Personnalités › Interviews

Denis Sassou N’Guesso : « le pouvoir est la confiance que les gens vous accordent »

Denis Sassou Nguesso, président de la République congolaise.

Le président de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso, est à Moscou pour une visite officielle. Il a rencontré le 23 mai le dirigeant russe Vladimir Poutine. Dans une interview exclusive avec le premier directeur général adjoint de l’Agence TASS, Mikhail Gusman, le président Denis Sassou N’Guesso a abordé les relations entre Brazzaville et Moscou, le rôle de la Fédération de Russie en Afrique et les défis auxquels le continent africain est confronté.

Merci beaucoup pour cette occasion de vous rencontrer. Nous vous rencontrons littéralement au centre, au cœur même de Moscou, près des murs du Kremlin de Moscou. Et quelques heures plus tard, votre rencontre avec le président russe Poutine aura lieu. Vous avez une visite très officielle et importante dans notre pays. De quoi allez-vous discuter – ouvrir un petit secret – avec notre président? Et quelles sont les tâches principales que vous avez définies lors de cette visite dans notre capitale, dans notre pays?

Rencontrer le président Poutine est pour moi un grand honneur et un grand plaisir. Nous nous sommes déjà rencontrés à plusieurs reprises, à l’étranger et ici, à Moscou, en octobre 2012. Le président Poutine m’a chaleureusement accueilli. Nous avons abordé ici les questions de renforcement de la coopération entre nos deux pays et nous les avons portées au niveau de partenariat stratégique mutuellement bénéfique. Nous avons fixé certains objectifs et je suis à nouveau arrivé pour une visite officielle en Russie et je suis très heureux de le revoir. Nous résumerons les résultats de cette coopération, nous déciderons de la renforcer et nous discuterons également des problèmes qui concernent maintenant le monde entier et en particulier l’Afrique. C’est donc un moment très important pour moi.

Vous avez dit les mots clés: la Russie et votre pays sont des partenaires stratégiques. En passant, cette année marque le 55e anniversaire des relations diplomatiques entre nos pays. Dans quels domaines, à votre avis, devrions-nous intensifier nos liens, les intensifier? Où voyez-vous les plus grandes perspectives de développement de contacts entre le Congo et la Russie?

Oui, la coopération a déjà 55 ans. Vous devez savoir que notre coopération s’est développée dans de nombreux domaines au cours de ces 55 années. Et je dois souligner que l’éducation était le plus important. Ici, en Russie, de nombreux cadres, civils et militaires, ont été formés. Nous avons également collaboré dans d’autres domaines, par exemple l’industrie minière et le secteur culturel – il existe aujourd’hui un échange culturel entre nos deux pays. Nous visons à diversifier notre économie, qui ne devrait pas dépendre uniquement du pétrole. Nous pensons qu’avec le potentiel de notre pays, nous pouvons aller plus loin dans cette coopération et couvrir d’autres secteurs d’activité socio-économique dans le cadre de la diversification de notre économie.

Vous savez, Monsieur le président, la Russie, à mon avis, possède un très bon bagage diplomatique et politique en Afrique. La Russie n’a jamais été une puissance coloniale, n’a jamais dirigé d’opérations militaires en Afrique. Jamais occupé aucun pays africain, au contraire, la Russie et l’Union soviétique ont toujours aidé l’Afrique, aidé le mouvement de libération nationale en Afrique, y compris dans votre pays. Vous avez dit à juste titre que des milliers de Congolais fréquentaient les universités soviétiques, maintenant russes. A votre avis, quel est le rôle d’aujourd’hui, peut-être de la Russie en Afrique? Comment verriez-vous ce rôle – la Russie en Afrique aujourd’hui? D’autre part, quel est le rôle de la République du Congo sur le continent africain aujourd’hui?

En effet, la Russie n’avait pas de colonies en Afrique, mais la Russie participait activement à la lutte pour la libération de l’Afrique. De ce point de vue, nous, le Congo et la Russie, avons travaillé côte à côte dans une lutte commune aux îles du Cap-Vert, au Mozambique, en Angola et dans d’autres pays. Nous pensons que la Russie est un pays important qui pourrait jouer un rôle important au moment où l’Afrique est à la recherche de partenaires pour se reconstruire. Dans le domaine des infrastructures, dans le domaine économique et même dans le domaine de la sécurité dans ce monde difficile Nous pensons que si les peuples africains veulent développer leur économie, la Russie peut s’implanter dans le monde, mais que la Russie devrait prendre sa place en Afrique après que la Russie ait participé à la lutte pour sa libération. Le moment est venu de participer à la lutte pour la construction de l’Afrique. Et il y a beaucoup de travail à faire.

Vous êtes bien connu en Afrique et dans le monde en tant que pacificateur à succès. Vous avez dû à plusieurs reprises participer aux négociations les plus diverses sur le continent africain afin de réconcilier certains pays en conflit militaire. Je sais que vous avez même reçu la branche Olive dorée, qui récompense les chefs d’État pour leur contribution fructueuse au rétablissement de la paix. A votre avis, que faudrait-il faire pour assurer la sécurité collective sur un continent africain aussi difficile? Quelles mesures doivent être prises? Quel pourrait être le rôle de la Russie dans tout cela? Et que peut-on faire pour faire de l’Afrique un continent de paix?

Eh bien, pacificateur – c’est trop dire! Le pacificateur est une expression très forte. Mais oui, nous avons essayé de contribuer à la recherche de solutions à la crise en Afrique du mieux de nos forces modestes. Nous avons toujours pensé que nous devions privilégier le dialogue et nous avons pensé que c’est par le dialogue que nous pouvons trouver une solution à ces problèmes. De plus, le dialogue est une tradition africaine. En Afrique, il existe une expression: « lave-atalaba » – « asseyez-vous et parlez sous un arbre » pour trouver une solution au problème. Telle est la tradition africaine – le dialogue. Dans notre pays, nous l’avons restauré et même inscrit dans notre constitution, qui prévoit la création d’un tel organe constitutionnel chargé de promouvoir le dialogue. Nous pensons que la Russie est un grand pays, membre permanent du Conseil de sécurité des Nations Unies, ce qui a contribué à la recherche d’une solution aux problèmes africains, qui sont très nombreux. Et oui, nous pensons que la Russie pourrait se tenir aux côtés de l’Union africaine, qui cherche des solutions aux problèmes de l’Afrique et du reste du monde, en utilisant le dialogue comme outil à la fois parmi la population et au niveau international. Et nous pensons qu’en prenant cette position en Afrique, aux côtés de l’Union africaine, la Russie peut jouer un rôle important dans le monde d’aujourd’hui.

J’ai eu l’honneur de vous rencontrer il y a quelque temps dans votre capitale. Vous avez ensuite parlé de la nécessité de préserver les valeurs panafricaines. Vous êtes la troisième fois en tant que président, plusieurs années au pouvoir. Quelles mesures, selon vous, devraient être prises pour renforcer ces valeurs panafricaines? Qu’en est-il de cette période pendant laquelle vous êtes au pouvoir, considérez-vous votre exploit? Et quels sont vos buts et objectifs pour le futur proche?

Parlez-vous du futur proche du Congo ou parlez-vous de l’Afrique?

« Au Congo et dans toute l’Afrique. »

D’abord à propos de l’Afrique. Je pense que la première chose à dire à propos de l’Afrique. Comme je viens de le dire, l’Afrique est au stade de la construction après la lutte pour sa libération. Aujourd’hui, l’Afrique est confrontée à de nombreux défis. Mais au niveau africain, nous avons réalisé l’intégration au niveau des sous-régions individuelles de l’Afrique. L’Afrique est divisée en plusieurs sous-régions: Union du Maghreb arabe, Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest, Communauté économique de l’Afrique centrale, Union des États de l’Afrique de l’Est, Communauté de développement de l’Afrique australe. Tout cela pour pouvoir progresser vers le développement de l’intégration de l’Afrique à l’horizon 2063. Il existe une stratégie de développement de l’Afrique jusqu’en 2063. Et dans le cadre de cette stratégie, nous avons déjà décidé de créer au niveau africain une zone de libre échange en Afrique. Nous allons célébrer cette décision en juillet à Niamey, au Niger, avec la création d’une zone de libre-échange en Afrique. Et nous avons décidé – au niveau africain – de construire des infrastructures de base, y compris l’électricité, car il n’ya pas assez d’électricité en Afrique et, sans électricité, il est impossible de participer au développement. Il est nécessaire de produire de l’électricité en Afrique, de construire des lignes de communication, des chemins de fer, des routes, des lignes de télécommunication. Et ces programmes ont été adoptés au niveau de tout le continent. Tous ces programmes sont reflétés dans les projets de divers États – réaliser une véritable intégration, construire des infrastructures, promouvoir la diversification des économies et, surtout – éduquer les jeunes, éduquer les jeunes, car l’Afrique est un continent très jeune. Il est nécessaire de former une élite, de former des jeunes et d’associer les femmes à ce développement. Ces projets continentaux reflètent en fait les approches que nous avons dans notre pays.

Lors de notre visite dans votre pays, dans votre belle capitale, nous avons vu et visité le Centre d’artisanat populaire de Poto-Poto. C’est un lieu unique où sont représentés tous les métiers d’art populaire de votre pays. Que fait-on pour préserver les traditions de ces métiers, les traditions culturelles du Congo? Et comment cela se réalise-t-il, comment voyez-vous les voies de développement de la culture de votre pays?

Je pense que vous parlez de l’école de peinture Poto-Poto, où travaillent les peintres les plus en vue de notre pays … Mais la culture au Congo est très diverse. Au Congo, nous soutenons le développement de la culture, car les personnes qui perdent leur culture perdent ensuite leur âme. Nous soutenons ce secteur avec nos moyens. Au Congo, nous avons un projet de construction d’un grand musée où seraient conservées les œuvres de la culture de notre pays. Un tel projet est à l’étude.

Je dois dire que le Congo est encore unique en ce sens que la nature a été préservée dans de nombreux endroits. Ce sont des cascades uniques, de belles jungles. Les animaux y sont très différents dans leur habitat naturel. D’autre part, vous pouvez considérer que je critique un peu à cet égard, mais il me semble que le gouvernement congolais n’en fait pas encore assez pour développer le tourisme dans votre pays. Selon vous, à quel point est-il important qu’il y ait plus de touristes, plus de voyageurs viennent au Congo? Parce qu’il y a vraiment des endroits uniques qui valent le détour.


Bien sur! J’ai déjà dit à mes amis à la Douma d’Etat que le Congo comptait 22 millions 500 000 hectares de forêts, qu’il y avait des milliers d’espèces animales, des dizaines de milliers de types de végétation, qu’il y avait de grands fleuves, des territoires protégés. Plus de 11% du territoire du pays sont des zones protégées, où se trouvent des singes, des éléphants, des buffles, des chimpanzés, des gorilles des montagnes et des plaines, bref, tout y est. Et vous avez raison de dire que nous n’avons pas assez travaillé pour promouvoir le tourisme et que nous possédions toutes ces richesses, mais nous y travaillons. Nous travaillons dans nos projets, nous supposons que le tourisme seul peut apporter 10% du PIB de notre pays. Et nous essayons maintenant de stimuler le secteur du tourisme pour qu’il devienne un facteur de développement.

Ce qui m’a intéressé et très attiré par le Congo, c’est sa nature multireligieuse. La plupart des habitants du Congo adhèrent aux cultes traditionnels, à leurs croyances. Mais les chrétiens et les musulmans y vivent. Ce multiculturalisme, ce Congo multi-religieux, bien sûr, est très intéressant. Et pendant que tout cela se passe dans une atmosphère assez paisible. Que fait-on pour préserver l’unité du peuple congolais, pour préserver sa nature multiculturelle et multireligieuse?

