Eco et Business › L'Eco en +

Congo : une mission internationale d’ITIE à Brazzaville

La délégation de l'ITIE.

La délégation est venue évaluer les efforts de l’exécutif en matière de bonne gouvernance des secteurs pétrolier, minier et forestier.

La délégation du secrétariat international de l’Initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE), qui a séjourné du 4 au 11 octobre dans la capitale congolaise, a évalué les efforts de l’exécutif en matière de bonne gouvernance des secteurs pétrolier, minier et forestier.

L’équipe des experts de l’ITIE, conduite par Maylis Labusquière, la responsable Afrique centrale près le secrétariat international, a eu une séance de travail avec les membres du cabinet du ministère des Finances et du budget, en présence du ministre de tutelle, Calixte Nganongo.

D’après Maylis Labusquière, cette mission est venue regarder dans quelle mesure la norme de transparence que représente l’ITIE est mise en œuvre au Congo. Celle-ci allait aider le pays, a poursuivi l’intervenante, à préparer la seconde validation de son rapport avant le début de l’année prochaine.

« Nous sommes en fait sur une base de travail concernant le prochain rapport que le comité exécutif de l’ITIE Congo publiera sur les données des paiements effectués par les entreprises extractives et reçues par l’État pour l’exercice fiscal 2017. Pour l’instant, nous sommes vraiment au stade préliminaire de ces données qui seront publiées », a expliqué Maylis Labusquière.


En attendant cette validation prévue dans trois mois, la délégation de l’ITIE internationale va aussi apprécier la collaboration entre les parties prenantes. Elle verra si des informations sont mises à la disposition des autorités congolaises, des acteurs du secteur privé, des organisations de la société civile et aussi des citoyens, sur la gestion des industries extractives.

C’est à l’issue de ces travaux que les experts de l’ITIE vont essayer de formuler leurs recommandations sur l’amélioration de la transparence des données, afin de répondre aux exigences du label international ITIE. Ils tiendront compte des conclusions issues de leurs rencontres avec les membres du comité exécutif ITIE-Congo, les pouvoirs publics, les acteurs du secteur privé ainsi que de la société civile, basés à Brazzaville et à Pointe-Noire.

À noter que lors de son conseil d’administration tenu en juin 2018 à Berlin (Allemagne), l’ITIE internationale a attribué à la République du Congo le statut de pays ayant fait des efforts significatifs, avec un délai de dix-huit mois pour faire aboutir vingt-six mesures correctives et subir un nouvel examen de validation à partir du 1er janvier 2020.



À LA UNE
loading...
Retour en haut