› Société

Environnement : la police saisit des vendeurs et usagers des sachets en plastique

La vente des emballages en plastique est interdite au Congo depuis juillet 2011

L’opération ‘’Rapace’’ a été lancée le 17 avril pour faire respecter à la lettre le décret interdisant la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des sacs, sachets et films en plastique.

 

La police a rappelé à l’ordre dans la matinée, plus de trois cents contrevenants et usagers  des emballages en plastique dans les marchés de Talangai, Mikalou, Ouenzé, Makélékélé et Bacongo. L’opération s’est déroulée en présence du directeur de la sécurité publique, le colonel Delphin Didas Yobi qui a indiqué que « Ces mesures salvatrices concourent à la protection de l’environnement et à la préservation de l’hygiène alimentaire des citoyens ».

Les vendeurs, bien que conscients de l’interdiction, utilisent diverses astuces pour tromper la vigilance des policiers en l’occurrence du papier journal pour emballer des sachets en plastique. Aussi, la vente se fait de manière codée, le produit étant bien camouflé. Tous ces agissements ont été débusqués par la police qui souhaite tuer le mal dès la racine notamment au niveau des frontières poreuses où filtrent ces emballages, pourtant interdits par la loi.


De mémoire, c’est en juillet 2011 que le président de la République, Denis Sassou N’Guesso, a signé le décret réglementant la production, l’importation, la commercialisation et l’utilisation des sacs, sachets et films en plastique. A son article premier, le texte en interdit l’usage pour la vente d’aliments, d’eau et de toute autre boisson en République du Congo. Par ailleurs, l’article 9 dudit décret stipule que les frais relatifs au traitement par l’administration des produits saisis, en application de l’article 7, sont à la charge du contrevenant. Une sanction dont la portée correctionnelle est jugée souple par de nombreux observateurs.

Le colonel Delphin Didas Yobi reconnait toutefois, que la quasi-totalité de la population observe ces mesures, bien que certains citoyens organisent en sourdine le trafic de ces produits prohibés. Il a également noté que l’opération baptisée « Rapace », se poursuit sur toute l’étendue du territoire tout en appelant la population à collaborer avec la police pour son succès afin de préserver l’environnement.

À LA UNE
Retour en haut