› Société

Congo : des réfugiés Rwandais refusent de regagner leur pays

Au Congo depuis le génocide rwandais de 1994, plusieurs réfugiés  refusent toujours de retourner dans leur pays d’origine malgré la fin du conflit.

Une vingtaine de réfugié rwandais viennent de recevoir du gouvernement congolais leurs documents d’intégration : un passeport de leur pays et un titre de séjour. Il faut dire l’ensemble des réfugiés arrivés au lendemain du génocide du Rwanda en 1994 ont perdu leur statut depuis le 31 décembre 2017. Il est donc question de leur régulariser ou de leur rapatrier. Près de 8500 non exemptés ne sont ni candidats à cette intégration, ni au rapatriement volontaire.

Jean-Bosco, ressortissant rwandais ne veut pas rentrer dans son pays, il s’est expliqué chez nos confrères de RFI : « Il n’y a pas quelqu’un dans ce monde qui peut dire qu’il aime notre pays plus que nous-mêmes.  Aujourd’hui le problème n’est pas au rapatriement volontaire, à l’attribution d’un passeport,  mais c’est régler d’abord le conflit ethnique rwandais et le rapatriement aura lieu sans problème.»

Pour Médiatrice, une autre citoyenne rwandaise, le malaise est encore profond : « Aujourd’hui on dit que même un enfant hutu, né hors du pays depuis les années 1994… doit s’agenouiller, reconnaître et demander le pardon aux Tutsis à cause du génocide qu’il n’a jamais connu ».  Selon les rapports officiels, seules une quinzaine de réfugiés ont volontairement été renvoyés à ce jour.

 

 


 

 

 

 

 


À LA UNE
Retour en haut