International › AFP

Second jour d’échanges de tirs entre le Jihad islamique et Israël

Le Jihad islamique a lancé une nouvelle salve de roquettes lundi dans le sud d’Israël où des écoles, des commerces et des routes sont fermés de manière préventive, après des frappes meurtrières la veille de l’aviation israélienne contre des positions de ce mouvement palestinien en Syrie et à Gaza.

Ces nouvelles tensions entre Israël et le Jihad islamique, un groupe armé jugé proche de l’Iran, interviennent à une semaine des élections législatives cruciales pour la survie politique du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

De manière préventive, quelque 65.000 élèves ont été sommés de rester à la maison lundi dans des villes israéliennes jouxtant la bande de Gaza, les trains ont été annulés entre les villes d’Ashkelon et Beersheva et plusieurs routes sont fermées dans le sud du pays.

Vingt roquettes ont été tirées de Gaza vers le territoire israélien, dont 18 ont été interceptées par le bouclier antimissiles Dôme de Fer, a indiqué l’armée, alors que le Jihad islamique a simultanément revendiqué ces frappes.

– Souvenir de novembre –

Selon un journaliste de l’AFP, une roquette est tombée dans un parc pour enfants de la ville de Sdérot sans faire de blessés car personne n’était sur les lieux.

Dans la foulée, l’armée israélienne a bombardé des cibles du mouvement dans la bande de Gaza.

« Le Jihad islamique et le Hamas doivent comprendre que cela ne peut durer. S’ils ne cessent pas les frappes complètement – et je ne parle pas d’un jour ou deux, mais définitivement – nous devrons aller de l’avant avec une campagne (militaire) d’envergure », a prévenu lundi M. Netanyahu.

Au cours de la nuit de dimanche à lundi, l’aviation israélienne avait mené des frappes aériennes contre des « positions » du Jihad islamique près de Damas, en Syrie, et dans la bande de Gaza après des tirs de roquettes par le groupe depuis l’enclave.

Six combattants, dont deux du Jihad islamique, ont été tués dans ces frappes, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).

Les forces israéliennes sont souvent accusées par Damas de mener des frappes en Syrie voisine, mais elles revendiquent rarement des bombardements dans ce pays, qu’elles accusent d’héberger des éléments qui lui sont hostiles comme le Hezbollah libanais, la Force iranienne Qods et le Jihad islamique.

Israël avait mené en novembre une opération éclair contre le Jihad islamique dans la bande de Gaza qui avait fait une trentaine de morts dont neuf membres d’une famille palestinienne sans lien avec le groupe armé.


L’armée avait alors abattu un important commandant du mouvement, Baha Abou al-Ata, qu’elle jugeait responsable de nombreux tirs de roquettes contre Israël dont l’un en direction d’un meeting de M. Netanyahu peu avant les élections de septembre qui n’ont pas abouti à la formation d’un gouvernement.

En représailles, le Jihad islamique avait lancé des centaines de roquettes vers Israël qui avait répliqué par des bombardements aériens mais en évitant de frapper les positions du Hamas pour ne pas mettre en péril une trêve fragile avec ce mouvement islamiste favorisée par l’ONU, le Qatar et l’Egypte.

Le Hamas a livré trois guerres à Israël, mais bénéficie depuis près d’un an de cette trêve avec l’Etat hébreu contrairement au Jihad islamique, deuxième plus important groupe islamiste armé de Gaza.

– Bombes, bulldozer et roquettes –

Dimanche, l’armée israélienne avait ouvert le feu sur deux membres du Jihad islamique qui « tentaient de placer un engin explosif à proximité » de la barrière séparant Israël de Gaza.

« Un bulldozer de l’armée a récupéré le corps de l’un des assaillants », tué par les forces israéliennes, a précisé l’armée.

Selon un journaliste de l’AFP sur place, des Palestiniens se sont approchés pour tenter de récupérer la dépouille de l’homme avant qu’un bulldozer israélien ne ramasse le corps et retourne en direction de la barrière frontalière.

Israël garde les corps de Palestiniens pour s’en servir comme monnaie d’échange avec le Hamas, qui détient aussi des dépouilles d’Israéliens.

Une vidéo de l’incident, authentifiée par l’AFP, circule en boucle sur les réseaux sociaux palestiniens et à l’étranger. Lundi, le Premier ministre palestinien, Mohammed Shtayyeh, a condamné « l’assassinat » de ce membre du Jihad islamique dont la dépouille a été « maltraitée » par les autorités israéliennes.

Appelant à venger l’un de ses « martyrs », le Jihad avait ensuite tiré des roquettes vers Israël.

az-jod-gl-mib/cgo/vl


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 12.10.2020

Le complexe sportif de la Concorde de Kintélé

Le complexe sportif de la Concorde de Kintélé est un centre olympique situé à Kintélé, dans la banlieue nord de Brazzaville. Inauguré par le président…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut