COP 28 : 50 millions de dollars pour soutenir de la biodiversité et du climat

La République du Congo, la France, l’Union européenne (UE) et le Fonds mondial pour la nature (WWF), ont lancé samedi…

journaldbrazza.com

La République du Congo, la France, l’Union européenne (UE) et le Fonds mondial pour la nature (WWF), ont lancé samedi 2 décembre, un partenariat.

 

Dans le cadre du Sommet mondial d’action pour le climat de la COP28, La République du Congo, la France, l’Union européenne (UE) et le Fonds mondial pour la nature (WWF) ont annoncé samedi, soutenir l’ambition du président Sassou Nguesso. Il question de signer un partenariat de 50 millions de dollars pour soutenir la biodiversité et du climat.

Par un communiqué, le ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères a indiqué que « La République du Congo a présenté sa vision ambitieuse fondée sur la protection de la biodiversité exceptionnelle de son territoire tout en promouvant un modèle économique durable compatible avec le maintien du couvert forestier et des écosystèmes du pays »

A cet effet, un groupe de partenaires publics et privés : États, banques multilatérales de développement, organisations internationales, ONG, secteur privé, philanthropies ont décidé de s’unir à travers leurs outils financiers et techniques pour soutenir la vision de la République du Congo. D’ou l’annonce de la signature d’un partenariat pour les écosystèmes forestiers, la nature et le climat.

Ce « partenariat permettra d’assurer les bases d’un développement durable et de la diversification de l’économie, tout en contribuant aux efforts mondiaux de lutte contre le changement climatique et pour la préservation et la restauration de la biodiversité », a précisé le Quai d’Orsay,

Ce partenariat pour la biodiversité s’articule autour de quatre axes, dont le renforcement des capacités matérielles, financières et humaines de la recherche scientifique au niveau national pour mieux connaître et valoriser les ressources en carbone de la végétation et des sols, et la biodiversité du pays, avec une attention spécifique apportée aux mangroves, aux tourbières et aux forêts naturelles.

Le deuxième axe du partenariat se focalise sur un soutien au réseau d’aires protégées et conservées, tandis que le troisième axe inclut la mise en œuvre du Programme National d’Afforestation et de Reboisement de la République du Congo et l’adoption de l’instauration d’une Décennie Africaine et Mondiale de l’Afforestation et du Reboisement.

Le dernier axe du partenariat vise à sensibiliser la population congolaise à la sauvegarde de la biodiversité et du climat et à leurs bénéfices de façon systématique. C’est du moins ce qu’a précisé le communiqué du ministère français de l’Europe et des Affaires étrangères.