International › APA

Zimbabwe: huit mois après le cyclone Idai, les victimes vivent toujours sous des tentes

Des milliers de Zimbabwéens traversent toujours une période difficile alors qu’ils cherchent désespérément des abris permanents et à rétablir leurs moyens de subsistance, près de huit mois après que leurs maisons ont été rasées par les eaux du cyclone Idai au début de cette année.L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a indiqué que quelque 223 ménages vivent encore sous des tentes dans 12 districts de l’est du Zimbabwe et ont désespérément besoin de logements permanents.

Ces familles font partie des 50.905 personnes déplacées à cause du cyclone qui a dévasté certaines parties du Zimbabwe, du Mozambique et du Malawi en mars 2019.

« Nous collaborons avec le gouvernement zimbabwéen pour coordonner les camps temporaires afin de répondre aux besoins fondamentaux des personnes déplacées à l’intérieur du pays », a déclaré Mario Lito Malanca, chef de mission de l’OIM au Zimbabwe.

Il a déclaré que les femmes et les enfants sont parmi les personnes les plus touchées par la crise et ont désespérément besoin d’aide. Certaines victimes ont indiqué vivre dans la peur constante d’une autre catastrophe.

« La saison des pluies est à nos portes ; certaines de nos tentes cèdent aux conditions climatiques difficiles. Je ne sais pas ce qui va nous arriver, à moi et à mes petits-enfants », a déclaré Johana, une grand-mère de quatre enfants, qui a perdu ses deux fils pendant le cyclone.

Elle a ajouté qu’ils ont désespérément besoin d’aide car leurs moyens de subsistance avaient été emportés par les coulées de boue.

« Nous n’avons aucune source de revenus ; nos champs et notre bétail sont partis avec les coulées de boue. Nous avions autrefois des cultures maraîchères florissantes, mais maintenant nous dépendons des gens qui nous souhaitent du bien pour nous donner de la nourriture », a-t-elle déploré.


Le chef de mission de l’OIM a déclaré que les efforts pour restaurer les moyens de subsistance et reconstruire les maisons et autres infrastructures sont entravés par le manque de fonds.

L’appel humanitaire international de 11,5 millions de dollars lancé par l’OIM Zimbabwe plus tôt cette année n’est actuellement financé qu’à hauteur de 15%.

Le Zimbabwe est confronté à des défis humanitaires en raison des chocs climatiques et économiques. Après l’échec de la campagne agricole 2018-2019 à cause d’une grave sécheresse provoquée par El Niño, le pays est confronté à une aggravation de la situation humanitaire avec environ 5,5 millions de personnes nécessitant une aide alimentaire.

La crise est aggravée par la pénurie de devises étrangères pour des importations critiques, des services essentiels limités comme l’approvisionnement en eau, en électricité et en carburant.

L’inflation estimée à plus de 200% et l’augmentation constante des prix de la plupart des produits de base, y compris les denrées alimentaires, les médicaments et autres produits essentiels, ont mis de nombreux ménages sous pression, en particulier dans les zones rurales où vivent 60% de la population.



À LA UNE
loading...
Retour en haut