› Culture

Festival Tazama : la 5ème édition a démarré à Brazzaville

 Le rendez-vous socio-culturel de rencontres, de discussions, de découvertes et de partages, s’est ouvert le 11 mai à l’Institut français du Congo, par le film « Bienvenue au Gondwana » de Mamane.

Cette année, le festival Tazama  se tient sur le thème « En bien, riez à présent ! ». Il traduit désormais, à travers le temps, la volonté de montrer au monde la richesse et la diversité du cinéma africain, d’associer les talents d’aujourd’hui et de demain pour une communion avec le public. Il a toujours recherché, par sa programmation, à soulever des problématiques de femmes ou des sujets portés par elles. La manifestation attire une fois de plus l’attention sur des parcours, ceux de femmes réalisatrices, actrices, comédiennes, chanteuses, monteuses, régisseuses, décoratrices, maquilleuses, costumières, etc.

Le thème de cette année signifie simplement qu’il est possible de transmettre efficacement des valeurs par le rire. « Ainsi, cette édition de Tazama invite à apprendre, tout en riant avec des femmes extraordinairement drôles et des réalisations qui ont su, avec humour, soulevé les questions sur l’engagement politique, la parité, l’émancipation ou l’adoption », a déclaré en substance Claudia Yoka, directrice du festival Tazama.

Comme figures féminines, la cinquième édition connaît la participation des actrices et comédiennes de renom telles que Prudence Maïdou, Nastou Traoré, Georgette Paré, Aïsha Yamav ainsi que les stars des réseaux sociaux Yvidero, Tata Osca, Ruby et Eunice Zunon.

Marie Philomène Nga est, quant à elle, l’invitée d’honneur de cette rencontre du film des femmes africaines. Ayant joué dans plusieurs films et téléfilms à succès, parmi lesquels « Le crocodile du Botswanga » de Fabrice Eboué, « Il a déjà tes yeux » de Lucien Jean Baptiste, « La très grande entreprise » de Pierre Jolivet, « Engrenages » ou encore « Merci papa, merci maman », Marie Philomène se dit très reconnaissante de l’honneur et l’hommage que lui rend le festival Tazama. « Le cinéma est l’une des vitrines de la culture. Par sa force, il impacte la société et se positionne comme un art privilégié à travers lequel nous pouvons nous raconter, nous inventer, nous éduquer, nous réinventer en vue d’écrire un nouveau récit de notre propre histoire », a-t-elle déclaré.

Un doux parfum de plaisanteries


Sanzy Viany et quelques membres de la chorale Living water ont ouvert les festivités par trois chants de gospel, puissants et sensationnels.  Le public a également eu l’immense plaisir de rire aux éclats lors de la première soirée grâce à l’humour peu attendu d’Yvidero, une comédienne, blogueuse et chroniqueuse ivoirienne. Avec son franc-parler, son air drôle et sa vivacité d’esprit, elle a soufflé un doux parfum de plaisanteries.

La soirée s’est achevée sur la projection du film « Bienvenue au Gondwana », en présence de son réalisateur, Mamane, et de quelques acteurs du film : Prudence Maïdou, Rasmané Ouédraogo et Nastou Traoré. Dignement salué par le public, « Bienvenue au Gondwana » est une fiction sortie en 2016, qui conte la triste réalité de la démocratie, la transparence électorale, les intérêts des pouvoirs politiques et la rage de la jeune génération face à cette emprise et cet abus du pouvoir dans le continent africain.

Tazama, c’est aussi des hommes d’une extrême bonté qui se joignent à la lutte contre le cancer en Afrique que poursuit le festival. Cette année, on en compte quatre, à savoir Mamane, Rasmané Ouédraogo, Serge Abessolo et Maxwell Cadevall, qui ont effectué le déplacement pour rehausser, de par leur présence et leurs œuvres, la cinquième édition.

Notons que la cérémonie d’ouverture du festival Tazama a été honorée par la présence du ministre de la Culture et des arts, Dieudonné Moyongo, de la marraine du festival, Claudia Ikia Sassou N’Guesso ainsi que de plusieurs autres personnalités congolaises et étrangères et des artistes de divers horizons. Les projections de films et séries se poursuivront jusqu’au 18 mai, à l’Institut français du Congo, à partir de 18 h. Celles-ci seront suivies chaque lendemain d’une conférence de presse avec la participation des réalisateurs et acteurs de films projetés la veille.


À LA UNE
Retour en haut