Société › Actualité

Congo : le gouvernement et la FAO lancent le projet « Une seule santé »

Le projet repose sur le fait que la santé humaine, la santé animale et la santé environnementale soient liées, alors il faut engager une lutte contre ces maladies.

L’initiative « Une seule santé » est un programme multidimensionnel destiné aux pays africains tels que le Cameroun, l’Ethiopie, le Kenya, le Liberia, le Sénégal, la Tanzanie et le Congo. Le projet est soutenu par des partenaires onusiens, l’Union africaine, et autres. Grâce aux progrès réalisés à travers plusieurs conférences en Afrique de l’est, du centre et en Afrique de l’ouest, ces partenaires trouvent qu’il est essentiel d’aborder les approches de ces questions sanitaires.

Le 24 avril dernier, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a organisé, un atelier régional. Il s’est agi de trouver les moyens d’améliorer la collaboration entre les systèmes de santé animale et humaine, à l’échelle nationale et internationale.

Il faut le dire, le Congo est l’un des pays qui traversent des crises sanitaires liées à des maladies d’origine animale, à savoir la grippe aviaire hautement pathogène, la maladie à virus Ébola, la Corona virus du syndrome respiratoire, la rage, la variole du singe.


En raison de la faiblesse des systèmes de prévention, de détection et de réponse à ces menaces de la santé publique, l’approche « Une seule santé » trouve tout son intérêt dans la lutte contre la résistance aux antibiotiques.

La représentante résidente de la FAO au Congo, Suze Percy Filippini, entend dont mobiliser tous les acteurs concernés par cette lutte. « L’institutionnalisation et l’opérationnalisation de l’approche « One health » est une occasion idéale pour les principaux partenaires au niveau national, régional et mondial, d’examiner et d’analyser des menaces comme la résistance aux antimicrobiens, les zoonoses, les maladies d’origine alimentaire », a-t- elle estimé.

Selon Suze Percy Filippini, le projet ne se limitera pas qu’aux maladies transmissibles, vu que les actions de protection de l’environnement ont des effets bénéfiques sur toutes les dimensions de la santé humaine et animale.


À LA UNE
Retour en haut