Culture › Cinéma

Festival des films congolais : Akim Le Negro rafle deux trophées avec « Perdu (e) »

De son vrai nom Mydarling Lacordaire Kimbembe, le jeune artiste cinéaste a été primé pour son court métrage fiction intitulé « Perdu (e) ».

Le film « Perdu (e) est un court métrage fiction de dix minutes, qui relate l’histoire d’une jeune fille déçue en amour et qui se donne la mort quelques temps plus tard. Le film était en compétition des films fiction de première expérience, lors du festival des films congolais. Ce court métrage a été récompensé, dans les catégories Meilleur film fiction de première expérience et comme Meilleure interprétation féminine.

Portrait d’Akim Le Negro

Akim Le Négro est né le 27 avril 1990 à Brazzaville, d’un père enseignant. Mydarling Lacordaire Kimbembe alias Akim Le Negro est détenteur d’un master en langue et littérature françaises, obtenu à l’Ecole normale supérieure (ENS) de l’Université Marien-Ngouabi, qu’il a intégrée après son admission au baccalauréat en 2009 série A3.


Au cours de sa formation à l’ENS, il se lance dans le monde des arts et de la culture. Il intègre un club cinématographique et organise quelques événements culturels. Au fil du temps, il s’intéresse à la réalisation des films, la production et la présentation des émissions. Il est aussi photographe et présent dans plusieurs événements culturels.

Akim Le Negro a participé à plusieurs projets de cinéma en tant que cadreur et assistant-réalisateur tels que les séries télévisées « Casting », « Les Djiendettes » de Patson Salym diffusées sur la chaîne de télé DRTV ; les courts métrages « Malveillance », « Ndo Ji », « Le trône du roi Kouta 1er » ; le long métrage »Destination ». Actuellement, il prépare le tournage d’un autre long métrage intitulé « L’objectif ».

Photographe, réalisateur, opérateur culturel, etc., Akim Le Negro a, à son actif, un documentaire court métrage « Bungunza », un film expérimental « Le rite » et un court métrage fiction intitulé « Perdu (e) », le tout dernier qui lui a valu deux trophées lors de la clôture du festival des films congolais.

À LA UNE
Retour en haut