Sport › Autres sports

Kick-boxing : les athlètes de Brazzaville se préparent pour les prochaines échéances

Droits réservés.

La deuxième édition de la  compétition de gala de la discipline a réuni, le 4 mai, plusieurs boxeurs. C’était l’occasion pour eux de se mettre en jambes en attendant  les futurs combats locaux et continentaux.

Grace à cette compétition, les athlètes ont une fois de plus mis en valeur les atouts du kick-boxing, devant un public composé des responsables  d’autres disciplines de combats ainsi que de leurs fans. Six clubs étaient ainsi représentés dans cette compétition  qui a livré une bonne qualité des combats et un fair-play  remarquable  de la part des  combattants. « Ces combats visent la préparation des athlètes aux championnats national et départemental qui auront lieu dans les tout prochains mois. L’engagement des athlètes à cette compétition prouve qu’ils s’apprêtent à affronter le prochain championnat d’Afrique et la compétition inter-pays que nous souhaitons organiser avec la République démocratique du Congo (RDC) », a indiqué Me Aboubakar Fofana, directeur technique national de full contact, kick-boxing.

Six combats ont été livrés durant la compétition. Dans la catégorie de 25 kg, Salif Keïta a pris le dessus sur Fahoukou Keïta. Chez les 64 kg, Rodrigue Ibayibé a battu Odien Diabatou. Rock Malanda a gagné le combat qui l’a opposé à Perin Koumba dans la catégorie des 70 kg, tandis que le célèbre Phijem  Moungalla n’a pas tremblé devant Jo-Carmel Bikoua en le battant dans la catégorie des 87 kg. « C’était difficile  puisqu’il est plus élancé que moi et j’ai eu du mal à gérer la distance. C’est, d’ailleurs, ce qui m’a poussé à jouer sur les esquives afin de casser sa stratégie puis pénétrer dans mes attaques. Ce combat est très important puisqu’il me permet de préparer avec assurance les prochaines échéances », a declaré Phijem  Moungalla après le combat.

Le boxeur et champion d’Afrique, Fabrice Nzaou, a été malmené par le kick-boxeur Don-Réel Ludovic Balossa. En effet, le combat n’est pas arrivé à son terme puisque les fans de Fabrice Nzaou l’ont sommé  de descendre du ring afin d’éviter une blessure. « Je suis fier de ma performance. Je savais que j’allais le battre parce que je m’étais bien préparé. Je m’exerce pour aller compétir en RDC, au  Cameroun et en Afrique du Sud. Je suis le lion dragon du désert, phénomène bizarre », a lancé Don-Réel Ludovic Balossa sur le ring.


Sourire aux lèvres tout en tapotant sur l’épaule de son adversaire, en signe d’encouragement,  Fabrice Nzaou nous a confié : « Je savais que ce n’est pas ma catégorie ni ma spécialité. Je me bats toujours chez les 64 kg, mais vu que c’était un combat de gala, je suis monté sur le ring juste pour m’amuser et satisfaire mon adversaire ».

Notons que chaque combattant a reçu une médaille de reconnaissance pour la participation à cette compétition. Les vainqueurs ont gagné des médailles d’or tandis que les perdants ont bénéficié des médailles d’argent.



À LA UNE
loading...
Retour en haut