International › AFP

Du procès Netanyahu au conflit israélo-palestinien: impacts de l’accord d’union en Israël

Procès pour corruption de Benjamin Netanyahu, projet d’annexion de pans de la Cisjordanie, partage du pouvoir: l’accord pour un gouvernement d’union et d’urgence en Israël risque d’avoir des impacts sur un ensemble de dossiers clés, au-delà de la gestion de la pandémie de Covid-19.

Après 16 mois de crise politique et trois élections, le Premier ministre sortant Benjamin Netanyahu et son ex-rival, l’ancien chef de l’armée Benny Gantz, ont paraphé lundi soir un accord pour un gouvernement stable sur fond de crise du nouveau coronavirus.

Voici les principaux points et les zones d’ombre de cet accord.

– Procès Netanyahu –

Effet collatéral du virus, le procès de M. Netanyahu, inculpé en novembre pour corruption, a été repoussé en raison de la fermeture des tribunaux. Il devait s’ouvrir mi-mars et a été reporté à mai, mais cet horizon demeure incertain car il dépendra des mesures de déconfinement qui seront mises en place.

En Israël, un Premier ministre peut rester en fonction même inculpé, contrairement à un simple ministre.

L’accord entre MM. Gantz et Netanyahu prévoit que ce dernier soit chef du gouvernement pendant 18 mois, avant que ne lui succède l’ancien général pour 18 mois, au terme desquels de nouvelles élections devront être convoquées.

D’où la question centrale: que se passe-t-il pour M. Netanyahu après 18 mois ? L’accord prévoit la création d’un titre de « Premier ministre en alternance ».

Or cette fonction n’a aucun statut juridique en Israël. Il faudra donc que le Parlement crée cette fonction et y intègre un statut permettant à son titulaire de rester en poste malgré une inculpation.

Mais des analystes envisagent un autre scénario à moyen terme : en Israël, le Premier ministre ne dispose d’aucune immunité judiciaire contrairement au président dont la fonction est en grande partie symbolique. Or le septennat de l’actuel président Reuven Rivlin court à la fin juillet 2021 d’où l’hypothèse que M. Netanyahu lui succède dans une quinzaine de mois, et obtienne l’immunité.

– Partage du pouvoir –

L’accord Netanyahu/Gantz prévoit un gouvernement de 32 ministres pendant les six prochains mois, pour affronter la crise du nouveau coronavirus, et passera ensuite à 36 ministres.


Dans le nouveau gouvernement, les camps de MM. Netanyahu et Gantz auront le même nombre de ministères et pourront demander à d’autres partis de les rejoindre.

Par exemple, les partis ultra-orthodoxes devraient rejoindre le camp Netanyahu tandis que M. Gantz devrait offrir aux partis de gauche des postes de ministre pour avoir un gouvernement d’union nationale.

Des ministres de l’actuel gouvernement de transition de M. Netanyahu devront céder des portefeuilles clés comme par exemple celui de la Défense.

Le camp de Benny Gantz hérite ainsi des ministèresde la Justice et de la Défense, tandis que M. Netanyahu garde la Santé et les Finances.

Le rôle de ministre des Affaires étrangères sera quant à lui partagé en alternance (à commencer par 18 mois pour le camp de Gantz, puis 18 mois pour le camp de Netanyahu).

– Annexion de pans de la Cisjordanie –

L’accord comprend essentiellement deux énoncés politiques pour les mois à venir: gestion de la pandémie de Covid-19, qui a d’ailleurs plombé l’économie israélienne, et le projet proposé par Donald Trump pour un règlement du conflit israélo-paestinien.

Le plan Trump, que MM. Netanyahu et Gantz soutiennent, prévoit notamment l’annexion des colonies juives et de la vallée du Jourdain, vaste plaine fertile, en Cisjordanie occupée.

A droite, plusieurs exhortent M. Netanyahu d’annexer rapidement d’autant que Donald Trump pourrait avoir à quitter la Maison Blanche après la présidentielle de novembre. Mais Benny Gantz cherche à temporiser.

Au final, l’accord prévoit qu’à partir du 1er juillet, le cabinet et les députés pourront se prononcer sur le plan américain sans s’engager, du moins à ce stade, à annexer des pans de la Cisjordanie.

Un gouvernement Netanyahu/Gantz serait un « gouvernement d’annexion » menant à la « fin » de la solution à deux Etats, un Etat palestinien viable aux côtés d’Israël, dénonce le Premier ministre palestinien Mohammed Shtayyeh.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 02.06.2020

Lac Télé

Le lac Télé est un lac du bassin du fleuve Congo, situé dans le Nord-Est de la République du Congo. L’origine du lac est probablement…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut