International › APA

Sénégal : l’Inter-Cadre et la FEDER poursuivent la grève scolaire

L’Inter-Cadre et la Fédération des enseignants du Sénégal (FEDER) ont annoncé ce lundi qu’ils vont respectivement dérouler leurs 8ème et 12ème plans d’action en vue d’exprimer leur désaccord avec le gouvernement du Sénégal.Ces annonces de syndicats d’enseignants interviennent après l’invite au dialogue lancé durant le week-end par le ministre de l’Education nationale, Serigne Mbaye Thiam, dans le souci de sortir l’école sénégalaise de la crise qui la secoue depuis deux mois alors que les examens de fin d’année s’approchent à grands pas.

Le 8ème plan d’action de l’Inter-Cadre sera ponctué d’une grève totale de 72 h du préscolaire au moyen et secondaire à partir du mardi 24 avril. Le Grand Cadre, l’Union syndicale pour une éducation de qualité (USEQ) et l’Intersyndicale pour la défense de l’école et des enseignants (IDEE) regroupés au sein de l’Inter-Cadre, prévoient aussi de « boycotter les compositions, les évaluations et les cellules d’animations pédagogiques en plus de la rétention des notes. »

L’Inter-Cadre, dans un communiqué signé par Oumar Waly Zoumarou, par ailleurs Coordonnateur du Grand Cadre, exige « l’augmentation substantielle de toutes indemnités notamment celles du logement des enseignants, le respect de tous les accords signés et le départ du ministre de l’Education nationale. »

A en croire l’Inter-Cadre, Serigne Mbaye Thiam « constitue un obstacle pour des négociations sérieuses et inclusives. »

Même son de cloche du côté de la Fédération des enseignants du Sénégal (FEDER) qui détaille ainsi son 12ème plan d’action : un débrayage le mardi 24 avril à 10 h, suivi d’une grève totale le mercredi 25, jeudi 26 et vendredi 27 avril.

Le Coordonnateur de la FEDER, Dame Mbodj réclame, lui, « l’ouverture de négociations sérieuses avec tous les syndicats. »


Au cours d’une conférence de presse tenue samedi à Dakar, Serigne Mbaye Thiam, le ministre de l’Education nationale, avait pourtant affirmé que « quatre organisations syndicales d’enseignants membres du G6 ont fait part au gouvernement, leur décision de suspendre le mot d’ordre de grève entamée, depuis plusieurs semaines. »

Pareille information a été sèchement démentie dimanche par Abdoulaye Ndoye, le Secrétaire général du CUSEMS qui accuse le ministre de « manipulation et de désinformation. »

Le G6, groupe des syndicats les plus représentatifs, est composé du Syndicat autonome des enseignants du moyen et secondaire du Sénégal (SAEMSS), du Cadre unitaire des enseignants du moyen secondaire (CUSEMS), du Syndicat des enseignants libres du Sénégal (SELS), du Syndicat des enseignants libres du Sénégal/Authentique (SELS/A), de l’Union démocratique des enseignants du Sénégal (UDEN) et du Syndicat national des enseignants en langue arabe du Sénégal (SNELAS/FC).

L’indemnité de logement est le principal point d’achoppement entre l’Etat du Sénégal et les syndicats d’enseignants. Le 3 avril, lors de son discours à la Nation, le président Macky Sall a confirmé avoir « décidé de la revalorisation de l’indemnité de logement allouée à tous les enseignants, de 60.000 CFA à 85.000 F CFA. » C’est une hausse de 25.000 F CFA dont « 15.000 payables à compter du 1er octobre 2018 et 10.000 à compter du 1er janvier 2019», avait-il dit.



À LA UNE
loading...
Retour en haut