Culture › Musique

Concert Roga Roga : trente-deux interpellations

Plus de peur que de mal au concert de Roga Roga, le 27 mai 2018.

Des opposants au régime de Sassou Nguesso ont appelé à faire annuler le concert de cet artiste congolais qui a finalement eu lieu le samedi 26 mai, à Paris.

Un groupe qui se fait appeler « Les combattants », ont manifesté dans l’après- midi du samedi 26 mai, aux abords du palais des congrès de Montreuil, salle de spectacle où devait prester l’artiste Roga Roga. Pour ces opposants, l’artiste congolais profite de ses concerts et de sa présence en France pour faire passer dans ses chansons des «Libangas», des dédicaces en faveur du président de la république du Congo, Denis Sassou Nguesso.

Rappelons que, quelques jours avant la tenue du concert, des manifestations d’hostilité ont été posées et des lettres de menaces avaient été adressées au propriétaire de la salle. Mais, malgré tout le concert l’artiste congolais Roga Roga, qui fête ses 25 ans de carrière a bel et bien eu lieu.

Des dégradations contre le bâtiment et des voitures ont été déplorées dans la nuit de vendredi à samedi. Six fourgons de gendarmes mobiles ont été déployés sur place. «Nous sommes attentifs, avait précisé la préfecture, avant le concert. Il n’est pas question d’annuler le concert. Nous avons les moyens de contrôler la situation.».


« Je pouvais accepter qu’on les appelle « combattants » parce que je pensais qu’ils menaient un combat digne. Mais là, ils se sont vautrés dans une vallée de quiproquos, dans une confusion totale. Je ne sais pas si vraiment je dois maintenir cette appellation de « combattants » parce que là ils mènent un combat rempli de confusion, un combat rempli d’aigreur, un combat rempli de haine. Je ne vois pas comment un homme qui se dit combattant congolais, donc qui défend les causes justes soit là pour prohiber l’évolution de la musique congolaise. On ne peut pas se battre contre la culture d’un pays, parce que la culture congolaise est toute l’identité du Congo. On ne peut pas confondre la culture d’un pays avec la politique. Quand le peuple congolais se comporte mal, Roga Roga dénonce. Quand le pouvoir ou le gouvernement se comporte mal, Roga Roga dénonce. Roga Roga, c’est la voix des sans voix. Donc, il ne faut pas lui attribuer la veste de politique, ou la veste d’un homme qui représente un régime quelconque. Non. », a déclaré Bertrand Bebert Etou manager de Roga Roga.

Trente-deux personnes ont été placées en garde à vue, a indiqué la préfecture de police de Paris.

À LA UNE
Retour en haut