International › APA

La reprise de l’activité économique fait la manchette des quotidiens et hebdomadaires marocains

La reprise de l’activité économique et la prolongation du confinement sanitaire retiennent l’attention des quotidiens et hebdomadaires marocains parus ce samedi.+La Nouvelle Tribune+ écrit que le Maroc, qui a réussi à contenir de façon exemplaire la propagation du Coronavirus ne peut se permettre une relance massive des infections alors que la première vague des contaminations n’est pas encore éteinte.

Il est clair qu’un sentiment de ras-le-bol étreint des millions de personnes après la prolongation du confinement sanitaire, ajoute l’hebdomadaire, soulignant que les résultats atteints dans la lutte contre la propagation du virus sont insuffisants pour déclarer la fin de l’épidémie.

«Acceptons, de bonne ou mauvaise grâce, cette nouvelle épreuve et mobilisons-nous pour élever la prise de conscience de nos concitoyens afin que le 10 juin, « Inch’ Allah », le confinement soit enfin levé sur tout le territoire national !», conclu-t-il.

Pour sa part, +la Vie éco+ relève que le retour à la vie normale ne sera pas possible de sitôt, notant qu’il y a forcément un équilibre à trouver entre l’urgence sanitaire et les impératifs socioéconomiques vitaux.

Au Maroc, pour ce qui reste de l’année 2020, mais aussi pour les deux années qui viennent, les finances publiques devront être réorientées vers un seul objectif : remettre rapidement sur pied l’économie en continuant de parer aux urgences sociales, explique la publication.

Mais une chose est sûre, il vaut mieux, dès aujourd’hui, une reprise bien préparée, organisée, structurée et encadrée que de laisser les opérateurs économiques, entreprises, commerçants, artisans et autres, procéder en rangs dispersés et incontrôlés, prévient-il, notant que cela pourrait déboucher sur une autre catastrophe sanitaire.

De son côté, +Challenge+ souligne que la reprise de l’activité pour certaines entreprises dès le début de la semaine prochaine permettra de limiter les effets du confinement sur l’activité économique.

Le ministre des Finances a signalé que les deux mois de confinement devraient coûter à l’économie marocaine 6 points de croissance de son PIB pour l’année 2020, ce qui signifie une perte de 1 milliard de dirhams par jour de confinement, rappelle l’hebdomadaire.

« Un déconfinement responsable est donc la meilleure option pour sauvegarder l’économie tout en luttant contre l’épidémie », préconise-t-il.

+Akhbar Al Yaoum+ rapporte que la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) a présenté sa proposition relative au Plan de Relance de l’économie nationale.


Consolidé autour de 25 plans de relance sectoriels et de 508 propositions de mesures émanant des Fédérations professionnelles, ce plan s’articule autour de 3 principaux axes à savoir « la sauvegarde de l’Offre et de sortie saine de la crise », « la stimulation de la demande par un rôle plus interventionniste de l’État » et « la mise en place de mécanismes transverses pour l’accélération de la transformation de l’économie nationale ».

Ce plan, qui se veut intégré, massif, cohérent et équilibré entre l’État, le secteur privé et le citoyen, est « l’aboutissement d’un chantier de concertation lancé par la CGEM à la mi-avril dernier, rappelle le quotidien.

+Al Bayane+ s’intéresse à la reprise de l’activité agricole et de pêche  après l’Aid Al Fitr.

Selon le journal, l’activité des secteurs agricoles et de la pêche devra se poursuivre et se renforcer, auprès de l’ensemble des acteurs avec un regain d’activité au sein des différents maillons et unités de la chaine de valeur, à la fin de la période du Ramadan et d’Aid Al Fitr.

Dans le contexte de la crise sanitaire liée à la pandémie du Covid 19, les secteurs agricoles et de la pêche ont réussi, depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire au Maroc, à maintenir leurs activités et leurs productions, indique le ministère de l’agriculture, cité par le quotidien, rappelant que l’activité s’est ainsi poursuivie tout au long de la chaîne de valeur permettant un approvisionnement régulier et suffisant du marché en produits alimentaires agricoles et de la pêche.

+Telquel+ relève que la pandémie du Coronavirus a entraîné un fort ralentissement de l’offshoring. Les professionnels font face à une baisse de la demande de leur marché potentiel, à savoir l’Europe notamment la France, puisque 90% des entreprises concentrent leur activité avec ce pays.

«Depuis le début de la crise, nous avons réussi à limiter l’impact. Grâce à l’engagement et au professionnalisme des 80.000 collaborateurs du secteur, nous avons pu atténuer l’effet, surtout avec le basculement vers le télétravail. Toutefois, force est de reconnaître que notre activité est frappée de plein fouet. Sur le deuxième trimestre, la baisse d’activité peut atteindre les 40%», souligne Othman Serraj, président de l’Association marocaine de la relation client (AMRC), cité par l’hebdomadaire.

+Al Massae+ fait relarquer que l’interdiction des déplacements entre les villes compromet la reprise des activités économiques.

Si des entreprises ont reçu le feu vert pour reprendre leurs activités, la question qui continue de les préoccuper est celle du transport. En effet, au moment où les déplacements entre les villes sont interdits, et dans l’absence de moyens de transport public, les entreprises se demandent comment est-ce que les salariés pourront rejoindre les lieux de travail, rapporte le quotidien.


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 12.10.2020

Le complexe sportif de la Concorde de Kintélé

Le complexe sportif de la Concorde de Kintélé est un centre olympique situé à Kintélé, dans la banlieue nord de Brazzaville. Inauguré par le président…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut