International › APA

Cameroun : le gouvernement réconforte les victimes de l’attaque de Kumba

Une délégation ministérielle du Cameroun s’est rendue mardi à Kumba, une ville de la région anglophone du Sud-Ouest où sept écoliers ont été massacrés samedi 24 octobre.La mission conduite par le ministre de l’Administration territoriale, Atanga Nji Paul, a été accueillie par des cris de douleur d’une adolescente à l’hôpital régional de Buea. Elle fait partie des enfants qui ont survécu à l’attaque du Complexe scolaire Mother Francisca International Bilingual Academy de Fiango. Elle a reçu deux balles, sur le postérieur et le bras entièrement pansé. Comparé à sept ou huit de ses camarades, elle peut s’estimer chanceuse ainsi que onze autres enfants qui ont été blessés au cours de l’attaque.

« Leur état est relativement stable. On a opéré certains d’entre eux. D’autres vont perdre l’usage de leurs membres inférieurs », explique au Monde Afrique Chamberlin Ntou’ou Ndong, préfet du département de la Mémé dont Kumba est le chef-lieu.

Le ministre de l’Administration territoriale a tenu à rassurer les parents des victimes, notant que « la nation entière est à (leurs) côtés ». Sur Cameroon Tribune, Atanga Nji Paul souligne que « le président de la République (leur) a demandé de (leur) dire (qu’ils ne sont) pas seuls dans cette épreuve ».

« Nous venons de découvrir la face hideuse du terrorisme », a-t-il ajouté, avant de les inviter à se montrer « intraitables vis-à-vis de ces bandits ».

Pour les ministres des Enseignements secondaires et de l’Education de base, Nalova Lyonga et Laurent Serge Etoundi Ngoa, le but recherché par les auteurs de la barbarie est de saper l’embellie observée dans la reprise de l’école dans les deux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Ils ont appelé ainsi les pouvoirs publics à mettre fin à cette « tentative malsaine ».


Selon les éléments diffusés dans un communiqué du Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA), les assaillants étaient en même temps munis de machettes. Ils ont tué sept élèves âgés de 9 à 12 ans, d’après les chiffres du gouvernement, qui accuse les combattants séparatistes. Mais selon l’ONU, le bilan s’établit à huit morts après l’attaque de la classe de sixième de l’établissement secondaire privé.

Le Sud-Ouest est l’une des deux régions anglophones du Cameroun, avec le Nord-Ouest, plongées dans une guerre civile depuis trois ans. Des groupes séparatistes et l’armée s’affrontent dans ces deux régions où vit l’essentiel de la minorité anglophone, dont une partie s’estime marginalisée par la majorité francophone du pays.

Les combats, mais aussi les exactions et meurtres de civils par les deux camps, ont fait plus de 3000 morts et forcé plus de 700.000 personnes à fuir leur domicile, selon de nombreuses ONG.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 12.10.2020

Le complexe sportif de la Concorde de Kintélé

Le complexe sportif de la Concorde de Kintélé est un centre olympique situé à Kintélé, dans la banlieue nord de Brazzaville. Inauguré par le président…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut