Santé › Actualité

Croix-Rouge congolaise : des tensions montent à l’orée de l’assemblée générale élective

Si des mécontents demandent la mise en place d’une commission ad hoc, les dirigeants actuels rassurent de la tenue des élections dès que les moyens financiers seront disponibles.

Les mandats des instances dirigeantes et intermédiaires de la Croix-Rouge congolaise (CRC) sont arrivés à terme depuis la fin de l’année dernière. En effet, selon des textes en vigueur, ces mandats à la tête des quartiers sont de deux ans ; des arrondissements, trois ans ; des départements, quatre ans et de la nation, cinq ans. Par manque de moyens financiers, des assemblées ne sont toujours pas organisées à tous les niveaux. Dès qu’elles seront organisées, ces rencontres permettront, en outre, la présentation des rapports d’activités et financiers des équipes dirigeantes. « Tous les documents sont prêts, il y a eu un petit retard mais l’assemblée générale élective va se tenir », nous a rapporté une source proche du conseil de direction de Brazzaville, estimant qu’il n’y avait aucun problème actuellement.

Du côté d’une frange des volontaires, secouristes et cadres de la CRC, en majorité suspendus par les actuels dirigeants, l’on crie au scandale, ponctué par une mauvaise gestion, des détournements des fonds alloués et de matériel destiné à la structure. Se présentant comme des réformistes, ils demandent au président de la République, premier secouriste du Congo, de sauver cette institution et de les aider dans les audits. « Nous sollicitons une commission ad hoc avant d’aller à l’assemblée générale élective. Le mandat de l’actuel président et son équipe a été marqué par des sanctions à l’égard des volontaires, secouristes et cadres qui luttent pour la réforme, la bonne gouvernance et les audits de la CRC », dénoncent-ils.

Criant « trop c’est trop », les mécontents lancent, par ailleurs, un cri de sauvetage au gouvernement, notamment aux ministres en charge de l’Action humanitaire et de la Santé ainsi qu’au Comité international de la Croix- Rouge (CICR) pour que la CRC ne puisse pas, disent-ils, mourir à cause des mauvaises pratiques.


Les actuels dirigeants voient derrière cette marge de manœuvre, le vice-président de la CRC suspendu par le Conseil de direction présidé par Christian Sédar Ndinga pour « malversation ». Ce dernier serait également sur la liste des suspendus au niveau départemental. « Ils jouent à la politique de la terre brûlante pour que nous soyons tous perdants. Dans leur tract de juillet 2017, ils demandent aux partenaires, la fédération et le CICR, de ne pas financer l’assemblée générale. S’ils sont réellement volontaires de la CRC, pourquoi ne pas favoriser la tenue de cette rencontre pour poser leurs doléances ?», s’est interrogé un responsable du conseil départemental de Brazzaville.

D’après ce responsable, l’ancien secrétaire général de la Croix-Rouge de Brazzaville, qui a réjoint le groupe, ne faisait pas partie des personnes suspendues en session extraordinaire du conseil départemental. « Ils veulent revenir aux affaires, malheureusement ils ne sont plus dans les structures intermédiaires. C’est de la médisance et de la haine. Le Conseil national de gouvernance va se tenir, tout est fin prêt, nous attendons le signal de démarrage », a-t-il assuré, rejetant en bloc tous les griefs portés contre eux. « Les montants de fonctionnement évoqués sont multipliés par trois. Ils varient d’année en année », s’est-il justifié, suite aux accusations portant sur le détournement de 159 millions FCFA de subvention allouée par le gouvernement.

À LA UNE
Retour en haut