International › APA

Sahara : Fin de la table ronde, un nouveau round en 2019

La deuxième et dernière journée de la table ronde, à Genève, au sujet du différend régional sur le Sahara a peis fin ce jeudi à Genève et les parties ont convenu de se réunir à nouveau début 2019,
a annoncé l’Envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara M. Horst Koehler, qui a donné lecture, devant la presse, à un communiqué, validé par les quatre délégations ayant pris part à cette table ronde, à savoir le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le « Polisario ».« Sur invitation de Horst Köhler, l’envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU au Sahara occidental, les délégations du Maroc, du Polisario, de l’Algérie et de la Mauritanie ont participé à une première table ronde les 5 et 6 décembre 2018 à Genève, dans le cadre de la résolution 2440 du Conseil de Sécurité », souligne le communiqué.

Les délégations, précise la déclaration de Köhler, «ont fait état des récents développements, abordé les questions régionales et discuté des prochaines étapes dans le processus politique pour le Sahara».

«Toutes les délégations ont reconnu que la coopération et l’intégration régionale, plutôt que la confrontation, étaient les meilleurs moyens de relever les nombreux et importants défis auxquels la région est confrontée », relève le texte du communiqué, notant que « toutes les discussions se sont déroulées dans une atmosphère d’engagement sérieux, de franchise et de respect mutuel ».

Les parties conviennent qu’une solution au conflit du Sahara constituerait une contribution importante pour améliorer les vies des peuples de la région, ajoute la même source, avant de conclure que les délégations ont accepté que l’envoyé personnel les invite pour une deuxième table ronde au cours du premier trimestre 2019.


Il va sans dire que le Maroc est attaché au processus politique et a soutenu l’envoyé personnel, quant à l’organisation d’une seconde table ronde, lors du premier trimestre 2019, selon le même cadre et le même format.

Toutefois, le Maroc considère que l’atmosphère sereine n’est pas suffisante pour la relance du processus onusien pour aboutir à une solution politique, pragmatique, réaliste et durable. Aussi, le Maroc espère que la 2ème table ronde connaîtra l’engagement de toutes les parties pour une discussion profonde sur la solution politique.

Le Maroc n’est pas prêt à s’inscrire dans des discussions stériles et considère que cela constituera une perte de temps pour la communauté internationale et pour parvenir à une solution politique de ce différend, selon une source autorisée.

À LA UNE
Retour en haut