire international. « Ces résultats ne sont ni le fait du hasard ni de l’improvisation. Il s’agit des mérites du président de la République, dont la vision économique tient du réalisme et de l’expérience», a-t-il conclu.

Pour rappel, l’ouverture de ces assises, a été marquée par l’observation d’une minute de silence en mémoire d’André Obami Itou, ancien président du Sénat décédé le 23 avril dernier à Brazzaville.


À LA UNE
Retour en haut