International › APA

L’esport africain, au-delà des clichés

Malgré sa professionnalisation, la pratique des jeux vidéo se heurte à des préjugés tenaces sur le continent noir.« Les gamers ne sont pas sociables ». Une étiquette parmi tant d’autres qui colle à la peau des adeptes de jeux vidéo. « Etant un joueur professionnel, je m’entraîne très dur pour atteindre mes objectifs. Je passe néanmoins de bons moments avec ma famille et mes amis. C’est un équilibre de vie à trouver », affirme Papa Adama Fally Thiam dit Addexx.

Dans le monde, un certain nombre d’idées préconçues entourent le gaming. Ces stéréotypes ont un effet dissuasif sur son acceptation par la société. En Afrique, bien plus qu’en Occident, le jeu vidéo est connoté négativement.

« Certains pensent que c’est uniquement pour les enfants. On cherche toujours à voir le mauvais côté des choses, mais notre génération a appris à parler l’anglais et a acquis des connaissances historiques grâce aux jeux vidéo », rétablit Baba Dioum, président de l’Association sénégalaise des gamers (Sengames).

Ce trentenaire sait de quoi il parle. Cofondateur de Solo esport, l’unique club professionnel au Sénégal, il a grandi au milieu des consoles dans une famille où même les parents s’octroyaient des moments de détente. « Les joueurs sont monsieur et madame tout le monde. Nous avons beaucoup de cadres. Il y a aussi des profils dont la vie tourne autour de l’esport », argumente le spécialiste des Technologies numériques.

A lire aussi : Esport en Afrique : le jeu en vaut la chandelle

Au siège de Sengames, niché dans un quartier résidentiel de Dakar, une panoplie d’activités vidéoludiques sont proposées aux adhérents. Pour une catégorie d’enfants, c’est un lieu de socialisation. « Ils sont peut-être nés dans des familles qui les gardent un peu trop à la maison. Avec Fortnite par exemple, ils peuvent discuter avec d’autres Sénégalais de leur âge qui jouent au même moment. Il y a des classifications par âge. Un enfant ne peut pas jouer à tout », souligne M. Dioum.


L’esport, c’est-à-dire la pratique compétitive des jeux vidéo, participe également à faire tomber les clichés : « On avait un joueur de 16 ans qui devait participer à un tournoi en Côte d’Ivoire. Sa mère n’était pas d’accord au début. Quand son fils a reçu un chèque d’un million F CFA qui récompense ses performances, elle a changé d’avis ainsi que toute la famille », se souvient-il. L’adolescent en question allie aujourd’hui sport et études.

Créée en 2010, la communauté des gamers du Sénégal se fortifie avec notamment des mariages entre membres. « Cela est formidable », commente Baba Dioum, avant de lister des vertus de sa passion.

« Scientifiquement prouvé, il permet de gérer le stress. Quand la planète était en confinement à cause de la Covid-19, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommandait le gaming pour lutter contre la dépression. Il canalise les émotions
 et développe la créativité. Pour de nombreux designers et graphistes, il offre à voir d’autres images, couleurs… », détaille le manager de Solo esport.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 04.04.2022

La localité de Loutété

Loutété est une localité du sud-est du Congo située dans le département de la Bouenza. Avec une population d'environ 20 000 habitants. Traversée par le…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut