International › APA

La presse sénégalaise à fond sur l’affaire de trafic de passeports diplomatiques

Les journaux sénégalais, reçus jeudi à APA, traitent principalement du rôle dévolu à l’Assemblée nationale pour la mise en branle de l’appareil judiciaire dans le cadre de ce dossier où deux députés sont cités parmi les trafiquants.Pour que cette affaire soit tirée au clair, il faut lever l’immunité parlementaire des mis en cause. A ce propos, souligne Le Quotidien, Moustapha Niasse, le président de l’Assemblée nationale, « file la patate chaude » à Me Malick Sall, le ministre de la Justice. En effet, indique ce journal, l’hémicycle attend d’être saisi par le Garde des Sceaux pour enclencher la procédure.

Les députés dans le viseur de la justice, à savoir Boubacar Biaye et Mamadou Sall, font partie de la mouvance présidentielle. Dans les colonnes de WalfQuotidien, Moustapha Niasse assure que « l’Assemblée nationale remplira toutes ses missions en temps opportun lorsque les conditions prévues par la loi seront réunies ».

Une argumentation qui ne convainc point Sud Quotidien. Pour ce journal, il y a clairement « deux poids, deux mesures » en se rappelant « la rapidité avec laquelle le ministre de la Justice, sur demande du Procureur de la République, a invité l’Assemblée nationale à lever l’immunité du député de l’opposition, Ousmane Sonko », accusé de viols sous la menace d’une arme à feu par une employée d’un salon de massage dakarois.

La 13e législature de l’Assemblée nationale est « régulièrement éclaboussée par des scandales de toutes sortes », remarque EnQuête. Car auparavant, Seydina Fall dit Bougazelli a été pris en flagrant délit de trafic de faux billets de banque.

Ce député proche du pouvoir a séjourné quelques mois en prison avant de bénéficier d’une liberté provisoire. D’ailleurs, le Garde des Sceaux a pondu hier un communiqué pour affirmer que la justice suit son cours.

Le collectif Noo Lank (Nous refusons, en langue wolof) estime dans Vox Populi que Moustapha Niasse et Me Malick Sall « ont tout dit sauf l’essentiel. Rien ne montre qu’ils sont déterminés à se battre pour que la justice triomphe et que la République soit défendue ».


Dans son document, exploité par Le Soleil, l’Assemblée nationale a martelé qu’il serait « incongru » que Moustapha Niasse « se livre à des déclarations à l’emporte-pièce avant la réunion du Bureau » de l’hémicycle.

De l’avis de L’AS, si l’on croit sur parole le fondateur de l’Alliance des Forces de Progrès (AFP, mouvance présidentielle), les députés Boubacar Biaye et Mamadou Sall « ne seront pas protégés par l’Assemblée nationale ».

Quand cette affaire de trafic de passeports diplomatiques a éclaté au grand jour, mentionne Libération, Moustapha Niasse « a pris l’initiative de convoquer » les mis en cause en début septembre « en présence du président du groupe parlementaire Benno Bokk Yaakar (Unis par le même espoir, en langue wolof) » afin d’en savoir davantage.

Kilifeu et Simon, rappeurs et non moins activistes, ont déjà été placés sous mandat de dépôt dans le cadre de ce dossier. Interviewé par L’Observateur, Alioune Tine, fondateur du Think tank Afrikajom Center, avertit le mouvement citoyen dans lequel ils militent : « Y en a marre n’a qu’à savoir que le régime (au pouvoir) ne lui fera pas de cadeaux ».


L’Info en continu
  • Congo
  • Afrique & Monde
Toute l’info en continu
Bon plan
Publié le 20.08.2021

Des rapides de Kintamo

A l’endroit où la rivière Djoué se jette dans le fleuve Congo dans le premier arrondissement (Makélékélé) de Brazzaville, on peut voir les rapides de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter de www.journaldebrazza.com et recevez gratuitement toute l’actualité

Retour en haut