Tout d’abord, je dois dire que le Congo est un État laïc. La Constitution du Congo déclare clairement la liberté de religion. Et en plus, cela devrait être fait dans un esprit de tolérance, de respect des autres. Nous croyons que dans notre pays, chrétiens, musulmans et même animistes et autres, chacun est libre de pratiquer la religion de son choix, dans le respect des lois d’un État laïc et dans celui des autres. Aujourd’hui, nous pensons que tout cela se passe de manière harmonieuse et nous sommes heureux de le noter.

Vous savez ce que j’ai aimé? Que les Congolais soient tels, en général, des gens joyeux, sincères et fêtent toutes les vacances. Et chrétien et musulman, et traditionnel, et État. Et l’impression est que chaque jour des vacances ont lieu au pays du Congo. Vous êtes ici, Monsieur le Président, quelles sont vos vacances préférées? Et comment les marquez-vous généralement?

Les Congolais aiment la musique. La musique congolaise est largement connue en Afrique et dans le monde. Les Congolais organisent des vacances, quand ils le peuvent, lors des mariages, il y a aussi des fêtes religieuses, comme par exemple le 15 août, le Nouvel An… Tout cela se déroule dans une atmosphère de joie, malgré les difficultés que tout le monde a endurées. Nous sommes heureux de voir que notre peuple a un tel côté de la vie. Et s’il peut vivre heureux, en paix et en sécurité dans cette partie du monde, pourquoi pas? Nous pensons que c’est ainsi que les gens devraient pouvoir vivre en harmonie, dans une société dans laquelle ils se respecteraient, respecteraient les autres opinions, opteraient pour des choix religieux différents et organiseraient des vacances ensemble, lorsque le bon sens le leur permettait.

Comment fêtez-vous les vacances vous-même? Comment passez-vous votre temps libre, car vos collègues et les assistants que j’ai rencontrés disent tous que vous travaillez beaucoup et, comme ils le disent, vous ne vous reposez pas. Mais quand passe-t-on des vacances, comment les dépensez-vous?

Le temps libre n’est pas si important dans notre cas, mais lorsque nous avons du temps libre, nous pouvons le consacrer au sport …

 Et quels sports?

 Maintenant je fais uniquement de la nage. Dans le passé, j’ai été impliqué dans beaucoup d’autres sports, maintenant je ne fais que nager. Je nage. Vous pouvez également consacrer votre temps libre à la lecture, je le fais quand j’ai du temps libre. Il y a aussi la famille. Mais pour les vacances je n’ai pas beaucoup de temps. Eh bien, vous pouvez faire du sport, trouver du temps pour votre famille. Je dirais, continuer à lire et à apprendre, parce que vous n’arrêtez jamais d’apprendre.

 Vous savez, Monsieur le Président, notre programme s’appelle «Formula of Power». Et à la fin de ce programme, je pose toujours la même question à mes interlocuteurs: qu’est-ce que le pouvoir pour vous? Vous êtes au pouvoir depuis de nombreuses années, vous êtes même qualifié de maître du pouvoir en Afrique. Qu’est-ce que le pouvoir signifie pour vous? Comment comprenez-vous le pouvoir, comment vous sentez-vous le pouvoir? Et de toute façon, quel goût a-t-il?

 Vous savez, le pouvoir est, si vous y réfléchissez, la confiance que les gens vous accordent. C’est donc la confiance que les gens vous ont témoignée, comme je l’ai dit. C’est ce que le pouvoir est. Les gens ont confiance en vous, alors vous avez le pouvoir et vous devriez en valoir la peine. Il faut tout faire pour être digne de cette confiance. Vous devez vous sentir proche des personnes qui ont confiance en vous, méritez cette confiance et essayez, dans la mesure du possible, de remplir vos obligations officielles afin de satisfaire ceux qui vous ont fait confiance et d’être dignes de cette confiance. Et je dirais que je ne perçois pas le pouvoir autrement.

 Merci beaucoup, Monsieur le Président, pour cette conversation. Je vous souhaite un séjour réussi en Russie.

 Merci!

 



À LA UNE
loading...
Retour en haut