Santé › Actualité

Congo : le patriarche Jacques Joachim Yhomby-Opango célèbre ses 80 ans en famille et autour des amis

Jacques Joachim Yhomby-Opango

Ancien Président de la République (4 avril 1977- 5 Février 1979), ancien Premier Ministre (juin 1993 – aout 1996) sous le régime du Président Pascal Lissouba (1992-1997), Jacques Joachim Yhomby-Opango a célébré ses 80 ans, en famille et autour de quelques amis.

Né le 14 janvier 1939, Jacques Joachim Yhomby-Opango dans  sa retraite, l’homme regarde désormais le temps qui passe, ramenant parfois à la surface les souvenirs de la vie active, comme si c’était hier.

Parcours politique

Premier officier général de l’armée congolaise nommé en janvier 1978 alors qu’il est déjà Chef d’État, ancien de Saint-Cyr (Promotion Colonel Bourgoin -1960-1962), Jacques Joachim Yhomby-Opango fut chef du cabinet militaire du Président Alphonse Massamba-Débat, en 1965, avant d’être envoyé, la même année, comme attaché militaire à l’Ambassade du Congo à Moscou.

Sous le régime du Président Marien Ngouabi (1968-1977), il est nommé, en septembre 1969, chef d’État-major général des forces armées avec le grade commandant. Élevé au grade de colonel en janvier 1973, il fut remplacé à la tête de l’armée, en octobre, et devint inspecteur général des forces armées.

Yhomby-Opango dirigea le régime d’exception, appelé Comité militaire du parti (CMP), mis en place après l’assassinat du Président Marien Ngouabi, le 18 mars 1977. Choisi par le PCT, le 4 avril, il prêta serment le 6 avril 1977. Renversé le 5 février 1979, par une révolution de palais, il connût la prison, avant d’être libéré en 1990, sans jamais avoir été jugé, grâce au mouvement qui conduisit le Congo-Brazzaville à l’ouverture démocratique, avec la tenue de la Conférence nationale souveraine en 1991.


Membre du Comité central du PCT à sa création, en 1969, il en fut exclu en 1975, avec le mouvement de radicalisation du parti.

En 1990, avec le vent démocratique qui soufflait dans certains pays africains, après la chute du mur de Berlin, Jacques Joachim Yhomby-Opango créa son propre parti, le Rassemblement pour la démocratie et le développement (RDD), à travers lequel il va se révéler comme un acteur politique majeur du Congo.

À la tête de ce parti, il est élu député en 1992 à Owando, et se présente comme candidat à l’élection présidentielle. Il apporta son soutien à Pascal Lissouba au deuxième tour de la présidentielle contre Bernard Kolelas.

Élu, le Président Lissouba fera de lui chef de sa majorité présidentielle, avant de le nommer Premier Ministre.

Jacques Joachim Yhomby-Opango s’est aujourd’hui retiré de la politique, pour des raisons de santé. C’est son fils, Jean-Jacques Yhomby-Opango, qui a repris les rênes du RDD, comme vice-président. Le fils qui a un jour-près de son père, est né un 15 janvier. Alors, c’est ensemble qu’ils ont fêté leur anniversaire à la capitale française où réside le patriarche Jacques Joachim Yhomby-Opango.

À LA UNE
Retour en haut