Politique › Justice

Mort d’un homme dans un commissariat : l’enquête piétine à Pointe Noire

Après un mois et demi d’enquête sur la mort du congolais Goma Carel Bianchiny dans un commissariat de Pointe Noire, la police tarde toujours à élucider les circonstances exactes de sa mort. La famille dénonce l’impunité des coupables.

Les proches de Goma Carel Bianchiny ne savent plus à quels seins se vouer depuis qu’il a brutalement été tué au de Tchiali, à Pointe-Noire. Il faut dire que rien n’avance, la police n’a toujours pas conclu son enquête pourtant le jeune homme est mort depuis le 15 août dernier, bientôt deux mois.

Pourtant les proches ont déposé une plainte pour meurtre et abus de pouvoir, mais depuis plus d’un mois, la procédure est au point mort. Toutefois, une information judiciaire a été ouverte pour violation de domicile, arrestation arbitraire et coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort, rappelle Maître Guy Maixent Missamou, l’avocat de la famille.


L’avocat qui est en charge de la défense des intérêts de la famille souligne surtout que personne n’a jusqu’à là été inculpé et les suspects, précise-t-il, sont toujours dans la nature.



À LA UNE
loading...
Retour en haut