International › APA

Economie et enseignement alimentent les quotidiens marocains

La reprise de l’activité économique et le bras de fer entre établissement d’enseignement privé et les parents d’élèves sont les principaux sujets abordés par les quotidiens marocains parus ce jeudi.+Aujourd’hui le Maroc+ écrit que la reprise dans les entreprises et les administrations devait avoir lieu un jour à l’autre, notant qu’il va falloir veiller à ce que cela se passe dans les meilleures conditions possibles sur le plan sanitaire.

Le but est que les résultats de la stratégie marocaine déployée depuis plusieurs mois soient préservés, explique la publication, soulignant que tout relâchement aura un impact catastrophique.

« Théoriquement, le dispositif est prêt », fait remarquer le journal, insistant sur la nécessité de l’implication de tous pour réussir cette nouvelle étape. « Le respect des mesures de prévention est obligatoire et surtout très facile puisqu’elles ne demandent pas de grands efforts. L’implication suffira ».

De son côté, + Al Bayane+ souligne que pour certains avertis, cette phase post-corona semble encore plus virulente sur plusieurs plans. Pour le quotidien, il s’agira d’abord de fortifier le processus de santé, de manière à contrôler parfaitement le phénomène pathologique. Ensuite, il est question de mettre en route les remèdes de redressement des secteurs minés par le fléau, à court et moyen terme.

Le peuple marocain s’apprête aujourd’hui à embrasser une vie meilleure que celle de l’avant-corona, soutient la publication, notant qu’on n’a plus le droit de décevoir un peuple qui a été favorablement réactif à toutes les directives décrétées, certes au profit de sa propre santé, mais aussi pour la stabilité et la sécurité de la nation.


Au sujet des écoles privées, +Al Ahdath Al Maghribia+ rapporte que la fédération des Associations des parents et tuteurs d’élèves a appelé, dans plusieurs régions, les Académies régionales de l’éducation et de formation et les directions provinciales du ministère de l’Education nationale à trouver une solution à ce problème dans les plus brefs délais.

La fédération a d’ailleurs mis en garde certains établissements de l’enseignement privé contre d’éventuelles pratiques de chantage qui pourraient, notamment, porter sur les certificats de scolarité des enfants ou l’accès des élèves aux examens nationaux pour les niveaux scolaires diplômants. Ces établissements, rappelle la fédération, ont toujours bénéficié des frais de scolarité majorés durant le mois de septembre pour les «frais d’inscription», alors même que les cours ne démarrent que vers la mi-septembre.

La fédération, ajoute le journal, a appelé les groupes scolaires à faire preuve de solidarité en annulant les frais de scolarité ou en les réduisant de 50% pour les mois de mars, avril, mai et juin, sans demander de justificatifs aux parents. Car, indique la fédération, plusieurs groupes scolaires accueillent une majorité d’enfants issus de la classe moyenne, sérieusement impactée par la crise du Covid-19.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 01.09.2020

A la découverte d’Oyo

Oyo est une ville de la République du Congo, située dans le département de la Cuvette, chef-lieu du district homonyme, située à plus de 400…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut