Société › Actualité

Météorologie : Fidèle Dimou promet des mesures pour limiter les catastrophes

Brazzaville sous le poids de l'érosion.

En l’occasion de la célébration de la journée mondiale météorologique ce 23 mars, le ministre congolais des transports lance la sonnette d’alarme dans le but de prévenir l’érosion au Congo.

Le ministre des Transports, de l’aviation civile et de la marine marchande a délivré un message, le 22 mars à Brazzaville, dans lequel il promet un ensemble de mesures pour réduire les effets dévastateurs des érosions et des coulées de boue dans les cités urbaines.

« La priorité est de réduire les risques de catastrophe par la mise en place d’un ensemble de dispositions propres à prévenir et à diminuer l’explosion aux dangers et la vulnérabilité à l’égard des catastrophes, à intensifier la préparation face aux effets du climat et surtout à renforcer la résilience de la population », a déclaré le ministre Fidèle Dimou.

En effet, la République du Congo, à l’instar des autres pays de la planète, va célébrer, ce 23 mars, la Journée mondiale météorologique . « Temps et climat : prêts, parés !», c’est le thème retenu pour la commémoration de l’évènement cette année. Fidèle Dimou a rappelé, à cet effet, l’impact du temps, du climat et de l’eau sur l’existence de l’Homme et ses activités.

La première étape dans la réduction des risques de catastrophe, d’après le membre du gouvernement, passe par la mise en place d’un système d’alerte précoce. Cette alerte, a-t- il insisté, peut prévenir les pertes en vie et réduire les impacts économiques et matériels des évènements dangereux, y compris les catastrophes.


L’Etat mise surtout sur l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac) qui gère et exploite les stations d’observation disséminées à travers le territoire national, jouant le rôle de la station de réception des données satellitaires pour la surveillance des différents éléments du temps et du climat. L’Anac élabore ensuite des bulletins de prévisions météorologiques qui sont diffusés régulièrement à la télévision nationale.

Enfin, au niveau sous-régional et international, des engagements sont pris en vue d’atténuer l’impact du phénomène sur l’environnement et les vies humaines. En illustre la réunion des ministres en charge de la météorologie de la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC), tenue le 13 octobre 2017, à Brazzaville, autorisant l’ouverture imminente d’un Centre d’applications et de prévision climatologique pour la sous-région.

Le Centre climatologique dont le siège est basé à Douala, au Cameroun, sous la coordination de la CEEAC, va contribuer à la diffusion des prévisions météorologiques plus fiables. Les données fournies par les experts locaux vont servir à l’anticipation des événements catastrophiques, ou encore à planifier certaines activités sectorielles.

À LA UNE
Retour en haut