International › APA

Une diversité d’activités à la clôture de « Conakry, capitale mondiale du Livre »

La Guinée a bouclé, dimanche à l’Esplanade du palais du peuple, son mandat de « Conakry, Capitale Mondiale du Livre », un grand rendez-vous culturel qui lui a été attribué par l’UNESCO pour l’édition 2017 afin de promouvoir la culture du livre dans un pays où la moitié de sa population est analphabète.Avant de présider la cérémonie de clôture au palais du peuple, sous fond de défilés des artistes et des sportifs, en présence des membres du gouvernement des opérateurs culturels, le président Alpha Condé a inauguré, dans la journée, trois bibliothèques. La bibliothèque nationale et deux bibliothèques dans la banlieue de Conakry.

En passant le témoin à Athènes, la capitale de la Grèce, le Chef de l’Etat, Alpha Condé a salué ce geste en revisitant  le passé historique de la Grèce Antique.

Durant une année, les organisateurs ont tenu des échanges avec des écrivains étrangers, des tables rondes et séances de lectures et d’inauguration des bibliothèques.

Conakry est la 17ème ville à accueillir ce grand évènement culturel mondial, soit la première ville francophone et la troisième en Afrique, après Alexandrie et Port Harcourt.

Dans son discours de clôture, le président Condé a promis des états généraux de l’éducation en Guinée pour remettre de l’ordre dans le secteur. « Si l’évènement Conakry, capitale mondiale du livre est une occasion d’amener la jeunesse guinéenne à s’intéresser à la lecture et au savoir, il faut alors lui donner des enseignants capables », a-t-il dit.


Il a ajouté : « Quand je dis que l’enseignement guinéen est malade, cela est une réalité… C’est pourquoi, nous allons faire les états généraux de l’enseignement. Et tout ce qui accède à l’enseignement par des méthodes frauduleuses de copinage, et qui n’ont pas de niveau, nous allons faire des tests pour qu’enfin, nos enfants aient des enseignants capables de leur permettre d’avoir accès à la connaissance ».

Pour sa part, le commissaire général de « Conakry, Capitale Mondiale du Livre », Sansy Kaba Diakité, dit avoir posé, en une année, les fondements du livre en Guinée. « Nous avons proposé au gouvernement une loi sur le livre, c’était cela la vision de Conakry, capitale mondiale du livre : mettre les fondements du livre en Guinée », indiqué le commissaire.

Poursuivant, M. Diakité a plaidé pour que la Guinée devienne la Capitale Africaine du Livre dans les dix prochaines années, à l’image de Bamako pour la photo, Dakar pour l’art contemporain et d’Ouagadougou pour le festival du Cinéma (FESPACO).



À LA UNE
loading...
Retour en haut