Société › Education

Baccalauréat technique : les épreuves du second tour ont démarré ce 11 juillet

Initialement prévu le 10 juillet, l’examen a débuté ce jeudi pour donner la chance à tous les candidats, à en croire le directeur des examens et concours (Dec) techniques et professionnels, Joseph Moukila.

Les cinq mille huit cent treize candidats déclarés admissibles étaient attendus à compter de ce 11 juillet sur toute l’étendue du territoire national pour passer les épreuves écrites du second tour. En effet, afin de donner la chance à tout le monde de passer l’examen, les organisateurs ont mis à profit la journée initiale du 10 juillet pour sensibiliser les différents acteurs impliqués dans cette aventure. « Le second tour du baccalauréat technique a effectivement commencé aujourd’hui, nous avons justement envisagé une démarche pédagogique dans ce sens que nous savons bien que cette ultime étape est cruciale pour les enfants qui ont été déclarés admissibles. Par rapport à cela, il fallait d’abord leur faire comprendre l’importance pour eux de passer ensemble ce second tour et ses enjeux parce que nombreux pensent que ce sont des formalités, mais sont souvent surpris à la fin », a expliqué le Dec technique.

Ainsi, les chefs de centre ont été commis à sensibiliser les candidats à la discipline à observer pendant le déroulement des épreuves. Conformément à la réglementation en vigueur dans le pays, certains appareils électroniques sont interdits dans les salles d’examen à l’instar des téléphones portables. De même, des astuces favorisant la fraude sont également prohibées par la loi. « Nous leur avons rappelé les principes, les règles pour les examens d’Etat, notamment se débarrasser de tout ce qui nuit au bon fonctionnement du baccalauréat, tout ce qui n’est pas autorisé tel que les téléphones portables, les bombes. Donc leur faire prendre conscience de ce qu’ils sont à une étape cruciale, ils sont déjà à la porte de l’admission au baccalauréat et n’ont pas à faire des bêtises pour inviter l’échec », a poursuivi Joseph Moukila, précisant que chaque candidat doit se munir des fiches d’anonymat pendant le déroulement des épreuves.


Conscientes du mauvais comportement affiché par certains commis de l’Etat lors de l’organisation des examens, les autorités du ministère de l’Enseignement technique et professionnel ont procédé également à la sensibilisation des surveillants de salle. « Ils ne sont pas aussi épargnés, nous leur avons rappelé le rôle qu’ils doivent jouer en tant qu’enseignant afin de veiller au bon fonctionnement de l’examen. Nous avons un guide, il fallait le commenter à l’endroit des surveillants et de tous ceux qui constituent le personnel convié au déroulement de cet examen », a conclu le Dec, rappelant que treize centres sont retenus à Brazzaville.

Notons que selon les résultats du premier tour publiés le 1er juillet, sur les 14 931 candidats ayant présenté le baccalauréat technique et professionnel cette année, deux mille deux cent quatre-vingt-deux étaient déclarés admis, soit 15,85% et cinq mille huit cent treize admissibles (38,95 %). Les échoués sont au nombre de sept mille cent cinquante-six, soit un pourcentage de 46,92%.


À LA UNE
Retour en haut