Politique › Institutions

Congo : Sassou Nguesso crée la Haute autorité de lutte contre la corruption

La décision a été prise par le chef de l’Etat congolais lors du dernier conseil des ministres tenu au Palais du Peuple ce jeudi 20 septembre.

La commission nationale de lutte contre la corruption, ainsi que l’Observatoire anti-corruption n’existeront plus au Congo Brazzaville. C’est l’une des résolutions du dernier conseil des ministres qui s’est déroulé ce jeudi au Palais présidentiel sur la supervision de Denis Sassou Nguesso. Ces organes seront remplacés par la Haute autorité de lutte contre la corruption (HALC), une nouvelle institution chargée de traquer les criminels.

A en croire les sources bien introduites, l’objectif de cette reforme est de réprimer plus efficacement les actes de corruption, de concussion et de fraude. Elle aura entre autres des missions de prévention et des pouvoirs d’investigation accrus. La nouvelle institution sera composée d’un président et d’autres agents dont la nomenclature est rappelée dans le corps du texte en examen.

Concrètement, chaque poste sera ouvert à candidature publique. C’est-à-dire que tout Congolais, jouissant de ses droits civiques et non condamnés pour des crimes ou délits, ou à une sanction privative de liberté, pourra postuler. Les personnes retenues seront nommées par décret en Conseil des ministres ou décret du premier ministre, chef du gouvernement, en fonction du poste concerné. Il est ici question de garantir leur indépendance et leur donner une large de manœuvre dans l’exercice de leurs fonctions.


Le projet de loi portant création de la Haute autorité de lutte contre la corruption (HALC) sera présenté au parlement pour adoption.

 



À LA UNE
loading...
Retour en haut