Eco et Business › L'Eco en +

Brazzaville : vers la bancarisation des recettes municipales

Mairie de Brazzaville.

La réforme a été présentée lors de la récente session du conseil départemental et municipal de la ville capitale et devra contribuer à améliorer la gestion financière locale.

Pour les autorités municipales, le processus de bancarisation constitue une exigence de « l’orthodoxie financière », autrement dit une gestion prudente impliquant le respect de principes et de bonnes pratiques liés à la gérance des ressources de la commune.

C’est la commission chargée d’examiner le règlement du budget de la mairie exercice 2018 qui a édifié le conseil sur la nécessité de moderniser son administration, à travers la bancarisation, pour une meilleure traçabilité desdites recettes.

En effet, cette réforme concerne les paiements par anticipation (PPA) ; les renvois des PPA ; les paiements des créances ; les mandats, les recouvrements.

Ce projet constitue donc une nouvelle étape dans le processus de réformes du secteur des recettes municipales. Depuis 2017, des groupes de travail ont été mis en place pour recenser les contribuables potentiels de la mairie et essayer d’identifier la parafiscalité locale qui contribue au budget local.


Le but de cette enquête était non seulement de doter la municipalité de Brazzaville d’une liste exhaustive des impôts, taxes et tous les autres droits perçus au bénéfice des services municipaux, mais aussi d’éviter la dispersion des ressources.

Dans son discours de clôture, le président du conseil départemental et municipal, maire de la ville de Brazzaville, Christian Roger Okemba, a indiqué que la prochaine étape consistera à doter la municipalité d’un nouveau cadre législatif de la gestion de la collectivité locale. Il s’agit, selon lui, des outils qui vont compléter l’architecture juridique susceptible d’améliorer le quotidien des Brazzavillois.

Signalons que la cinquième session ordinaire administrative du conseil, tenue du 17 au 25 octobre, a permis aux autorités locales d’approuver d’autres mesures : l’autorisation d’inhumation dans les cimetières privés situés dans le périmètre urbain de Brazzaville et la réduction du coût des frais d’inhumation des enfants dont l’âge varie entre zéro et 10 ans ; le changement de dénomination du rond-point situé en face de l’aéroport international Maya-Maya, dans l’arrondissement 4 Moungali, en rond-point du Fespam ; de même que le rond-point situé en face de la maison commune de Poto-Poto, dans l’arrondissement 3, en « Place des Bantous de la capitale ».



À LA UNE
loading...
Retour en haut